Modifié le 23 février 2014 à 19:09

Ioulia Timochenko pas intéressée par le poste de Premier ministre

Samedi 22 février: l'opposante ukrainienne Ioulia Timochenko libérée et de retour à Kiev.
"Je vous demande de ne pas envisager ma candidature pour le poste de Premier ministre", a écrit Ioulia Timochenko sur le site de son parti. [EPA/Maxim Shipenkov - ]
L'opposante ukrainienne Ioulia Timochenko, libérée samedi de prison grâce à un vote du Parlement, a annoncé dimanche ne pas être intéressée par le poste de Premier ministre.

L'opposante Ioulia Timochenko a déclaré dimanche qu'elle n'était pas intéressée par le poste de Premier ministre en Ukraine, dans un message publié sur le site internet de son parti, au lendemain de sa libération.

"Je vous demande de ne pas envisager ma candidature pour le poste de Premier ministre", a écrit Ioulia Timochenko. Un nouveau gouvernement d'union nationale doit être formé d'ici mardi en Ukraine, où le président Viktor Ianoukovitch a été destitué samedi par le parlement.

La chancelière allemande  Angela Merkel a par ailleurs appelé l'opposante ukrainienne à oeuvrer en faveur de l'unité de l'Ukraine et de l'opposition, a indiqué une source du gouvernement allemand dans un communiqué.

"Bienvenue dans la liberté", a lancé la chancelière à Mme Timochenko, ancienne Première ministre, libérée samedi après près de trois ans en prison, lors de l'entretien téléphonique.

L'Allemagne lui propose ses bons soins

La chancelière lui a également proposé de venir se soigner en Allemagne. Mme Timochenko souffre notamment de problèmes au dos. Une équipe de médecins allemands avait obtenu l'autorisation de l'examiner en avril 2012, mais leur recommandation de la soigner en Allemagne n'avait jamais été acceptée par Kiev.

"Politiquement, (Mme Timochenko) doit s'engager en faveur de l'unité du pays et s'adresser aussi aux personnes de l'est du pays", a poursuivi cette source. "Elle doit aussi oeuvrer pour l'unité de l'opposition actuelle".

Berlin s'est fortement engagé pour trouver une issue à la crise politique qui a secoué ces derniers mois l'Ukraine, et qui a abouti à la destitution du Président Viktor Ianoukovitch, introuvable depuis samedi.

agences/hend/olhor

Lire également: L'Europe appelle les Ukrainiens à maintenir "l'unité" du pays

Publié le 23 février 2014 à 11:13 - Modifié le 23 février 2014 à 19:09

Ianoukovitch lâché par son propre parti

Le président ukrainien déchu Viktor Ianoukovitch a été lâché dimanche par son propre parti.

Le Parti des régions l'a jugé "responsable des événements tragiques" en Ukraine et a condamné sa "trahison" dans un communiqué.

Le Parlement ukrainien nomme un président par intérim

Après la destitution de Viktor Ianoukovitch samedi, les députés ukrainiens ont nommé dimanche le président du Parlement, Olexandre Tourtchinov, à la présidence par intérim du pays.

La Constitution ukrainienne prévoit que le président du Parlement assume les fonctions de chef de l'Etat en cas de vacance du pouvoir. Une élection présidentielle anticipée a été fixée au 25 mai.

Selon le nouveau président du Parlement, le président destitué, Viktor Ianoukovitch, aurait tenté samedi de fuir en Russie à bord d'un avion, mais en a été empêché par les gardes-frontières.

La chef de la diplomatie européenne à Kiev lundi

La haute représentante de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, se rendra à Kiev lundi, où elle entend discuter des mesures à prendre pour mettre fin à la crise politique et pour stabiliser l'économie du pays, a annoncé dimanche sa porte-parole.

Mme Ashton devrait rencontrer dans la capitale ukrainienne les "principaux acteurs" et "discuter du soutien de l'Union européenne à une solution durable à la crise politique.