Modifié le 17 février 2014 à 16:12

Plus de 450 travailleurs indiens sont morts au Qatar en deux ans

Un ouvrier étranger en train de travailler sur le bord d'une route à Doha, au Qatar.
Un ouvrier étranger en train de travailler sur le bord d'une route à Doha, au Qatar. [ - ]
En deux ans, 450 travailleurs indiens sont décédés au Qatar, a révélé lundi l'ambassade d'Inde. Le pays hôte du Mondial de football 2022 est souvent critiqué pour les conditions de travail des migrants.

Plus de 450 immigrés indiens travaillant au Qatar sont morts depuis deux ans, selon des chiffres officiels révélés par l'ambassade d'Inde.

Le Qatar, pays hôte de la Coupe du monde de football 2022, est sous le coup de vive critique sur la façon dont sont employés des migrants travaillant sur les chantiers liés à cet événement.

Circonstances pas claires

Les chiffres, transmis par l'ambassade d'Inde au Qatar en réponse à une démarche de l'AFP dans le cadre de la loi indienne sur le droit à l'information, détaillent le nombre de décès sur 2012 et les 11 premiers mois de 2013.

En moyenne, 20 migrants sont morts chaque mois, avec un maximum de 27 en août 2013. Il y a eu 237 décès en 2012 et 218 jusqu'au 5 décembre 2013. Les circonstances de ces décès ne sont pas fournies.

Le nombre d'Indiens au Qatar n'est pas connu précisément mais était estimé à environ 500'000 fin 2012.

afp/cab

Publié le 17 février 2014 à 14:49 - Modifié le 17 février 2014 à 16:12

Plusieurs enquêtes accablantes

Le quotidien britannique The Guardian avait publié fin septembre une enquête répertoriant 44 morts entre juin et août sur un chantier du Qatar, ce que les autorités ont démenti.

Par ailleurs, 400 migrants népalais sont morts sur des chantiers de construction dans l'Etat du Golfe, a indiqué récemment le quotidien, sans donner de précision sur la période.

La Fifa parle de "situation horrible", mais n'agit pas

Un membre du comité exécutif de la Fédération internationale du football (Fifa), Theo Zwanziger, a reconnu le 13 février que la situation des travailleurs migrants employés sur les chantiers liés à la Coupe du monde était "inacceptable" et "horrible" mais que "retirer la Coupe du monde au Qatar serait tout à fait contre-productif".