Modifié le 29 octobre 2013 à 20:43

Istanbul inaugure le tunnel Marmaray sous le Bosphore

Un conducteur de train à la station Marmaray le jour de l'inauguration du tunnel, le 29 octobre 2013.
Un conducteur de train à la station Marmaray le jour de l'inauguration du tunnel, le 29 octobre 2013. [Ozan Kose - ]
Le chef du gouvernement turc Recep Tayyip Erdogan inaugurait mardi un tunnel ferroviaire qui permettra au métro de relier en quelques minutes les rives européenne et asiatique d'Istanbul.

Après 9 ans de travaux, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan inaugurait mardi à Istanbul un tunnel ferroviaire sous le Bosphore d'1,4 km de long.

Ce méga-projet urbain, souvent contesté, permettra au métro de relier en quelques minutes les deux rives de la mégapole turque et devrait soulager, au moins en partie, ses problèmes de transport endémiques.

Projet à 3 milliards d'euros

Situé dans une région à forte activité sismique, le double tube immergé à plus de 50 m sous le lit du détroit est censé pouvoir résister à des séismes de magnitude 9 sur l'échelle de Richter.

Le premier coup de pioche a été donné en mai 2004 par un consortium d'entreprises turques et japonaises. Le coût total du projet est évalué aujourd'hui à 3 milliards d'euros (3,7 milliards de francs).

"Un rêve de 150 ans"

En ce jour anniversaire de la fondation de la république turque en 1923, Recep Tayyip Erdogan était accompagné de son homologue japonais Shinzo Abe, principal pourvoyeur de fonds du projet.

"Ce projet est un rêve de 150 ans", s'était réjoui il y a quelques mois celui que ses détracteurs qualifient souvent de "nouveau sultan". "Nos ancêtres ont travaillé là-dessus, il nous est revenu de le réaliser", avait déclaré le Premier ministre turc.

ats/ptur

Publié le 29 octobre 2013 à 15:35 - Modifié le 29 octobre 2013 à 20:43

Un projet "de sultan"

L'idée de percer un tunnel sous le Bosphore a été évoquée pour la première fois en 1860 par un sultan ottoman.

Toutefois, faute de technique et de fonds suffisants, elle n'a passé le cap de la planche à dessin que dans les années 1990 avec l'explosion démographique d'Istanbul, dont la population dépasse aujourd'hui les 15 millions d'habitants.

Importantes découvertes archéologiques

Les travaux devaient initialement être achevés en 4 ans, mais ont été longtemps suspendus par la découverte d'une série de trésors archéologiques.

Au total, près de 40'000 objets ont été exhumés du chantier, parmi lesquels un exceptionnel cimetière d'une trentaine de navires byzantins, la plus vaste flottille médiévale connue à ce jour.