Modifié le 22 avril 2013

Le président de l'Assemblée nationale française menacé

Bartolone
Claude Bartolone, photographié au perchoir de l'Assemblée nationale, ce 17 avril 2013. [KENZO TRIBOUILLARD - ]
A la veille du vote sur le mariage pour tous, le président de l'Assemblée nationale française, Claude Bartolone a reçu une lettre de menaces.

Claude Bartolone, le président socialiste de l'Assemblée nationale, a reçu lundi une enveloppe contenant de la poudre de munitions et une lettre de menaces le mettant "en demeure de surseoir au vote définitif de la loi sur le mariage pour tous" mardi, a annoncé son entourage à l'AFP.

Immédiatement dépêchés à la présidence de l'Assemblée nationale, des experts du laboratoire de la préfecture de police ont confirmé qu'elle contenait bien de la poudre de balle, selon l'entourage de Claude Bartolone.

La lettre, signée d'une "Interaction des forces de l'ordre", est arrivée lundi matin, au lendemain d'une manifestation des adversaires du texte ouvrant le mariage civil et l'adoption au couple homosexuel, et à la veille de son adoption définitive à l'Assemblée.

"Ultimatum"

Elle comportait au dos les mots "explosifs, exceptionnellement sans allumeurs" et se termine par les mots: "Nos méthodes sont plus radicales et expéditives que les manifs, vous avez voulu la guerre, vous l'avez".

Le courrier va faire l'objet d'une expertise dans le cadre d'une l'enquête préliminaire conduite par le parquet antiterroriste, a-t-on appris de source judiciaire.

 "Au cas où vous passeriez outre cet ultimatum, votre famille politique aura à en souffrir physiquement" poursuit la missive, avant un long réquisitoire contre le projet de loi.

 La manifestation dimanche à Paris a réuni entre 45'000 et 270'000 personnes, après une semaine de débats à l'Assemblée, où des députés de l'opposition ont failli en venir aux mains avec un membre de l'équipe de la ministre de la Justice Christine Taubira dans la nuit de vendredi à samedi.

afp/pym

Publié le 22 avril 2013 - Modifié le 22 avril 2013