Modifié le 15 octobre 2013 à 13:30

Des experts du CHUV confirment la possibilité d'un empoisonnement de Yasser Arafat

L'opération s'est déroulée loin des regards, dans un mausolée entouré de grandes bâches.
Suite de "L'affaire Arafat" CQFD / 3 min. / le 14 octobre 2013
Des analyses d'experts du Centre hospitalier universitaire vaudois publiées lundi appuient la thèse de l'empoisonnement au polonium 210 de Yasser Arafat, le leader palestinien décédé en 2004.

Les experts du centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) ayant analysé les effets personnels de Yasser Arafat, mort près de Paris en 2004, confirment la "possibilité" d'un empoisonnement du leader palestinien par substance radioactive, selon un compte rendu publié par la revue médicale britannique The Lancet.

Pas de réponse catégorique

Plusieurs échantillons contenant des traces de fluides corporels - sang et urine - contenaient une radioactivité plus élevée et inexpliquée au polonium 210 par rapport aux échantillons de référence, selon les experts de l'Institut de radiophysique (IRA) de Lausanne, dépendant du CHUV.

Ces mêmes spécialistes suisses avaient déjà annoncé en juillet 2012 la découverte d'un niveau "significatif" de radioactivité au polonium sur ces mêmes effets personnels. Les nouveaux résultats ne permettent toutefois pas de conclure de manière catégorique à un empoisonnement.

afp/kkub

Publié le 14 octobre 2013 à 16:15 - Modifié le 15 octobre 2013 à 13:30

Plusieurs expertises en cours

Les conclusions officielles des trois expertises française, suisse et russe menées après l'exhumation de la dépouillle de Yasser Arafat en novembre 2012 sont cependant toujours attendues.

Après l'exhumation de la dépouille de Yasser Arafat, une soixantaine d'échantillons avaient été répartis pour analyse entre trois équipes d'enquêteurs, suisses, français et russes.

Yasser Arafat est mort à 75 ans le 11 novembre 2004. Il avait été admis fin octobre 2004 à l'hôpital Percy après avoir souffert de douleurs abdominales sans fièvre dans son QG de Ramallah.

Les doutes russes sur un empoisonnement

L'agence officielle russe chargée d'expertiser des échantillons prélevés sur la dépouille de Yasser Arafat a semé le doute mardi sur l'hypothèse d'un empoisonnement, son directeur excluant la présence de polonium 210, avant que l'agence ne démente toute communication.

"Il n'a pas pu être empoisonné au polonium. Les experts russes qui ont mené l'analyse (des échantillons) n'ont pas trouvé trace de cette substance", a déclaré Vladimir Ouïba, le directeur de l'Agence fédérale d'analyses biologiques, cité par l'agence Interfax.

Interrogée par l'AFP, l'Agence fédérale des analyses biologiques a cependant démenti toute communication sur le sujet.

Mais l'agence Interfax a maintenu son information.