Modifié le 01 janvier 2014 à 21:21

Apple dit ne jamais avoir donné accès au contenu des iPhones à la NSA

Remise en question de la reconnaissance digitale installée sur le nouvel iPhone 5S.
Des soupçons de collaboration avec l'agence de sécurité américaine planent sur Apple, qui produit l'iPhone [Justin Sullivan - Getty Images - ]
Le fabricant informatique américain Apple a assuré mardi qu'il n'avait "jamais travaillé avec la NSA", l'agence de sécurité des Etats-Unis, pour lui donner accès aux données contenues sur ses iPhone.

Réagissant à des informations de presse, le fabricant informatique américain Apple a assuré mardi  ne jamais avoir travaillé avec l'agence de sécurité des Etats-Unis (NSA) pour lui donner accès aux données contenues sur ses iPhone.

"Apple n'a jamais travaillé avec la NSA pour créer une porte dérobée dans ses produits, y compris les iPhone", déclare le groupe à la pomme dans un communiqué. "Nous ne sommes pas au courant du programme incriminé de la NSA qui viserait nos produits", a-t-il ajouté.

"Accès total"

Lors d'une conférence de presse en Allemagne, un expert informatique, Jacob Applebaum, a affirmé que le programme "DROPOUTJEEP" de la NSA permettait à l'agence d'intercepter les messages SMS, d'avoir accès aux listes de contacts, de localiser un téléphone, d'accéder à la messagerie vocale et d'activer le micro et la caméra d'un iPhone.

Des documents en ce sens, auxquels a réagi Apple, ont été publiées par l'hebdomadaire allemand Der Spiegel.

ats/afp/jvia

Publié le 01 janvier 2014 à 11:05 - Modifié le 01 janvier 2014 à 21:21

Pas seulement appliqué à l'iPhone

Un chercheur en sécurité informatique, Graham Cluley, a également indiqué sur son blog que la présentation et les documents utilisés par Jacob Applebaum décrivent "un éventail d'outils plus large apparemment déployé par la NSA à l'encontre d'autres entreprises et produits technologiques comme les pare-feu Cisco, les serveurs HP ou les routeurs Huawei".

Il estime toutefois que ces documents ne "veulent pas dire que la NSA dispose d'un contrôle total sur votre iPhone".

Il a aussi fait valoir que les documents cités dataient de 2008.