Modifié le 27 avril 2012 à 18:45

Alain Juppé doute du "plan Annan" de sortie de crise en Syrie

Le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé s'est exprimé en marge d'une réunion avec des représentantes de l'opposition syrienne.
Le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé s'est exprimé en marge d'une réunion avec des représentantes de l'opposition syrienne. [Jacques Demarthon - AFP]
Le chef de la diplomatie française Alain Juppé a fait part de son scepticisme sur l'efficacité de la mission de l'ONU chargée de surveiller le cessez-le-feu en Syrie. Sur le terrain, 27 civils ont été tués par les forces du régime.

Le plan de cessez-le-feu de Kofi Annan en Syrie suscite les doutes de la communauté internationale. Au vu des violations quotidiennes de la trêve, censée être entrée en vigueur le 12 avril, le ministre français des Affaires étrangères a jugé "fortement compromis" le plan de sortie de crise de l'émissaire international Kofi Annan. La France veut un déploiement du reste des observateurs de l'ONU "sous quinzaine et pas dans trois mois", a affirmé Alain Juppé.


Le chef des opérations de maintien de la paix de l'ONU a indiqué que 100 des 300 observateurs prévus par la résolution 2043 du Conseil de sécurité se trouveront en Syrie dans un mois, dont 30 d'ici la fin de la semaine. Actuellement, 15 observateurs se trouvent en Syrie, selon un responsable de l'équipe de l'ONU, Neeraj Singh.


Le 5 mai, date du prochain rapport de Kofi Annan, représentera "un moment de vérité", a estimé Alain Juppé. Si la mission de l'ONU "ne fonctionne pas, on ne peut pas continuer à se laisser défier par le régime" et il faudra "passer à autre chose pour arrêter la tragédie", a-t-il ajouté.


27 civils tués dans des violences

Sur le terrain, 27 civils et trois soldats ont été tués dans les violences mercredi, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Douze civils ont notamment été tués et des dizaines blessés dans le bombardement par les forces régulières du quartier de Masaa alTayaran à Hama (centre), selon cette ONG. Le pilonnage a eu lieu à 18h15 (17h15 en Suisse) et a détruit de nombreuses maisons de ce quartier populaire.


Ce pilonnage est intervenu alors que deux observateurs de l'ONU sont basés à Hama. D'après des militants, les forces de sécurité syriennes ont délibérément pris ces derniers jours pour cibles des civils qui avaient approché des observateurs, harcelant, arrêtant et tuant même certains d'entre eux. Sur le plan diplomatique, la Ligue arabe a convoqué jeudi une réunion extraordinaire des ministres des Affaires étrangères pour examiner notamment le dossier syrien.


ats/pbug


Publié le 25 avril 2012 à 22:52 - Modifié le 27 avril 2012 à 18:45