Publié

Un bracelet antidrogue fait fureur à Pampelune, en marge des fêtes de San Fermin

Un membre du "défilé des géants" pose avec des festivaliers lors des fêtes de San Fermín à Pampelune, en Espagne, le lundi 8 juillet 2024. [Keystone - AP Photo/Alvaro Barrientos]
Un bracelet pour lutter contre les agressions subies sous l’emprise de drogues est en circulation à Pampelune / La Matinale / 1 min. / jeudi à 06:20
L'Espagne pourrait avoir trouvé la parade contre les agressions subies sous l'emprise de la drogue grâce à un bracelet capable de détecter des substances illicites introduites dans les boissons. Créé à Pampelune, l'objet s'arrache en marge des fêtes de San Fermin.

Depuis samedi, le coeur de Pampelune bat durant huit jours au rythme des célèbres fêtes de San Fermin - connues notamment pour leurs courses de taureaux dans les rues de la ville. Chaque année, la cité, située dans la région de Navarre, accueille près de trois millions de personnes.

L'édition 2024 est un peu particulière en raison de l'invention d'un bracelet antidrogue, nommé Centinela, la Sentinelle en français, créé par une petite entreprise de Pampelune en partenariat avec un laboratoire britannique. Le système est capable de déceler la présence de 22 types de drogues, comme la kétamine, l'ecstasy liquide ou encore le LSD. Un code QR permet aussi une géolocalisation rapide et un appel vers les services de secours.

>> Voir la vidéo explicative d'Aglaya Creativos :

Centinela, un bracelet antidrogue créé en Espagne
Centinela, un bracelet antidrogue créé en Espagne / L'actu en vidéo / 1 min. / mercredi à 23:00

Le fonctionnement est simplissime: la personne qui le porte trempe son doigt dans sa boisson et pose ensuite quelques gouttes sur la surface du bracelet. En trois secondes, le bracelet révèle le résultat.

Un effet dissuasif

A l'origine de ce nouveau système: Aglaya Creativos, une petite entreprise dont le gérant a lui-même souffert d'une soumission chimique. Pour Angel Gaston, l'un de ses associés, le système cherche avant tout à être dissuasif.

"Pour nous, le mieux c’est que ce bracelet ne soit pas utilisé. Le plus, c’est cet aspect dissuasif. Que celui qui veut faire une soumission chimique sache que la personne qui porte le bracelet a conscience de ce risque et qu’à un moment donné, elle peut s’en rendre compte", explique-t-il dans La Matinale de jeudi.

Le système fait fureur à Pampelune, où plus de 9000 bracelets ont déjà été vendus. "On a des grands-mères qui viennent, des pères, des mères, des jeunes filles, tout le monde vient les acheter. Les grands-mères nous disent que si leurs petites-filles les portent, elles se sentiront au moins rassurées, avec un souci en moins", précise Angel Gaston.

Les demandes pour le petit objet ne cessent d'augmenter en Espagne, mais aussi en Amérique latine.

Valérie Demon/jfe

Publié

Plusieurs agressions sexuelles depuis le début des fêtes

Au moins trois agressions sexuelles de "haute intensité" (agression à caractère sexuel et génital, incluant ou non une pénétration, ndlr) et plusieurs cas de "faible intensité" ont déjà été dénoncés depuis le début des fêtes de la San Fermin à Pampelune, par le mouvement féministe d'Irunea. Trois personnes ont aussi été arrêtées suite à ces agressions.

Une manifestation s'est tenue dimanche, organisée par le mouvement féministe de la ville, pour réitérer sa solidarité et son soutien aux femmes agressées. "Assez! L'attitude de certains hommes envers les femmes est inacceptable: attouchements, racolage, harcèlement, viols, insultes... Nous en avons assez des machos", a fait savoir Irunea dans une déclaration à la presse.

>> Lire aussi : Les 5 agresseurs de "la Meute" condamnés à 15 ans de prison pour viol