Modifié le 21 février 2014 à 23:06

La rencontre entre Obama et le dalaï lama irrite vivement la Chine

Le président américain Barack Obama a reçu vendredi le dalaï lama et dit soutenir les droits de l'homme au Tibet, au grand dam de la Chine.
Le président américain Barack Obama a reçu vendredi le dalaï lama et dit soutenir les droits de l'homme au Tibet, au grand dam de la Chine. [Darren Ornitz - ]
Le gouvernement chinois a officiellement exprimé vendredi son indignation après la rencontre entre le président américain et le chef spirituel tibétain en exil, la qualifiant "d'ingérence".

Le vice-ministre chinois des Affaires étrangères, Zhang Yesui, a convoqué vendredi soir le chargé d'affaires américain pour protester contre la rencontre du président Barack Obama avec le dalaï lama, qualifiée d'"ingérence" dans les affaires de la Chine, a annoncé l'agence Chine Nouvelle.

"La Chine exprime sa vive indignation et sa ferme opposition", a déclaré M. Zhang à Daniel Kritenbrink, selon l'agence officielle chinoise. "Le problème tibétain relève du domaine chinois et les Etats-Unis n'ont pas le droit d'interférer", a estimé M. Zhang. Pékin considère le Tibet comme partie intégrante de son territoire et le dalaï lama comme un séparatiste.

Atteinte aux relations USA-Chine

"Une telle action portera gravement atteinte à la coopération et aux relations entre Chine et Etats-Unis, et va assurément jouer contre ses propres intérêts", a plaidé M. Zhang.

Le dalaï lama vit en Inde depuis son exil en 1959 après l'échec d'une révolte contre le régime chinois. Barack Obama l'a reçu vendredi à la Maison Blanche, à Washington, et lui a apporté son soutien pour les droits de l'homme au Tibet.

afp/ohor

Publié le 21 février 2014 à 22:03 - Modifié le 21 février 2014 à 23:06

Le dalaï lama reçu en tant que leader religieux et non politique

"Le président a réitéré son soutien appuyé à la préservation des traditions religieuses, culturelles et linguistiques du Tibet et à la protection des droits de l'homme pour les Tibétains au sein de la République populaire de Chine", a indiqué vendredi l'exécutif américain dans un compte-rendu de la réunion.

Auparavant, la Maison Blanche avait affirmé que le dalaï lama avait été reçu "en tant que leader religieux et culturel respecté internationalement", sous-entendant qu'il n'était pas convié en qualité de dirigeant politique.

Par ailleurs, la présidence avait organisé la réception du dalaï lama dans la salle des cartes de la Maison Blanche et non le prestigieux Bureau ovale, réservé aux chefs d'Etat et de gouvernement étrangers.