Modifié le 07 décembre 2013 à 21:05

L'intervention militaire française en Centrafrique a débuté

Les troupes françaises sont arrivées en renfort en Centrafrique
Les troupes françaises sont arrivées en renfort en Centrafrique [AFP - ]
Les renforts militaires français se déployaient jeudi en République centrafricaine, après le feu vert donné la veille par l'ONU. Un premier échange de tirs est intervenu dans la capitale Bangui.

L'opération militaire française en Centrafrique qui doit mobiliser1200 soldats a débuté, a annoncé vendredi le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a donné son feu vert jeudi à une force composée de soldats africains et français. Après le vote, le président français François Hollande a annoncé une action militaire "immédiate".

Les soldats sont déjà intervenus jeudi à Bangui, tuant plusieurs personnes à bord d'un pick-up. Ceux-ci avaient ouvert le feu dans leur direction et sur des civils, a indiqué vendredi l'état-major des armées.

Vague de tueries

Nonante-deux morts et 155 blessés ont été enregistrés depuis le début d'une vague de tueries jeudi dans la capitale centrafricaine, selon un bilan établi vendredi par Médecins sans frontières.

La Centrafrique est marquée par des violences communautaires et inter-religieuses depuis le renversement en mars du gouvernement par une coalition hétéroclite à dominante musulmane, la Séléka.

Lire aussi: La France lance une action militaire pour rétablir la sécurité en Centrafrique

afp/jvia

Publié le 06 décembre 2013 à 08:41 - Modifié le 07 décembre 2013 à 21:05

Mission de soutien

La mission des militaires français, en appui de la force africaine sur place, est d'assurer "une sécurité minimum, permettant à une intervention humanitaire de se mettre en oeuvre, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui".

Elle passe "par la sécurisation des rues, des itinéraires principaux pour permettre aux gens d'aller même à l'hôpital", a souligné Jean-Yves Le Drian.

Parallèlement il s'agit "que les forces africaines soient en situation d'assurer la sécurité du territoire en attendant la transition politique", a ajouté le ministre.