Modifié le 10 septembre 2012 à 23:27

Le frère de Mohamed Merah devrait être blanchi

L'avocat Eric Dupont-Moretti va demander une mise en liberté pour le frère du tueur.
L'avocat Eric Dupont-Moretti va demander une mise en liberté pour le frère du tueur. [Joel Saget - ]
A.Merah a été entendu lundi. Selon son avocat, il n'y a pas d'indices qui prouvent qu'il a aidé son frère à préparer les tueries de Toulouse et Montauban.

A.Merah, frère aîné du jihadiste français Mohamed Merah, a été longuement interrogé lundi sur son rôle présumé dans l'aide à la préparation des tueries et sur l'influence idéologique qu'il a pu avoir sur son cadet.

L'avocat du prévenu, Me Eric Dupond-Moretti, a estimé, après une audition de sept heures, qu'il  n'existait "aucun indice" permettant de dire que le frère du "tueur au scooter" avait aidé ce dernier à préparer les tueries de Toulouse et Montauban.  "J'envisage de déposer une demande de mise en liberté après que les dernières investigations techniques seront rentrées car à l'évidence il n'y a pas suffisamment d'éléments pour considérer sa participation dans le cadre d'une complicité d'assassinat", a dit Me Eric Dupond-Moretti.

Inculpé de complicité d'assassinats

L'homme de 29 ans n'avait jusqu'ici pas été entendu par les trois juges d'instruction chargés de l'enquête depuis son inculpation fin mars pour complicité d'assassinats, association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes de terrorisme et pour vol en réunion d'un scooter.

Le Français a admis avoir accompagné son frère lors du vol d'un scooter le 6 mars à Toulouse et reconnu avoir assisté à l'achat du blouson porté par son frère au moment des tueries, mais il réfute avoir été au courant des projets de son cadet.

Il a aussi admis avoir été au courant des déplacements de son cadet en Afghanistan et au Pakistan fin 2010. Son frère lui avait parlé du djihad. Il "voulait bouger rapidement, trouver un filon rapidement ou faire des coups en France ou à l'étranger". Les deux hommes avaient fait l'objet d'une surveillance suivie. L'aîné a été répertorié dès 2007 comme membre de la mouvance islamiste radicale, son jeune frère l'étant deux ans après.

afp/bri

Publié le 10 septembre 2012 à 23:12 - Modifié le 10 septembre 2012 à 23:27

L'affaire Merah

Mohamed Merah, Franco-Algérien de 23 ans, a assassiné trois enfants et un enseignant juifs dans une école de Toulouse le 19 mars, après avoir abattu trois soldats à Toulouse et à Montauban les 11 et 15 mars.

Il a été tué par la police le 22 mars après un siège de 32 heures de son domicile à Toulouse.