Modifié le 27 mai 2013 à 16:14

Deux reporters du Monde font état d'armes chimiques en Syrie

Soldats syriens
Soldats syriens dans les faubourgs de Damas. Selon des journalistes du "Monde", l'armée de Bachar al-Assad utiliserait des armes chimiques. [EPA/SANA HANDOUT - ]
Les forces de Bachar al-Assad font usage d'armes chimiques dans la région de la capitale syrienne Damas, selon "Le Monde". Deux reporters du journal disent avoir été témoins directs lors d'un récent séjour en Syrie.

Présents sur place pendant plusieurs semaines, un reporter texte et un photographe du quotidien français accompagnant les rebelles syriens affirment avoir constaté par eux-mêmes les effets de l'usage de gaz toxiques par les forces gouvernementales dans le faubourg de Jobar, "à moins de 500 mètres de la place des Abbasides", non loin du centre de la capitale syrienne.

"Le Monde" rapporte notamment que, à la suite d'une "attaque chimique sur une zone du front de Jobar, le 13 avril", son photographe "souffrira, quatre jours durant, de troubles visuels et respiratoires".

Les journalistes français disent avoir aussi recueilli les témoignages de médecins dans la Ghouta, une zone tenue par les rebelles dans la périphérie Est de Damas, faisant état d'un usage régulier d'armes chimiques par les forces de Bachar al-Assad. Ces médecins soupçonnent notamment l'utilisation de gaz sarin.

agences/pym

Publié le 27 mai 2013 à 09:14 - Modifié le 27 mai 2013 à 16:14

Réunions préparatoires à la conférence de Genève

Le régime de Damas a annoncé sa participation alors que la Coalition nationale de l'opposition a connu un sérieux revers dans ses efforts d'unification avec le fiasco tôt lundi d'un vote sur son élargissement à de nouveaux membres, qui laisse planer le doute sur sa participation à la conférence internationale de paix.

Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius a exprimé l'espoir de faire avancer le projet de conférence, baptisée Genève-2, lors d'une rencontre qu'il aura lundi soir à Paris avec ses homologues américain et russe, John Kerry et Sergueï Lavrov dont le pays est le principal allié du régime de Damas.

De son côté, le Premier ministre chinois Li Keqiang a déclaré que la Chine était ouverte à toute solution de paix acceptable par toutes les parties syriennes dans le cadre de Genève-2.

Ban Ki-moon "profondément inquiet"

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon se déclare extrêmement préoccupé par le conflit qui s'intensifie, en particulier autour de la ville rebelle syrienne de Qousseir.

"Profondément inquiet" face au rôle grandissant du Hezbollah libanais dans la guerre civile aux côtés de l'armée syrienne, il exhorte à redoubler d'efforts pour empêcher une extension du conflit à d'autres pays.

Navi Pillay "horrifiée"

La Haut Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme Navi Pillay a ouvert lundi à Genève une session du Conseil des droits de l'homme en se déclarant horrifiée par l'escalade des violences en Syrie. A la demande du Qatar, de la Turquie et des Etats-Unis, un débat sur les massacres à Qousseir aura lieu mercredi.