Modifié le 01 octobre 2013 à 09:55

Le Premier ministre turc autorise les femmes fonctionnaires à se voiler

Turquie: les femmes fonctionnaires pourront être voilées
Les femmes fonctionnaires pourront être voilées 19h30 / 1 min. / le 30 septembre 2013
Le Premier ministre turc a décidé d'autoriser les femmes fonctionnaires à se voiler. Recep Tayyip Erdogan a également élargi les droits des minorités, notamment des Kurdes.

Le Premier ministre islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan a dévoilé lundi une série de réformes qui autorisent, entre autres, le port du foulard islamique pour les fonctionnaires.

Les députées pourront porter le foulard au Parlement

Symbole de la Turquie musulmane mais laïque voulue par le fondateur de la République Mustafa Kemal Atatürk, l'interdiction du voile restera toutefois en vigueur pour les policiers, les militaires, les procureurs et les magistrats, a précisé le chef du gouvernement.

La mesure annoncée lundi doit permettre aux députées d'arborer le foulard au Parlement, un autre sujet controversé qui a fait des remous (lire encadré).

Après la vague de contestation du mois de juin

Cette annonce intervient quatre mois après le coup d'envoi de la vague de contestation sans précédent qui l'a visé au mois de juin.

Les réformes annoncées, dont l'élargissement des droits des Kurdes (voir ci-contre), seront discutées lors de la prochaine session du Parlement, qui s'ouvre mardi.

afp/hof

Publié le 30 septembre 2013 à 14:59 - Modifié le 01 octobre 2013 à 09:55

Les autres mesures prises

Sur le plan politique, Recep Tayyip Erdogan a également promis une discussion sur l'abaissement du seuil de 10% des suffrages nécessaire pour entrer au Parlement.

Et en matière pénale, il a annoncé un renforcement des sanctions contre les "discours de haine", et "ceux qui s'opposent aux pratiques religieuses".

L'affaire Merve Kavakçi

En mai 1999, Merve Kavakçi, députée turco-américaine élue sous les couleurs du Fazilet, le Parti islamique de la vertu, s'était présentée devant le Parlement coiffée du voile pour y prêter serment.

Ce fut un tollé. Elle avait dû quitter la salle sous les huées, avant d'être déchue de sa nationalité.

Les droits des Kurdes renforcés

Recep Tayyip Erdogan a aussi présenté une série de mesures destinées à renforcer les droits des minorités, à commencer par les Kurdes, à l'heure où Ankara a engagé des pourparlers de paix pour mettre un terme au conflit kurde, à l'origine de plus de 40'000 morts depuis 1984.

Egalement destiné à toutes les autres minorités de Turquie - Alévis, Roms, Syriaques -, le "paquet démocratique" du gouvernement autorise l'enseignement en langue kurde dans les écoles privées ou l'utilisation de la langue kurde pour la propagande électorale.

Certaines localités du sud-est anatolien, qui abrite une large partie des 15 millions de Kurdes du pays, débaptisées après un coup d'Etat militaire en 1980, pourront également reprendre leur nom d'origine.