Modifié le 21 août 2013 à 09:34

Le guide suprême des Frères musulmans a été arrêté au Caire

Mohammed Badie est le Guide suprême des Frères musulmans depuis 2010.
Mohammed Badie est le guide suprême des Frères musulmans depuis 2010. [Khaled el Fiqi - EPA/Keystone]
Le leader des Frères musulmans, Mohamed Badie, a été appréhendé martin matin dans la capitale égyptienne par la police. La confrérie a nommé l'un de ses adjoints, Mahmmoud Ezzat, pour le remplacer temporairement.

Le guide suprême des Frères musulmans a été arrêté tôt mardi matin au Caire. Il sera jugé dès dimanche prochain, ont annoncé les médias officiels égyptiens. La capture de Mohamed Badie, 70 ans, accentue la pression sur le mouvement du président déchu Mohamed Morsi.

Le dirigeant de la confrérie a été interpellé dans un appartement du quartier de Nasr City, au nord-est du Caire, précise l'agence de presse Mena. Il est poursuivi pour incitation au meurtre de manifestants et sera jugé avec deux de ses adjoints dès dimanche prochain 25 août, a indiqué le ministre de l'Intérieur, Mohamed Ibrahim.

Cadres des Frères musulmans recherchés

En Egypte, les télévisions publiques comme privées qui soutiennent quasi-unanimement le coup de force des militaires ont diffusé dans la nuit des images de Mohamed Badie emmené par la police.

Le 10 juillet, une semaine après que l'armée eut destitué et arrêté Mohamed Morsi, la justice avait ordonné l'arrestation de Mohamed Badie et de plusieurs cadres de la confrérie des Frères musulmans.

ats/rber

Publié le 20 août 2013 à 07:06 - Modifié le 21 août 2013 à 09:34

Un nouveau chef par intérim nommé

Les Frères musulmans qu'ils avaient nommé Mahmoud Ezzat pour remplacer temporairement leur guide suprême Mohamed Badie arrêté dans la nuit.

Mahmmoud Ezzat est l'un des adjoints de Mohamed Badie au sein de l'exécutif de la confrérie. "Il assumera les fonctions de guide suprême sur une base temporaire", lit-on sur le site internet des Frères.

Près de 900 morts en une semaine

Depuis six jours, et malgré le tollé déclenché dans la communauté internationale qui dénonce un "carnage", le pouvoir mis en place par l'armée a ordonné la dispersion systématique - et dans le sang - de toute manifestation des pro-Morsi.

Les heurts avec les forces de l'ordre ont fait au total près de 900 morts depuis l'assaut de la place Rabaa mercredi passé, des civils partisans des Frères musulmans pour la plupart. Le propre fils de Mohamed Badie a été tué par balles durant une de leurs manifestations "contre le coup d'Etat" vendredi au Caire.

Plus d'un millier de manifestants pro-Morsi ont également été arrêtés, dont les cadres les plus importants des Frères musulmans, qui doivent être jugés à partir du 25 août, comme Mohamed Badie.

L'ONU veut déployer des observateurs sur le terrain

Le Haut Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme veut déployer des observateurs pour évaluer la situation sur le terrain en Egypte, a affirmé mardi une porte-parole. L'ONU souhaite rassembler les informations de manière indépendante, a-t-elle expliqué.

Evoquant l'arrestation de centaines de membres des Frères musulmans au cours de ces derniers jours, la porte-parole a rappelé que toute personne privée de sa liberté doit être traitée humainement et bénéficier de toutes les garanties juridiques offertes par le droit international.