Modifié

Israël: une famille de colons assassinée

L'armée israélienne recherchait activement le meurtrier autour de Naplouse. [Menahem Kahana - AFP]
L'armée israélienne recherchait activement le meurtrier autour de Naplouse. [Menahem Kahana - AFP]
Une famille de colons israéliens a été assassinée à coups de couteaux samedi avant l'aube en Cisjordanie par des assaillants présumés palestiniens. Cette attaque a été condamnée par l'Autorité palestinienne et la communauté internationale.

Un père et une mère de famille ainsi que leurs enfants de 11 et 3 ans et un bébé de trois mois ont été poignardés chez eux dans leur lit dans la colonie d'Itamar près de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie, selon les médias israéliens.


Pas de revendication

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, après avoir exigé de l'Autorité palestinienne "qu'elle aide à retrouver et punir les meurtriers", l'a appelée à "stopper l'incitation (à la violence) dans les mosquées et dans les médias sous son contrôle". L'attaque n'a pas été revendiquée.


Après ce drame qui a bouleversé les Israéliens, l'armée a installé des barrages routiers dans la région de Naplouse et s'est déployée en force dans le village palestinien d'Awarta, proche d'Itamar. Les soldats ont procédé à des fouilles, maison par maison, et interpellé au moins cinq habitants pour les interroger, ont dit les services de sécurité palestiniens.


Selon la radio israélienne, les meurtriers présumés palestiniens étaient vraisemblablement au nombre de deux. Deux enfants, âgés de quatre et deux ans, qui se trouvaient dans la maison ont échappé à la tuerie. Une fillette de dix ans a découvert le drame lorsqu'elle est rentrée tard le soir et a ensuite alerté des voisins, ont indiqué les médias.


"Israël agira vigoureusement pour défendre la population israélienne et châtier les assassins", a dit dans un communiqué Benjamin Netanyahu en ordonnant à l'armée et aux services de sécurité "d'agir dans toutes les directions pour capturer les terroristes".


Large condamnation

Dans une adresse en soirée à la nation, il a par ailleurs assuré que le "terrorisme ne dictera pas la carte" de la colonisation juive en Cisjordanie. Le meurtre a été dénoncé en Israël par divers partis et la principale ONG de défense des droits de l'Homme B'Tselem pour qui "la lutte contre l'occupation ne peut justifier de tels crimes".


L'attaque a été aussi condamnée par l'ONU, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France. Le président palestinien Mahmoud Abbas a "dénoncé toute violence contre des civils quels qu'en soient les motifs". "Je suis contre des actes de vengeance, la violence engendrant la violence", a-t-il poursuivi, réaffirmant la nécessité de parvenir au plus tôt à un règlement de paix juste.


De son côté, le vice-ministre israélien des Affaires étrangères Danny Ayalon a exhorté les colons à ne pas se livrer à des représailles. L'armée a tiré dans l'après-midi des gaz lacrymogènes pour empêcher une vingtaine de colons d'attaquer une maison dans le village palestinien de Burin, près de Naplouse, selon un photographe sur place.


Itamar avait été la cible en 2002 d'un attentat mené par un commando palestinien qui avait tué une femme et trois enfants.


ats/cer


Publié Modifié