Modifié le 10 novembre 2012 à 18:30

EADS au centre d'une vaste affaire de pots-de-vin en Autriche

Selon "Der Sonntag", l'offre est flexible et se situe dans une fourchette de 22 à 33 Eurofighter pour un montant entre 2,2 et 3,2 milliards de francs.
L'Autriche a acquis 15 avions de combat Eurofighter. [Sigi Tischler - ]
Le groupe européen EADS est soupçonné de corruption dans le cadre d'une vente d'avions militaires en Autriche. Des pots-de-vin à hauteur de 100 millions d'euros auraient été versés. L'affaire a des ramifications en Suisse.

Les justices allemande et autrichienne soupçonnent le constructeur aéronautique européen EADS d'avoir versé au moins 100 millions d'euros (120 millions de francs) de pots-de-vin dans la vente d'avions de combat Eurofighter à l'Autriche. C'est ce qu'a indiqué samedi le Ministère public à Vienne, confirmant une information du journal allemand "Süddeutsche Zeitung".

Liens avec la Suisse

Mardi, plusieurs sites de l'entreprise EADS ont été perquisitionnées en Suisse, en Autriche et en Allemagne. La police judiciaire fédérale est intervenue à la demande du Ministère public de Vienne qui enquête sur ces pots-de-vin dans le cadre de la vente d'appareils Eurofighter à l'Autriche.

Le Ministère public de la Confédération (MPC) n'était pas en mesure de donner des précisions sur la procédure en cours. On ignore ainsi jusqu'à quel point l'affaire a un lien avec la Suisse. Le groupe qui fabrique des avions et des armes possède deux filiales en Suisse, dont un bureau Eurofighter, a précisé le MPC.

L'enquête des parquets de Munich et de Vienne se concentre sur 13 personnes, dont un ancien dirigeant haut placé au sein du groupe, poursuit la "Süddeutsche Zeitung", sans le nommer car "il ne s'agit pour le moment que de premiers soupçons". Les autres suspects sont des cadres moyens d'EADS, des intermédiaires et des lobbyistes, ajoute le quotidien bavarois.

"Aucune tolérance"

Ce dernier indique également que Tom Enders, le patron d'EADS, a envoyé "cette semaine une lettre de deux pages" aux dirigeants du groupe dans laquelle il martèle que violer la loi n'est en aucun cas "une option" pour obtenir des contrats et qu'EADS ne fera preuve d'"aucune tolérance (envers) des attitudes illégales ou immorales".

Selon le journal allemand, EADS craint que cette procédure ne le pénalise dans un appel d'offre de l'armée américaine concernant des hélicoptères. Aux Etats-Unis, les entreprises qui ont versé des pots-de-vin sont exclus des appels d'offres publiques, sauf si elles coopèrent totalement avec la justice.

agences/dk

Publié le 10 novembre 2012 à 18:11 - Modifié le 10 novembre 2012 à 18:30

Un long feuilleton à scandale en Autriche

Les soupçons de corruption autour du contrat militaire autrichien, conclu en 2003, ont rythmé la vie politique de ce pays au cours des dernières années.

La commande pour deux milliards d'euros de 18 Eurofighter Typhoon, fabriqués par un consortium formé par EADS, le britannique BAE Systems et Finmeccanica, avait été réduite en 2007 à 15 appareils sous l'effet du scandale, plusieurs partis demandant l'annulation pure et simple du contrat.

Le parquet de Vienne avait classé sans suite en 2011 une plainte pour corruption contre l'ex-chef de l'armée de l'air, le général Erich Wolf, liée à ce contrat.