Modifié le 10 août 2012 à 08:31

Les inondations ont fait soixante morts cette semaine à Manille

Manile
Des habitants de Manille tentent de faire face au fleuve de boue qui a envahi leur rue vendredi 10 août à Manille. [ROLEX DELA PENA - ]
Les pluies diluviennes à l'origine d'inondations monstres cette semaine à Manille ont affecté 2,44 millions de personnes et fait 60 morts. Au total, les intempéries ont causé le décès de 113 personnes à travers le pays depuis fin juillet.

Les inondations monstres qui ont ravagé Manille cette semaine ont fait soixante morts et affecté près de deux millions et demi de personnes.

La situation s'améliorait graduellement vendredi avec la décrue et l'acheminement de l'aide alimentaire ou médicale aux populations coupées du monde pendant plusieurs jours.

Bidonvilles particulièrement vulnérables

Environ 362.000 personnes étaient néanmoins toujours hébergées dans des écoles ou des gymnases de la capitale. Les inondations ont durement touché les habitants des bidonvilles de Manille dont les baraques ne résistent pas toujours à la montée des eaux.

Une vingtaine de typhons frappent les Philippines chaque année pendant la saison de la mousson (été et automne). Les derniers, en septembre 2011, Nesat et Nalgae, ont causé la mort d'au moins 101 personnes, et des dizaines de milliers d'autres n'ont pu regagner leurs logements à cause des inondations, selon les autorités.

En 2009, la tempête tropicale Ketsana, qui avait noyé une grande partie de Manille sous les eaux, avait fait 464 morts.

afp/pym

Publié le 10 août 2012 à 08:00 - Modifié le 10 août 2012 à 08:31

Autorités critiquées

Pour les experts, les inondations à Manille résultent de l'incurie des pouvoirs publics, du délabrement des infrastructures, de l'absence de drainage et de la présence de bidonvilles dans les zones exposées. Les urbanistes dénoncent "un cercle vicieux" d'incompétence qui fait que "la planification, la décision et la mise en oeuvre ne sont pas synchronisées".

Un rapport gouvernemental publié après les inondations de 2009, qui avaient fait plus de 460 morts, recommandait le déplacement de 2,7 millions de personnes vivant dans les immenses taudis de Manille près de rivières, de lacs et d'égouts.

Ce projet, qui concerne près d'un habitant de la capitale sur trois, prendrait dix ans pour un coût de 130 milliards de pesos (2,6 milliards de francs), une somme considérable dans un pays où 25 millions de personnes, sur 90 millions, vivent avec moins de 1 dollar par jour.