Modifié le 13 février 2014 à 18:43

"Les Suisses pourraient perdre le droit de travailler et de vivre dans l'UE"

Jose Manuel Barroso, président de la Commission européenne.
José Manuel Barroso: le "oui" à l'initiative aura de "sérieuses conséquences". [ - ]
Dans un entretien accordé à Reuters, le président de la Commission européenne José Manuel Barroso insinue que les Suisses pourraient perdre la possibilité de travailler et s'établir au sein de l'UE après le vote sur l'immigration.

José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, affirme dans un entretien à Reuters que le "oui" à l'initiative aura de "sérieuses conséquences" sur les relations entre Berne et les 28 membres de l'Union européenne.

Bien qu'il n'ait pas annoncé de sanctions spécifiques, il a laissé entendre que les Suisses pourraient perdre la possibilité de travailler et de vivre dans l'UE, y compris en Allemagne, en France et en Italie. Les entreprises suisses pourraient également devoir faire face à de nouveaux obstacles, a-t-il ajouté.

"Un accès réciproque"

Le responsable portugais a encore souligné qu'il était "injuste qu'un pays bénéficie de tous ces avantages" sans offrir les mêmes avantages à ses partenaires.

(lire aussi: "On ne peut pas travailler à la carte avec l'Europe")

agences/moha

Publié le 12 février 2014 à 12:00 - Modifié le 13 février 2014 à 18:43