Modifié le 07 août 2013 à 19:26

L'aéroport kényan de Nairobi paralysé par un important incendie

Des passants regardent les hautes flammes qui s'échappent de l'aéroport international de Nairobi.
Des passants regardent les hautes flammes qui s'échappent de l'aéroport international de Nairobi. [AP Photo/Segeni Ngethe - ]
L'aéroport Jomo Kenyatta à Nairobi, l'un des plus importants tarmacs d'Afrique, a été bloqué mercredi à la suite d'un important incendie. Aucune victime n'a été signalée et les causes sont inconnues.

Un important incendie a ravagé mercredi le principal aéroport de Nairobi, sans faire de victime. Les compagnies ont annulé ou dérouté leurs vols internationaux. Les trajets aériens à l'intérieur du Kenya ont pu reprendre dans l'après-midi.

Enquête ouverte

Il était 05h00 du matin lorsque le feu a éclaté près des guichets de l'aire d'arrivée de l'aéroport international Jomo Kenyatta. Celui-ci a rapidement pris de l'ampleur. Des flammes géantes et des nuages de fumée noire se sont élevés dans le ciel. Le sinistre a finalement été circonscrit en milieu de matinée.

Une enquête a été ouverte pour déterminer la cause de cet incendie qui n'a pas endommagé les pistes d'envol et d'atterrissage.

Reprise des vols intérieurs

Les vols intérieurs et le transport de fret ont repris mercredi soir. Deux premiers vols internationaux, en provenance de Londres et Bangkok, devraient pouvoir atterrir au terminal réservé aux vols intérieurs jeudi matin, a affirmé la compagnie Kenya Airways.

afp/boi/hof

Publié le 07 août 2013 à 08:05 - Modifié le 07 août 2013 à 19:26

Etrange coïncidence

Deux jours avant cet incendie majeur, l'activité de l'aéroport avait déjà été sérieusement perturbée suite à des problèmes d'approvisionnement en kérosène.

Le sinistre s'est déclenché quinze ans jour pour jour après la double attaque contre les ambassades américaines à Nairobi et Dar es Salaam, capitale économique de la Tanzanie voisine.

Ces attentats, perpétrés par Al Qaïda, avaient fait 224 morts. Rien n'indiquait cependant à ce stade que l'incendie pourrait être d'origine criminelle.

"Il n'y a aucune raison de spéculer à ce stade," a affirmé dans un communiqué le président Kenyatta, dont le défunt père, premier président du Kenya, a donné son nom à l'aéroport.

Important hub aérien

Des dizaines de milliers de passagers risquent d'être affectés par la fermeture de cet aéroport, un des principaux hubs aériens d'Afrique.

Celui-ci accueille quelque 16'000 passagers en transit chaque jour, selon les autorités du pays, soit 6,2 millions de personnes par an.

Nairobi, au Kenya