Modifié

L'opposant Alpha Condé remporte la présidentielle

Alors qu'il n'avait recueilli que 18% des voix au 1er tour, Alpha Condé remporte le 2e tour avec plus de 52% des suffrages. [Issouf Sanogo - AFP]
Alors qu'il n'avait recueilli que 18% des voix au 1er tour, Alpha Condé remporte le 2e tour avec plus de 52% des suffrages. [Issouf Sanogo - AFP]
Alpha Condé, opposant historique de 72 ans, a remporté lundi l'élection présidentielle en Guinée avec 52,52% des voix, à l'issue d'un scrutin marqué par des violences ethniques. Après l'annonce des résultats, des coups de feu ont été entendus dans les rues de Conakry.

Alpha Condé a obtenu 1'474'666 voix dans 24 des 28 circonscriptions du pays, contre 1'333'666 à son adversaire Cellou Dallein Diallo qui recueille 47,48%, a précisé par le président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), le général malien Siaka Sangaré lors de l'annonce de ces résultats provisoires officiels. Le taux de participation a été de 67%, a-t-il ajouté.

Climat de tensions

La victoire de Alpha Condé, qu'il avait revendiquée dans la journée, tout comme son adversaire, intervient dans un climat de tension à Conakry où des affrontements entre de jeunes partisans de Cellou Diallo et les forces de l'ordre ont fait au moins un mort et des dizaines de blessés. Après l'annonce des résultats, des coups de feu ont été entendus dans plusieurs quartiers de la capitale.

Cellou Diallo a lancé un nouvel appel au calme, exhortant ses militants à "ne pas s'attaquer à une personne, un usager de la route, un militant du camp averse". La campagne électorale avait été marquée depuis septembre par des violences politico-ethniques, Cellou Diallo étant d'ethnie peule et Alpha Condé malinké.

Au premier tour du 27 juin, Cellou Diallo avait recueilli 43% des voix, devant Alpha Condé, 18%. Mais cette large avance n'était pas réellement significative, la Cour suprême ayant annulé un tiers des votes. Le jeu des alliances et l'importance du vote ethnique semblent avoir permis à Alpha Condé de rattraper son retard et de l'emporter.

Des résultats contestés

"Nous n'accepterons pas les résultats provisoires publiés par la Céni, avant le traitement des réclamations qu'on lui a adressées", avait affirmé lundi après-midi Cellou Diallo à Conakry, en se déclarant "vainqueur" une fois les résultats purgés "des fraudes".

Le général Sangaré a indiqué que la Céni avait reçu 31 réclamations dont 28 de l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), le parti de Cellou Diallo. "Certaines relevaient de la compétence de la Cour suprême ou n'apportaient pas de preuves des allégations", a-t-il affirmé.

La Céni a validé les résultats de deux communes de Haute-Guinée, Siguiri et Kouroussa, fiefs de Alpha Condé dont son adversaire avait demandé qu'ils ne soient pas comptabilisés, en raison des pressions exercées sur les membres de la communauté peule à laquelle il appartient.

Le président de la Céni, qui a énuméré les résultats détaillés des 56 circonscriptions lors du second tour du 7 novembre, a souligné qu'il s'était déroulé "sans aucun acte de violence".

afp/sbo

Publié Modifié