Modifié

Plus de 5300 amendements déposés contre le mariage gay en France

Les députés UMP Henri Guaino (gauche) et Brice Hortefeux, lors d'une manifestation contre le mariage homosexuel, le 13 janvier dernier. [Thomas Samson - AFP]
Les députés UMP Henri Guaino (gauche) et Brice Hortefeux, lors d'une manifestation contre le mariage homosexuel, le 13 janvier dernier. [Thomas Samson - AFP]
Tandis que les députés français entament mardi le marathon du projet de loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples homosexuels, l'opposition a déposé plus de 5300 amendements pour contrer le projet.

Les députés français engagent ce mardi l'examen du projet de loi sur le mariage et l'adoption par les couples homosexuels. L'opposition entend jouer toutes les cartes à sa disposition contre cette réforme sociétale, la plus importante en France depuis l'abolition de la peine de mort en 1981.

Ce texte est combattu par la droite et une partie de l'Eglise catholique, qui avaient mobilisé entre 340'000 personnes, selon la police, et un million selon les organisateurs, le 13 janvier à Paris. Les partisans du projet leur ont répondu en faisant défiler dimanche de 125'000 et 400'000 personnes en faveur de la réforme qui devrait obtenir aisément la majorité à l'Assemblée.

Pas moins de 5367 amendements ont été déposés lundi pour contrer le projet. La quasi-totalité d'entre eux émanent de l'opposition et, hormis celui qui propose de créer une "alliance civile" plutôt que le mariage homosexuel, la plupart visent à supprimer un par un les alinéas du texte.

Un gouvernement déterminé

Face à cette menace d'obstruction, le gouvernement se dit serein et prêt à affronter un long débat. Il a fait part de sa "détermination totale pour mener ce projet à bien", alors que les sondages donnent une majorité de Français favorables à la réforme.

Le gouvernement, soutenu par toute la gauche, espère que deux semaines - week-ends compris - suffiront pour examiner ce texte qui compte une vingtaine d'articles. Objectif: un vote solennel des députés le 12 février.

Des débats délicats en perspective

L'issue ne fait guère de doute compte tenu de l'importance de la majorité de gauche et du soutien de quelques élus de l'opposition à la réforme.

Les débats seront en revanche bien plus délicats pour mener à bien, dans un texte séparé sur la famille, l'extension de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de lesbiennes. Toute l'opposition mais aussi plusieurs dizaines d'élus de gauche sont réticents à cette réforme et le gouvernement pourrait connaître des déboires à l'Assemblée et, surtout, au Sénat, où il ne dispose que d'une majorité fragile.

ats/hend

Publié Modifié