Modifié le 29 septembre 2012 à 17:30

Malgré de sévères coupes budgétaires, la dette espagnole augmentera

Le ministre espagnol du Budget Cristobal Montoro a présenté ce samedi un budget de crise.
Le ministre espagnol du Budget Cristobal Montoro a présenté ce samedi un budget de crise. [Andres Kudacki - ]
Le gouvernement espagnol a transmis samedi au Parlement un projet de budget austère pour 2013 afin de "surmonter la crise". Malgré cela, la dette publique du pays continuera de grimper.

Le ministre espagnol du Budget Cristobal Montoro a annoncé samedi que le déficit public du pays en 2011, initialement évalué à 8,96% du PIB, serait révisé à 9,44%, puis devrait atteindre 7,4% en 2012, contre 6,3% promis à ses partenaires européens.

Selon le texte diffusé par le ministère des finances espagnols, de nombreuses coupes budgétaires seront appliquées: les prestations chômage baisseront notamment de 6,3% alors que le pays souffre du taux de chômage le plus élevé du monde industrialisé (24,63%).

La dette publique augmente

Les budgets des ministères seront réduits en moyenne de 8,9% (voir encadré). La contribution de la maison royale sera limitée à une diminution de budget de 4%.

Malgré ces coupes, le texte révèle également que la dette publique continuera de grimper: alors qu'elle avait fini 2011 à un niveau relativement bas en Union européenne (68,5% du PIB), elle atteindra 85,3% du PIB fin 2012 puis 90,5% en 2013, des chiffres bien supérieurs aux prévisions précédentes. Jusque-là, le gouvernement attendait une dette de 79,8% en 2012 puis 82,3% en 2013.

Le journal El Mundo a par ailleurs calculé qu'un quart du budget espagnol sera désormais dédié au paiement des intérêts de la dette.

L'aide aux banques en cause

La révision à la hausse des chiffres de la dette et du déficit est due aux aides publiques apportées aux banques, plombées par l'explosion de la bulle immobilière, a expliqué Cristobal Montoro.

En effet, le secteur bancaire espagnol a déjà reçu plusieurs milliards d'euros d'aides du gouvernement et doit encore bénéficier d'une ligne de crédit de la zone euro: cette dernière lui a promis en juin jusqu'à 100 milliards d'euros, mais Madrid, en se fondant sur un audit indépendant, a estimé vendredi que le secteur pourrait demander jusqu'à 60 milliards. (Lire: Les banques espagnoles auraient besoin de près de 60 milliards d'euros)

mre avec les agences

Publié le 29 septembre 2012 à 16:08 - Modifié le 29 septembre 2012 à 17:30

Les principales coupes de budget

Ministère de l'Agriculture: -25,4%

Ministère de la Santé: -22,6%

Ministère de l'Industrie: - 21,3%

Ministère de la Culture: -19,6%

Ministère de l'Education: -14,4%

Ministère de l'Equipement: -11%

Ministère des Affaires étrangères: -10%

Ministère des Finances et Administrations publiques: -9,5%

Ministère de l'Emploi: -8,3%

Ministère de la Défense: -6,01%

Ministère de la Justice: -4,2%

Nouvelle manifestation prévue

Plusieurs dizaines de milliers d'Espagnols étaient attendus samedi en fin d'après-midi après-midi à Madrid, pour une nouvelle manifestation contre la politique d'austérité du gouvernement de Mariano Rajoy.

Les manifestants devaient se rassembler à partir de 18h dans le centre de la capitale espagnole, près du Parlement où la police renforçait la sécurité.

Une précédente manifestation contre l'austérité a dégénéré mardi soir à Madrid lorsque la police a dispersé la foule présente.

(Voir la vidéo: Manifestation mouvementée à Madrid)