Publié le 27 juillet 2013 à 15:10

Le sud-ouest de la France frappé par de violents orages

Les images des violents orages en France
Les images des violents orages en France L'actu en vidéo / 1 min. / le 27 juillet 2013
La violente vague orageuse en France a fait entre vendredi et samedi deux blessés graves, plongé plus de 150'000 foyers dans le noir et bloqué des milliers de vacanciers dans les gares.

En France, les intempéries, qui ont commencé jeudi soir, devaient se poursuivre samedi dans l'après-midi et la soirée selon Météo-France, sur une bande allant du sud-ouest vers le centre et le nord.

Deux personnes ont été grièvement blessées dans les orages: une septuagénaire à Pauillac (sud-ouest), prise sous les décombres de sa maison sur laquelle était tombé le clocher de l'église, et un facteur, frappé par la foudre à Nantes (ouest).

Vendredi soir en Gironde, département du sud-ouest le plus touché, des habitants calfeutrés ont senti passer ces orages, accompagnés d'éclairs d'une rare intensité, de véritables trombes d'eau et de rafales de vent qui ont dépassé par endroits les 120 km/h.

14'000 impacts de foudre en Gironde

Pour la seule Gironde, 14'000 impacts de foudre ont été enregistrés, endommageant des installations électriques, tandis que le vent faisait chuter des arbres sur les lignes, entraînant coupures de courant et aussi des dégâts sur les routes, voies ferrées, toitures et voitures.

L'orage s'est déplacé ensuite vers le nord, et samedi à 12H00, 100'000 foyers restaient privés d'électricité à travers la France, l'opérateur ERDF ayant mobilisé un millier de techniciens. Environ 160'000 foyers étaient privés d'électricité samedi matin.

afp/vtom

Publié le 27 juillet 2013 à 15:10

Trafic ferroviaire perturbé

Les chutes d'arbres encombrant les voies ont fortement perturbé le trafic ferroviaire en ce jour de grands départs en vacances en France, particulièrement entre Paris et Bordeaux (sud-ouest) où la circulation de tous les trains à grande vitesse a été suspendue.

A la mi-journée, une quinzaine de TGV étaient "retenus" en gare.