Modifié le 05 mars 2011 à 22:16

Libye: "massacre" à Zawiyah, avancée rebelle à l'est

Les rebelles ont affirmé samedi avoir abattu un avion des forces pro-Kadhafi près de Ras Lanouf.
Les rebelles ont affirmé samedi avoir abattu un avion des forces pro-Kadhafi près de Ras Lanouf. [Goran Tomasevic - ]
L'insurrection libyenne, maîtresse de l'est du pays, menait samedi une guerre sur deux fronts contre l'armée du colonel Mouammar Kadhafi. L'un d'eux est situé à l'ouest de Tripoli où des chars sont entrés en action à Zawiyah et tirent sur la population. On parle de "massacre".

Au 19e jour de la révolte contre Mouammar Kadhafi, au pouvoir depuis 42 ans, le bilan des victimes continuait de s'alourdir. Au moins sept personnes ont été tuées et des dizaines d'autres blessées dans l'offensive des forces gouvernementales à Zawiyah, théâtre depuis deux jours de combats meurtriers.


Après une première attaque dans la matinée avec l'appui de blindés, les forces pro-Kadhafi se sont retirées du centre de la ville, laissant les insurgés penser qu'elles avaient été chassées. Mais dans l'après-midi l'armée du régime a lancé une nouvelle offensive, selon plusieurs témoignages d'habitants.


"Massacre" à Zawiyah

L'insurrection à Zawiyah ferait face à des blindés qui auraient commis un "massacre".
L'insurrection à Zawiyah ferait face à des blindés qui auraient commis un "massacre". [ - ]
Un médecin contacté sur place a parlé d'un "massacre".  "La situation est catastrophique. Ils ont tué beaucoup de monde. Ils ont tué ma fille", a-t-il déclaré, la voix émue, avant de s'effondrer en pleurs. "Je ne peux rien dire de plus". "C'est horrible ce qui s'est passé ce matin dans la ville. Les mercenaires tiraient sur tous ceux qui osaient sortir de chez eux, y compris les enfants", avait-il déclaré plus tôt.


Selon un autre habitant de la ville, les tirs d'obus n'arrêtent pas. Selon la chaîne d'information Al Djazira, Mouammar Kadhafi a entrepris d'envoyer des renforts vers cette localité située à une cinquantaine de kilomètres à l'ouest de Tripoli.


Sur un deuxième front, dans l'est du pays, près de Benghazi, fief de l'opposition, deux explosions d'origine incertaine survenues vendredi soir dans un dépôt d'armes ont fait au moins 27 morts et des dizaines de blessés. Dix personnes ont également péri dans des combats à Ras Lanouf, plus au sud-ouest.


Prochaine étape: Syrte

 Les insurgés, qui progressent vers l'ouest depuis plusieurs jours, sont arrivés samedi à Ben Jawad, à une centaine de kilomètres de Syrte, la ville natale de Mouammar Kadhafi, selon des journalistes de l'AFP. "Nous avons repoussé (l'armée) au-delà de Ben Jawad et aujourd'hui, nous allons les pilonner jusqu'à ce qu'ils repartent à Syrte", a déclaré un officier ayant rejoint l'opposition.


Le port pétrolier stratégique de Ras Lanouf est aux mains de l'insurrection.
Le port pétrolier stratégique de Ras Lanouf est aux mains de l'insurrection. [Hussein Malla - ]
Des avions libyens patrouillaient au-dessus de Ben Jawad et de Ras Lanouf, où au moins dix personnes ont été tuées la veille dans des combats.


Démenti de Tripoli

"Ces trois derniers jours, 7000 hommes sont partis de Benghazi en direction du front à l'ouest", a assuré un soldat qui a rejoint l'opposition. Certains insurgés ont évoqué des négociations en cours pour une entrée pacifique à Syrte, une éventualité peu probable compte tenu de la portée symbolique de la ville.


Tripoli a démenti que l'opposition détienne Ras Lanouf, mais un journaliste de l'AFP a vu vendredi soir des rebelles positionnés à l'extérieur du complexe pétrolier, des casernes et du commissariat de la ville. Ras Lanouf est un port pétrolier stratégique à quelque 150 kilomètres à l'est de Syrte.


Première réunion du "Conseil national"

Benghazi a été le théâtre d'explosions massives.
Benghazi a été le théâtre d'explosions massives. [Tara Todras-Whitehill - ]
Sur le plan politique, le "Conseil national" de l'opposition, qui s'est réuni pour la première fois à Benghazi, s'est déclaré "le seul représentant de la Libye", a annoncé son président, l'ex-ministre de la justice Moustapha Abdeljalil. Il a précisé que le Conseil considérait toutes les délégations diplomatiques à l'étranger ralliées à la révolte comme ses "représentants légitimes".


De son côté, Tripoli, qui a demandé vendredi au Conseil de sécurité de l'ONU de suspendre les sanctions adoptées samedi contre Mouammar Kadhafi, a donné son feu vert au gouvernement vénézuélien pour une commission de paix.


Plus de 191'000 personnes ont fui à ce jour les violences en Libye, a annoncé samedi l'ONU. Une dizaine de milliers de réfugiés à l'intérieur du pays se dirige actuellement vers la frontière égyptienne.


agences/ther


Publié le 05 mars 2011 à 10:34 - Modifié le 05 mars 2011 à 22:16

Le régime reçoit encore des millions de dollars liés au pétrole

Les autorités libyennes continuent à toucher "des centaines de millions de dollars" en revenus pétroliers, a affirmé le "Financial Times" samedi.

Cet élément est intervenu malgré les sanctions internationales prises contre le régime de Mouammar Kadhafi. "Les revenus générés par les exportations de pétrole atterrissent à la banque centrale de Libye, et potentiellement sous le contrôle direct du colonel Kadhafi", a rapporté le journal britannique citant une source occidentale travaillant dans le secteur pétrolier et des marchands dans le milieu.

Au cours des deux dernières semaines, les exportations de pétrole réalisées par la Libye se sont élevées à environ 770 millions de dollars, estime le "Financial Times". Les exportations de brut libyen ont diminué récemment, mais des entreprises chinoises et indiennes continuent à acheter du pétrole.