Modifié le 17 décembre 2012 à 09:05

Barack Obama au chevet des familles des victimes à Newtown

Barack Obama à son départ de la Maison Blanche pour se rendre à Newtown.
Barack Obama quitte la Maison Blanche dimanche pour se rendre à Newtown. Il s'exprimera à 19h00 locales. [AP Photo/Manuel Balce Ceneta - ]
Le président américain Barack Obama était attendu dimanche à Newtown, où les églises ont accueilli toute la journée de très nombreux fidèles, après le massacre vendredi de 20 enfants et 6 adultes dans une école.

Le président Barack Obama, qui a appelé à "prendre des mesures significatives pour empêcher de telles tragédies" qui a coûté la vie à 26 personnes à Newtown, était attendu dimanche après-midi dans la petite ville du Connecticut. Par ailleurs, de nouvelles voix se sont élevées pour demander un renforcement des lois (lire: Après le massacre de Newtown, un énième débat sur les armes à feu?).

Barack Obama doit rencontrer les familles endeuillées et remercier les services d'urgence. Il doit s'exprimer lors d'une cérémonie religieuse à 19h00 locales (minuit GMT).

De nombreux services religieux se sont succédé dimanche dans la petite ville traumatisée, où de nombreux coins de rue étaient transformés en mémorial improvisé, avec bougies, mots de réconfort, ballons blancs et peluches.

Un mémorial parmi beaucoup d'autres dans la ville de Newtown.
Un mémorial parmi beaucoup d'autres dans la ville de Newtown. [EPA/PETER FOLEY - ]

Suicide confirmé

Du côté de l'enquête, le porte-parole de la police a précisé dimanche qu'il faudrait encore "des semaines de travail" pour en venir à bout. Dans les derniers éléments communiqués aux médias, la police confirme l'identité du tueur et qu'il s'est bien suicidé.

Le porte-parole de la police a également confirmé que le tireur avait auparavant tué sa mère à son domicile. Comme les autres victimes, celle-ci est décédée après avoir été criblée de plusieurs balles.

Auparavant, le gouverneur du Connecticut Dan Malloy avait précisé sur CNN que le tireur avait réussi à entrer dans l'établissement en tirant plusieurs coups de feu à travers une porte. "Ensuite, il est allé dans la première classe, puis dans la seconde, et c'est là, on pense, qu'il s'est suicidé en entendant la police arriver", a-t-il ajouté dans une autre interview sur ABC.

Le père de tueur exprime son incompréhension

"Nous ne parvenons pas à comprendre et nous essayons de trouver d'éventuelles réponses. Nous aussi, nous nous demandons pourquoi", a affirmé samedi le père de l'auteur de la fusillade.

"Nous coopérons pleinement avec les autorités et nous continuerons à le faire", ajoute-t-il dans son communiqué. "Comme beaucoup parmi vous, nous sommes attristés et nous nous efforçons de trouver un sens à ce qui s'est produit."

Folie en 20 minutes

Le drame s'est déroulé vendredi en moins de vingt minutes, selon les premiers éléments de l'enquête. Décrit comme intelligent mais asocial par son entourage, le tireur, âgé de 20 ans, est arrivé vers 09h30 devant l'école Sandy Hook et est "entré de force" dans l'établissement.

A Newtown, toute la communauté tente de se remettre après la terrible fusillade.
A Newtown, toute la communauté tente de se remettre après la terrible fusillade. [Jason DeCrow - ]

L'enchaînement des faits reste ensuite confus et les enquêteurs tentaient toujours de les reconstituer avec précision. Munis de deux pistolets automatiques et d'un fusil d'assaut, le tireur concentre sa folie meurtrière contre deux classes élémentaires, où la majorité des 20 jeunes victimes seront ensuite retrouvées.

Alors que des équipes d'intervention pénètrent dans l'école en brisant "de nombreuses fenêtres", sécurisent pièce par pièce l'établissement et commencent à évacuer les enfants, le corps sans vie du tireur est retrouvé à 09h50, selon CNN. Celui-ci s'est vraisemblablement suicidé. Sa mère a aussi été retrouvée morte dans un appartement à Newtown.

Massacre insupportable

Selon la police, tous les enfants tués avaient 6 ou 7 ans. Parmi les six victimes adultes figurent la directrice et la psychologue de l'école. Outre les circonstances du drame, l'enquête devra également expliquer comment le jeune tireur a pu se procurer ses armes.

Ce massacre est l'un des plus graves jamais commis dans un établissement scolaire américain, et le fait qu'il ait visé de très jeunes enfants était particulièrement insupportable pour beaucoup de parents américains, à quelques jours de Noël.

afp/dk/vtom

Publié le 16 décembre 2012 à 10:29 - Modifié le 17 décembre 2012 à 09:05

Une église de Newtown évacuée

L'église catholique Sainte Rose de Lima de la ville de Newtown, où se recueillaient des centaines de fidèles à la mémoire des personnes tuées dans la fusillade de vendredi, a été évacuée, a indiqué une source policière.

Un périmètre de sécurité a été installé par la police, qui ciblait apparemment une maison située juste à côté.

Condoléances à la famille du tueur

"Je veux présenter mes condoléances les plus sincères à toute les familles", a déclaré devant la presse samedi le père d'une des victimes, extrêmement ému. "Et cela inclut la famille du tueur", a précisé cet homme de 30 ans.

"Je ne peux pas imaginer à quel point cette expérience doit être dure pour vous", a-t-il ajouté. "Je veux que vous sachiez que, pour votre famille, vous avez aussi notre amour et notre soutien", a insisté cet infirmier dans un service néonatal de soins intensifs, père de deux autres petites filles de 3 et 4 ans.

Il a ensuite raconté Emilie, 6 ans, "une petite fille brillante, créative et très aimante", petite blonde aux yeux bleus qui apprenait à lire à sa soeur de 4 ans, et à dessiner à celle de 3 ans. Il l'a vue pour la dernière fois vendredi matin, avant de partir au travail.