Modifié le 14 décembre 2012 à 21:07

Le premier alpiniste à avoir gravi un 8000 mètres est décédé

L'alpiniste Maurice Herzog à son retour à Paris le 3 juillet 1950 après son expédition à l'Annapurna.
L'alpiniste Maurice Herzog à son retour à Paris le 3 juillet 1950 après son expédition à l'Annapurna. Il a perdu ses doigts et ses orteils, gelés, dans l'aventure. [ - ]
Héros français pour avoir dompté l'Annapurna (8091 m) dans l'Himalaya en 1950, l'alpiniste Maurice Herzog, ancien ministre du général De Gaulle, s'est éteint à 93 ans.

L'alpiniste français Maurice Herzog est décédé à l'âge de 93 ans, a indiqué vendredi la Fédération française de la montagne et de l'escalade (FME). Il avait atteint la cime de l'Annapurna (8091 m) le 3 juin 1950, devenant le premier homme à gravir un sommet de plus de 8000 mètres.

Maurice Herzog a raconté, en la romançant un peu, la grande aventure de sa vie dans ce qui reste le best-seller absolu de la littérature de montagne: "Annapurna, premier 8000" (1951), vendu à une douzaine de millions d'exemplaires et traduit en 40 langues.

Secrétaire d'Etat sous De Gaulle

Il était accompagné de Louis Lachenal, qui comme lui avait perdu plusieurs doigts et orteils, gelés, après une descente dramatique. L'équipe comprenait aussi notamment les guides de haute montagne Gaston Rebuffat et Lionel Terray.

Membre de la Résistance pendant la Seconde guerre mondiale, Maurice Herzog était ensuite devenu secrétaire d'Etat à la Jeunesse et aux Sports (1958-65) sous la présidence de Charles De Gaulle. Il fut ensuite maire de Chamonix de 1968 à 1977.

ats/afp/vtom

Publié le 14 décembre 2012 à 14:49 - Modifié le 14 décembre 2012 à 21:07

Le parcours de Maurice Herzog

Né le 15 janvier 1919 à Lyon (Rhône), Maurice Herzog est diplômé de l'Ecole des Hautes études commerciales (HEC). Son temps libre, il le passe à escalader les grandes parois des Alpes.

En 1958, le pouvoir gaulliste cherche des hommes capables de redonner un idéal à la jeunesse. Maurice Herzog devient cette année-là Haut-commissaire à la Jeunesse et aux sports, puis secrétaire d'Etat à la Jeunesse et aux sports.

Maurice Herzog a dirigé jusqu'à sa retraite plusieurs entreprises, dont la Société du tunnel sous le Mont-Blanc (1981-84).

Depuis 1995, il était membre honoraire du Comité international olympique (CIO).