Modifié le 03 novembre 2012 à 21:02

L'annulation du marathon de New York suscite des avis partagés

Marathon de New York annulé: les réactions des coureurs
Marathon de New York annulé: les réactions des coureurs [DR]
L'annulation du marathon de New York suite à l'ouragan Sandy est la première de l'histoire de la course. Quelque 47'000 coureurs devaient en principe s'élancer dimanche du célèbre pont Verrazzano. Beaucoup ont été déçus, tout en comprenant les raisons de l'annulation.

Cinq jours après le passage de Sandy, la situation des New-Yorkais s'améliore samedi malgré les pénuries d'électricité et d'essence, mais le maire de la ville Michael Bloomberg s'est résolu à annuler le marathon prévu dimanche (Lire: La Grande Pomme n'accueillera pas son célèbre marathon cette année) devant la polémique qui enflait.

Quelque 47'000 coureurs venus du monde entier, qui ont souvent réservé et payé des mois à l'avance, devaient s'élancer dimanche du célèbre pont Verrazzano.

"Comment va le marathon"? La pancarte que cette femme dépose devant la maison détruite de son frère illustre le point de vue des habitants de Staten Island qui se débattent dans l'après Sandy.
"Comment va le marathon"? La pancarte que cette femme dépose devant la maison détruite de son frère illustre le point de vue des habitants de Staten Island qui se débattent dans l'après Sandy. [Seth Wenig - ]
"Je comprends la décision d'annuler, mais attendre aussi longtemps pour le faire est vraiment ridicule", a estimé Betty Camilo sur la page officielle du marathon. "Pour tous les gens qui se sont déplacés, ça risque d'être une grosse déception", a expliqué Sophie, la trentaine, qui avait réussi à décrocher un dossard après trois tentatives d'inscription.

Mais "vis-à-vis des habitants de Staten Island, où était prévu le départ et qui sont encore en plein dans l'après-Sandy, ce n'était pas tenable. Et puis il y avait vraiment des gros points d'interrogation sur la logistique."

Vendredi soir, Mary Wittenberg, la présidente du comité d'organisation des New York Road Runners (NYRR) a exprimé "ses profonds regrets", se disant "désolée pour les coureurs venus du monde entier". Mais elle a souligné les circonstances particulières de cette annulation. "Il est clair aujourd'hui que la meilleure chose (à faire) pour New York et pour le marathon est malheureusement de passer à autre chose, ce n'est ni l'année ni le moment de le courir", a ajouté Mary Wittenberg.

Bloomberg voulait maintenir la course

En début d'après-midi vendredi, le maire de la ville Michael Bloomberg avait pourtant vivement défendu sa décision initiale de maintenir le marathon, rappelant que son prédécesseur Rudy Giuliani avait fait le même choix après les attentats du 11 septembre 2001.

Michael Bloomberg, maire de New York, en conférence de presse vendredi 2 octobre.
Michael Bloomberg, maire de New York, en conférence de presse vendredi 2 octobre. [Kristin Artz - ]
"Nous devons continuer (à avancer) et faire des choses, on peut pleurer et rire en même temps", avait insisté le maire, ajoutant que le marathon ne détournait pas les moyens mis en place pour aider les victimes de l'ouragan Sandy qui a frappé les Etats-Unis lundi soir.

Mais certains élus avaient dénoncé un affront aux personnes sinistrées, dont certaines luttent toujours au quotidien, privées d'électricité, de chauffage, et parfois d'eau. "Ceux qui veulent courir, nous leur demandons de venir à Coney Island et de courir livrer de l'eau et de la nourriture en haut des immeubles résidentiels", s'était emporté le démocrate Domenic Recchia, conseiller municipal local.

Pénurie d'essence

Sandy a fait 41 morts à New York, créé des dégâts considérables dans certains secteurs côtiers, et privé d'électricité des centaines de milliers de New-Yorkais.

Aux automobilistes qui patientent des heures devant les rares stations-service ouvertes, Michael Bloomberg a aussi promis des progrès. Un pipeline alimentant New York doit recommencer à amener du carburant aux pompes et une péniche bloquée dans le port avec 64'000 barils de pétrole a été remise en service.

Publié le 03 novembre 2012 à 08:59 - Modifié le 03 novembre 2012 à 21:02

Show télévisé avec Springsteen et Bon Jovi

Côté transports, les autobus circulent normalement et le métro et les trains de banlieue ont repris progressivement. Mais le métro, qui transporte habituellement 5,5 millions de voyageurs par jour, ne descend toujours pas en-dessous de la 34e rue.

Pour limiter les embouteillages, la police a fait respecter vendredi un covoiturage obligatoire (au moins trois personnes par véhicule) sur les ponts menant à Manhattan. Les célèbres taxis jaunes de New York, moins nombreux que d'ordinaire par manque de carburant, étaient autorisés à prendre plusieurs passagers qui se partagent la course.

Les chanteurs Bruce Springsteen et Jon Bon Jovi, originaires du New Jersey, ont participé vendredi à un show télévisé en faveur des victimes de l'ouragan Sandy. Sting, Christina Aguilera et d'autres vedettes leur ont apporté leur soutien.
La retransmission a été l'occasion de lancer des appels à des dons pour aider les victimes de l'ouragan.

Fournisseurs d'électricité critiqués

Les critiques se concentrent aussi sur les fournisseurs d'électricité, qui peinent à reconnecter des milliers de lignes abattues par le vent ou noyées par les crues. Car sans électricité, l'eau n'arrive pas dans les gratte-ciels, le chauffage manque, et les rames de métro restent à l'arrêt dans les quartiers touchés.

Les opérateurs de télécoms continuent aussi d'avoir des difficultés pour couvrir les zones les plus touchées. Selon le numéro deux du marché, Verizon, la réparation des dégâts "pourrait prendre un certain temps".