Modifié

Le gouvernement vénézuélien est confirmé malgré l'absence de Chavez

Le vice-président vénézuélien Nicolas Maduro a été confirmé dans ses fonctions par le Tribunal suprême de justice. [EPA/FRANCISCO BATISTA - Keystone]
Le vice-président vénézuélien Nicolas Maduro a été confirmé dans ses fonctions par le Tribunal suprême de justice. [EPA/FRANCISCO BATISTA - Keystone]
Bien que le président vénézuélien Hugo Chavez ne puisse pas prêter serment jeudi, son gouvernement a été maintenu dans ses fonctions par le Tribunal suprême de justice.

Le Tribunal suprême de justice (TSJ) vénézuélien a tranché mercredi en faveur du gouvernement dans son bras de fer avec l'opposition. Il a décrété que Hugo Chavez, hospitalisé depuis un mois à Cuba, pourra prêter serment après la date du 10 janvier prévue par la Constitution.

En outre, les sept juges de la chambre constitutionnelle du TSJ ont décidé qu'en vertu "du principe de la continuité administrative", le gouvernement et le vice-président Nicolas Maduro, à qui le président a délégué une partie de ses pouvoirs, resteraient en fonctions jusqu'à ce que Hugo Chavez soit en mesure d'être investi, a annoncé devant la presse la présidente du TSJ Luisa Estella Morales.

La juridiction suprême a décrété que l'investiture de Hugo Chavez, réélu en octobre, "pourra intervenir à une date postérieure au 10 janvier, devant le TSJ", et ce "en dépit du fait que débute le 10 janvier une nouvelle période constitutionnelle".

L'opposition prend acte

Le leader de l'opposition vénézuélienne Henrique Capriles a pris acte mercredi de cette décision. "Il y a eu une décision, il y a eu une interprétation du TSJ (...) maintenant c'est à vous M. Maduro que revient la responsabilité d'assumer votre charge et de gouverner", a déclaré devant la presse Henrique Capriles.

La présidente du TSJ a également indiqué que le Tribunal avait écarté l'envoi d'une commission médicale à Cuba, demandé par l'opposition alors que le président demeure invisible depuis sa quatrième opération d'un cancer le 11 décembre à La Havane.

Mardi soir, le gouvernement vénézuélien avait mis fin au suspense qui planait sur l'investiture du président à Caracas jeudi 10 janvier en indiquant que, sur la recommandation de ses médecins, il devait poursuivre son traitement à Cuba.

ats/vkiss

Publié Modifié