Modifié

Bataille gagnée par Ioulia Timochenko face à l'Ukraine à Strasbourg

L'opposante Loulia Timochenko reste en prison. [Sergei Supinsk - AFP]
L'opposante Loulia Timochenko reste en prison. [Sergei Supinsk - AFP]
L'emprisonnement de l'ancien Premier ministre ukrainien Ioulia Timochenko depuis 2011 a été condamné mardi par les juges de Strasbourg. Ils ont en revanche rejeté les griefs sur les mauvais traitements.

L'Ukraine a été condamnée mardi par la Cour européenne des droits de l'homme à Strasbourg pour les conditions de détention infligées à l'ancien premier ministre Ioulia Timochenko.

Elle purge une peine de sept ans de prison dans son pays pour abus de pouvoir.

La juridiction du Conseil de l'Europe estime que l'égérie de la révolution orange de 2004 a été victime de détention arbitraire durant sa période de détention provisoire.

Cet arrêt ne concerne toutefois ni le procès, ni la condamnation de l'ancien chef de gouvernement, sur lesquels la Cour de Strasbourg sera amenée à se prononcer ultérieurement.

Timochenko a dirigé le gouvernement jusqu'en 2010

Ioulia Timochenko, qui est âgée de 52 ans, a dirigé le gouvernement ukrainien en 2005 puis de décembre 2007 à mars 2010.

Elle avait pris la tête du principal parti d'opposition après sa défaite, à l'élection présidentielle de février 2010, face au perdant de la révolution orange, Viktor Ianoukovitch.

L'opposante ukrainienne, qui dénonce un acharnement politique à son égard, est actuellement poursuivie pour des faits de fraude fiscale et de détournement de fonds relatifs à ses activités de femme d'affaires dans les années 1990.

Alors que ce nouveau procès, qui a débuté en avril, est ajourné en raison de son état de santé, Mme Timochenko fait encore l'objet d'une enquête pour meurtre, diligentée par le parquet général d'Ukraine, pour une affaire remontant à 1996.

Les poursuites engagées contre elle et d'anciens membres de son gouvernement pesent sur les relations entre l'Ukraine et l'Union européenne qui conditionne la signature d'un accord politique et commercial avec Kiev à leur libération.

ats/pb

Publié Modifié