Modifié le 08 juillet 2012 à 22:31

La colère gronde chez les habitants après les inondations en Russie

Les habitants de la région frappée par les inondations affirment qu'ils n'ont pas été avertis du déferlement de la crue.
Les habitants de la région frappée par les inondations affirment qu'ils n'ont pas été avertis du déferlement de la crue. [Iliya Pitalev - ]
La Russie s'interrogeait dimanche sur les causes d'une violente crue qui a fait plus de 170 morts dans le sud-ouest du pays. Le mécontentement des habitants enflait en dépit des assurances données par le pouvoir et de l'aide annoncée par le président Vladimir Poutine.

La colère grondait dimanche chez les habitants de la zone sinistrée du sud-ouest de la Russie frappées par de fortes crues. Au total, 171 personnes ont péri dans la catastrophe, dont 159 pour la seule petite ville de Krymsk et ses environs, a indiqué un porte-parole de la police à Moscou.


Nombre d'habitants de la région frappée par les inondations ont affirmé n'avoir été avertis d'aucune manière avant le déferlement de la crue qui les a surpris dans leur sommeil samedi.


Face à une foule en colère lors d'une réunion dimanche à Krymsk, le gouverneur de la région de Krasnodar, où se trouvent les zones sinistrées, a assuré que les autorités avaient fait tout leur possible.


Cause humaine?

Certains habitants soupçonnent un lâcher d'eau d'une retenue artificielle située en amont de la ville. "Impossible", a de son côté rétorqué un responsable gouvernemental.


Les services météorologiques annoncent à nouveau de fortes pluies et de la grêle dans la région pour lundi. Selon les autorités locales, plus de 12'000 habitants et 4000 habitations ont été touchés par le désastre dans ce district qui compte près de 60'000 habitants.


ats/hend


Publié le 08 juillet 2012 à 21:35 - Modifié le 08 juillet 2012 à 22:31

Vladimir Poutine se rend sur les lieux du drame

Le président Vladimir Poutine s'est rendu sur place samedi soir. Lors d'une réunion de crise, il a notamment interrogé dans le détail le chef du district de Krymsk sur l'heure à laquelle il avait reçu une alerte sur le risque de crue et sur la façon dont il l'avait retransmise à la population.

Une enquête a été ouverte pour homicides par imprudence. Le président russe a par ailleurs promis des aides financières pour les maisons détruites et des indemnisations, notamment de 2 millions de roubles (environ 60'000 francs) pour chaque famille des victimes.

La région de Krasnodar frappée par les crues