Modifié le 29 août 2013 à 23:40

Le président américain se réserve le droit d'agir seul en Syrie

Barack Obama a insisté sur la nécessité d'une plus grande "transparence".
Barack Obama n'attendra peut être pas l'ONU ou ses alliés pour agir contre le régime syrien. [Saul Loeb - ]
Les Etats-Unis pourraient agir seuls contre le régime syrien, a annoncé jeudi la Maison Blanche. De son côté, le Premier ministre britannique tentait de convaincre les députés de la nécessité d'une intervention en Syrie.

Barack Obama se réserve le droit d'agir unilatéralement contre le régime syrien pour le punir d'avoir utilisé des armes chimiques, sans attendre l'ONU ou ses alliés comme la Grande-Bretagne, a laissé entendre jeudi la Maison Blanche.

Le président américain, qui a parlé mercredi de "coup de semonce" nécessaire contre le gouvernement de Bachar al-Assad, donnera la priorité à la défense des intérêts des Etats-Unis au moment de décider de la réaction de son pays, a ajouté l'un de ses porte-parole, Josh Earnest.

Débat au Parlement britannique

De son côté, le Premier ministre britannique David Cameron a défendu devant des députés sceptiques la nécessité d'intervenir en Syrie en réponse à l'usage d'armes chimiques, tout en reconnaissant qu'il n'y avait pas "100%" de certitude sur la responsabilité du régime de Damas.

Les parlementaires, convoqués en session extraordinaire, devaient voter jeudi soir sur une motion du gouvernement autorisant le principe d'une action militaire en Syrie sans toutefois donner le feu vert à une intervention immédiate.

"Quantité" d'éléments recueillis

Par ailleurs, les inspecteurs des Nations unies ont recueilli "quantité" d'éléments concernant l'attaque à l'arme chimique en Syrie le 21 août.

Les experts feront un "compte-rendu oral" au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon à leur retour, a indiqué jeudi un porte-parole de l'ONU. Lire: Les enquêteurs de l'ONU quitteront la Syrie samedi

agences/aduc

Publié le 29 août 2013 à 23:16 - Modifié le 29 août 2013 à 23:40

Appel à épargner le patrimoine

Bombardements de sites historiques, pillages de musées, fouilles clandestines: l'Unesco a appelé jeudi le régime syrien et les rebelles à préserver le patrimoine historique de la Syrie, victime des combats et cible de trafiquants.

"J'exhorte toutes les parties en présence à prendre les mesures nécessaires pour éviter que des dommages supplémentaires soient infligés à ce patrimoine qui compte parmi les plus précieux du monde islamique", a déclaré la directrice générale de l'Unesco.

Impasse à l'ONU

Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU ont tenu une nouvelle réunion d'à peine 45 minutes jeudi soir sur la crise syrienne, sans faire de progrès dans leurs discussions, selon des diplomates.

"Il n'y a pas eu de convergence de vues" entre Moscou et les trois pays - Etats-Unis, France, Royaume-Uni - qui se préparent à une éventuelle opération militaire, a expliqué un diplomate sous le couvert de l'anonymat.

Aucune date n'a été fixée pour une nouvelle réunion.

Rassemblement à Paris

Pacifistes, militants de gauche, pro-Assad, Kurdes: quelques centaines de personnes se sont rassemblées à Paris jeudi soir pour protester contre une éventuelle action militaire occidentale en Syrie.

250 manifestants, selon une source policière, se sont rassemblés dans le centre de la capitale, à l'appel du Mouvement de la Paix, une organisation pacifiste historiquement proche du Parti communiste, prise de cours par l'afflux de mouvances divergentes.