Modifié le 26 septembre 2013 à 20:51

Un alpiniste trouve des pierres précieuses sur le Mont-Blanc

Un jeune alpiniste français découvre un trésor de pierres précieuses sur un glacier du Mont-Blanc
Un jeune alpiniste français découvre un trésor au Mont-Blanc 19h30 / 1 min. / le 26 septembre 2013
Un alpiniste a découvert pour des dizaines de milliers d'euros de pierres précieuses sur le Mont-Blanc, provenant du crash d'un avion indien il y a 50 ans, a indiqué jeudi la gendarmerie.

Un jeune alpiniste français a découvert des émeraudes, des saphirs et des rubis sur un glacier du Mont-Blanc. Les pierres précieuses proviennent probablement du crash d'un avion indien il y a plus d'un demi-siècle (lire encadré).

Plus de 130'000 euros de pierres précieuses

Le trésor a été remis à la gendarmerie de Bourg-Saint-Maurice (centre-est) début septembre, a indiqué jeudi la police française. Leur valeur a été évaluée entre 130'000 et 246'000 euros par un joaillier.

L'alpiniste, qui souhaite garder l'anonymat, les a découvertes alors qu'il évoluait sur le glacier des Bossons. Il a aperçu une boîte métallique qui gisait sur le glacier. A l'intérieur, se trouvaient de petits sachets, dont certains portaient la mention "Made in India", contenant les pierres précieuses.

afp/hend

Publié le 26 septembre 2013 à 16:00 - Modifié le 26 septembre 2013 à 20:51

Deux crash d'avions indiens

Le Malabar Princess, un avion d'Air India, s'était écrasé sur le Mont-Blanc le 3 novembre 1950, lors d'une catastrophe aérienne qui avait fait 58 morts.

Près de seize ans plus tard, le 24 janvier 1966, le "Kangchenjunga", un Boeing qui effectuait la liaison Bombay-New York, s'était écrasé au même endroit avec 117 passagers à bord.

Depuis lors, les alpinistes découvrent régulièrement des morceaux de carlingue, des valises ou même des restes humains.

Recherches d'héritiers

"Si on ne retrouve pas le propriétaire, un article de loi prévoit que ça pourrait revenir au jeune alpiniste", a expliqué le commandant Merly. Les pierres ont été mises sous scellés et remises au parquet d'Albertville.

Les autorités françaises devraient désormais prendre contact avec les autorités indiennes afin de retrouver le propriétaire ou ses héritiers.

Le glacier des Bossons, lieu de la découverte