Modifié

Forte tension en Crimée avec des tirs de sommation et des poses de mines

Les observateurs de l'OSCE ont été empêchés d'entrer en Crimée par des hommes armés [EPA/OSCE - Keystone]
Les observateurs de l'OSCE ont été empêchés d'entrer en Crimée par des hommes armés [EPA/OSCE - Keystone]
Les observateurs de l'OSCE qui tentaient pour la 3e fois de pénétrer en Crimée ont dû faire demi-tour après avoir essuyé des tirs de sommation. Par ailleurs, la Russie placerait des mines à la frontière.

L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a annoncé samedi que ses observateurs avaient renoncé à se rendre en Crimée après avoir subi des tirs de sommation. Des hommes armés en treillis, au nombre d'une quarantaine, ont pointé leurs armes vers le convoi, mais ils ont tiré en l'air et aucun des observateurs, tous désarmés, n'a été blessé, a précisé l'OSCE.

La mission d'observation de l'OSCE, qui compte parmi ses 57 pays membres l'Ukraine et la Russie, tentait pour le 3e jour consécutif de se rendre en Crimée pour permettre de réduire les tensions.

Mines à la frontière

Par ailleurs, selon le ministre suédois des Affaires étrangères Carl Bildt, qui cite des médias russes indépendants, la Russie serait en train de placer des mines en Ukraine pour bloquer les accès à la Crimée.

agences/lan/vkiss

Publié Modifié

Moscou menace de suspendre les inspections de ses armes nucléaires

Sur la scène diplomatique, malgré d'intenses consultations toute la semaine, Occidentaux et Russes n'ont pas réussi à trouver une issue à la pire crise dans leurs relations depuis la chute de l'URSS.

Alors que chaque protagoniste réfute l'idée d'une nouvelle Guerre froide, la Russie a annoncé samedi réfléchir à une suspension des inspections étrangères de son arsenal d'armes stratégiques, y compris les missiles nucléaires, en réponse aux "menaces" venant des Etats-Unis et de l'Otan.

Obama et Hollande envisagent de nouvelles mesures

La France et les Etats-Unis réfléchissent "faute de progrès" vers la sortie de crise, à "de nouvelles mesures" contre la Russie.

Lors d'un entretien téléphonique, les présidents François Hollande et Barack Obama ont ainsi évoqué des sanctions "qui affecteraient sensiblement les relations entre la communauté internationale et la Russie, ce qui n'est dans l'intérêt de personne", selon l'Elysée.

Manifestation à Donetsk

Par ailleurs, plusieurs milliers de manifestants se sont rassemblés samedi à Donetsk, en Ukraine, brandissant des drapeaux de la Russie.