Modifié

Etats-Unis et Russie n'ont pas trouvé d'entente sur le conflit en Ukraine

Sergueï Lavrov et John Kerry n'ont pas réussi d'avancée diplomatique à Londres. [Brendan Smialowski - AFP]
Sergueï Lavrov et John Kerry n'ont pas réussi d'avancée diplomatique à Londres. [Brendan Smialowski - AFP]
Il n'y a "pas de vision commune" de Washington et Moscou sur le conflit ukrainien, a constaté le ministre russe des Affaires étrangères après sa rencontre avec son homologue américain John Kerry.

Les Etats-Unis et la Russie ont échoué vendredi à Londres à trouver une solution à la crise ukrainienne. Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a fait le constat de l'absence de "vision commune" de Washington et Moscou sur la situation en Ukraine après six heures de discussions avec le secrétaire d'Etat américain John Kerry. Il a également indiqué que la Russie respecterait "le souhait des habitants de la Crimée" lors du référendum de dimanche.

Sergueï Lavrov a encore affirmé que son pays "n'a pas et ne peut avoir le projet d'envahir le sud-est de l'Ukraine", minimisant ainsi la portée des menaces voilées d'intervention formulées quelques heures plus tôt par son ministère à Moscou.

Obama espère une solution diplomatique

A Washington, le président Barack Obama a déclaré qu'il espérait toujours une solution diplomatique dans le dossier sur la Crimée mais le président américain a prévenu Vladimir Poutine qu'il y aurait "des conséquences" pour la Russie si la voie diplomatique venait à échouer.

Lire Mort d'un manifestant en Ukraine à la veille d'un ballet diplomatique

agences/lan

Publié Modifié

Les pro-Russes veulent plus d'autonomie

L'opposition pro-russe en Ukraine a demandé vendredi de faire du russe la 2e langue officielle et d'octroyer plus d'autonomie aux régions pro-russes, jugeant que le nouveau pouvoir à Kiev était incapable d'enrayer l'escalade.

Le "Premier ministre" séparatiste pro-russe de Crimée a quant à lui appelé vendredi les autres régions à majorité russophone à suivre l'exemple de la péninsule et à organiser des référendums sur un rattachement à la Russie.

L'UE prépare des sanctions

Selon des sources européennes, l'UE se dirige vers des sanctions "politiquement significatives" contre une trentaine de personnalités jugées responsables de l'intervention russe en Ukraine. Une décision devrait tomber lundi.
 
Cette liste noire compte des parlementaires, des membres des instances de sécurité, un haut responsable du ministère de la défense. Le quotidien allemand "Bild" évoque notamment le patron des services secrets russes FSB (ex-KGB).