Modifié le 25 mars 2012 à 12:11

La campagne présidentielle française reprend sur le thème de la sécurité

C'est depuis Ajaccio, en Corse, que François Hollande a attaqué le bilan sécuritaire de Nicolas Sarkozy.
C'est depuis Ajaccio, en Corse, que François Hollande a attaqué le bilan sécuritaire de Nicolas Sarkozy. [FRED DUFOUR - ]
Le président-candidat Nicolas Sarkozy et son adversaire socialiste François Hollande ont repris leur campagne en se reprochant par meetings interposés le bilan de leur camp sur la sécurité.

Nicolas Sarkozy et François Hollande ont repris leur campagne samedi sur le thème de la sécurité, quelques jours après les évenements de Toulouse. (Lire: Le frère du tueur de Toulouse au coeur de l'enquête)


A l'aise sur ce thème qui avait contribué à le faire élire en 2007, le chef de l'Etat a répété, à Rueil-Malmaison (près de Paris), son intention de prendre s'il est élu des mesures pénales pour lutter contre "l'apologie du terrorisme".


Nicolas Sarkozy a défendu la travail des forces de l'ordre et des services secrets.
Nicolas Sarkozy a défendu la travail des forces de l'ordre et des services secrets. [ERIC FEFERBERG - ]
François Hollande "n'a voté aucune des lois antiterroristes derrière lesquelles il s'abrite aujourd'hui", a-t-il dénoncé. Nicolas Sarkozy a également défendu les forces de l'ordre ayant participé à l'assaut jeudi contre Mohamed Merah.


"Je ne laisserai personne remettre en cause l'honneur du Raid et de forces de police qui ont mis fin" à "la trajectoire d'un individu monstrueux", a-t-il dit.


Moyens supprimés sous Sarkozy

De son côté à Ajaccio, sur l'île de Corse, François Hollande a critiqué le bilan sécurité du président qui selon lui "a manqué (...) aux objectifs qu'il s'était lui-même assignés". Le candidat, dont le parti est  régulièrement accusé par la droite de laxisme en matière de sécurité, a dénoncé "la violence aux personnes", qui "a progressé", "les moyens de la police et la justice" qui ont "ont reculé" avec "10'000 postes supprimés".


Il ne faut "pas simplement se satisfaire d'effets d'annonces sans cesse répétées, de lois chaque fois modifiées et qui finalement ne sont jamais appliquées avec suffisamment d'autorité et de fermeté", a-t-il lancé. Le candidat socialiste a également voulu reprendre le cours de sa campagne qu'il veut axer sur le pouvoir d'achat, le chômage et la jeunesse.


Alors que la sécurité est revenue en première ligne, une enquête Ifop rappelle que "la lutte contre le chômage reste la priorité des Français", avec 10% de la population active sans emploi.


agences/mre


Publié le 24 mars 2012 à 22:53 - Modifié le 25 mars 2012 à 12:11