Modifié

MSF dénonce "un manque choquant d'engagement" en Centrafrique

Quelque 60'000 personnes déplacées, toutes de confession chrétienne, survivent dans le camp de Mpoko, proche de l'aéroport, sans toilettes, sans assez d'eau et de nourriture [AFP]
Quelque 60'000 personnes déplacées, toutes de confession chrétienne, survivent dans le camp de Mpoko, proche de l'aéroport, sans toilettes, sans assez d'eau et de nourriture [AFP]
La présidente de l'ONG Médecins sans frontières Joanne Liu a déploré mardi à Genève la dramatique situation humanitaire en Centrafrique.

La présidente de MSF Joanne Liu a déploré mardi l'aide internationale "dramatiquement insuffisante" en Centrafrique. [Keystone]La présidente de MSF Joanne Liu a déploré mardi l'aide internationale "dramatiquement insuffisante" en Centrafrique. [Keystone]L'aide internationale est dramatiquement insuffisante en République centrafricaine (RCA), a déploré mardi à Genève Médecins sans frontières (MSF). La présidente de l'ONG médicale a dénoncé "un manque choquant d'engagement" de la communauté internationale.

"Notre plus grande préoccupation est la protection. Nous nous sentons impuissants face à une violence extrême qui pousse des centaines de milliers de personnes à fuir pour éviter d'être tuées", a déclaré à la presse Joanne Liu, de retour de RCA.

3600 blessés soignés

L'ONG accuse la communauté internationale d'avoir abandonné la population centrafricaine. Elle lance un appel au Conseil de sécurité de l'ONU à se mobiliser et à déployer une aide massive pour répondre aux besoins.

Depuis le 5 décembre, MSF a soigné plus de 3600 blessés par balles, par des grenades, à coups de machettes, de couteaux, certains défigurés. L'ONG est la plus grande organisation humanitaire dans le pays, avec 240 expatriés et plus de 2000 employés locaux.

ats/jgal

Publié Modifié

La communauté musulmane en fuite

Au cours des deux dernières semaines, à Bangui, Baoro, Berbérati, Bocaranga, Bossangoa, Bouca, Bozoum et Carnot, les équipes MSF ont vu des dizaines de milliers de personnes issues de la communauté musulmane fuir ou être transportées par camion vers les pays voisins. Elles sont escortées par des forces armées internationales dans l’incapacité de les protéger par ailleurs.

D'autres ont été évacuées du nord-ouest du pays vers Bangui et sont désormais prises au piège dans des camps qui sont devenus des enclaves et où elles continuent à vivre dans la terreur.

"Les horribles conditions du camp de Mpoko"

La présidente de Médecins sans frontières a aussi dénoncé mardi à Genève "les horribles conditions de vie dans le camp de Mpoko", proche de l'aéroport de Bangui. C'est à se demander "si la lenteur de la distribution de l'aide est une forme de négligence délibérée visant à dissuader les gens de venir s'installer ici", a-t-elle insisté.

Selon Lindis Hurum, coordonnatrice des secours de MSF à Bangui, quelque 60'000 personnes déplacées, toutes de confession chrétienne, survivent dans le camp de Mpoko, sans toilettes, sans assez d'eau et de nourriture.