Modifié

Un dissident chinois condamné à 10 ans de prison

Le dissident condamné avait participé au mouvement démocratique de Tiananmen en 1989. [JEFF WIDENER  - Keystone]
Le dissident condamné avait participé au mouvement démocratique de Tiananmen en 1989. [JEFF WIDENER - Keystone]
Un dissident chinois, Chen Xi, a été condamné lundi à dix ans de prison pour subversion au terme d'un procès express, a indiqué un groupe de défense des droits de l'Homme. La répression contre les opposants au régime chinois se durcit suite au printemps arabe.

Chen Xi, 57 ans, qui avait participé au mouvement démocratique de Tiananmen en 1989, a été condamné après un procès qui n'aura duré que quelques heures, à Guiyang, chef-lieu de la province de Guizhou (sud-ouest), a indiqué l'ONG Chinese Human Rights Defenders (CHRD) dans un communiqué.


Selon l'ONG, il a été traduit en justice en raison de ses écrits en faveur de réformes politiques et d'une amélioration des droits de l'Homme en Chine. Un responsable du tribunal de Guiyang a confirmé que Chen Xi avait été condamné à dix ans de prison pour "subversion du pouvoir de l'Etat".


Il avait déjà écopé de trois ans de prison pour sa participation au mouvement de Tiananmen, réprimé dans le sang en 1989, puis de dix ans en 1995 pour subversion, une peine fourre-tout souvent appliquée aux opposants du parti unique au pouvoir.


Renforcement de la répression

Chen avait été arrêté le 29 novembre. Sa condamnation intervient alors que les autorités de Pékin ont renforcé début 2011 la répression contre la dissidence, après des appels anonymes, sur internet, à manifester, dans le sillage des révolutions arabes. Vendredi, un tribunal du sud-ouest de la Chine a condamné l'écrivain Chen Wei à neuf ans de prison pour "incitation à la subversion du pouvoir de l'Etat".


Figure importante parmi les militants des droits de l'Homme en Chine, M. Chen avait lui aussi participé aux protestations de Tiananmen. Une semaine plus tôt, la Chine avait remis sous les écrous pour trois ans l'avocat Gao Zhisheng, l'un de ses dissidents les plus connus, accusé d'avoir "violé les règles de sa mise en liberté conditionnelle".


ats/mre


Publié Modifié