Modifié

La télévision publique italienne accusée d'avoir fait l'impasse sur les élections françaises

L'impasse de la RAI sur les élections françaises fait des remous. [afp - MIGUEL MEDINA]
L'impasse de la RAI sur les élections françaises fait des remous / Le Journal horaire / 31 sec. / mardi à 19:03
L'impasse de la télévision publique italienne RAI sur la contre-performance du parti d'extrême droite du Rassemblement national au 2e tour des législatives françaises fait des remous en Italie, où la commission parlementaire de supervision du diffuseur a exigé des explications de ses dirigeants.

"Il n'est pas concevable qu'un événement mondial comme les élections françaises aient été suivies beaucoup plus en profondeur par les télévisions privées que par le service public", a dénoncé mardi la présidente de la commission Barbara Floridia, citée par plusieurs médias.

>> Lire aussi : Giorgia Meloni accusée de mettre la culture et les médias au pas en Italie 

"Un mégaphone du gouvernement"

Cette polémique intervient dans un contexte déjà tendu à la RAI, dont les journalistes ont observé une grève de 24 heures début mai pour défendre leur "liberté" face aux tentatives de faire de l'antenne "un mégaphone du gouvernement" de la dirigeante d'extrême droite Giorgia Meloni.

Financée en partie par une redevance et avec des dirigeants nommés depuis longtemps par des responsables politiques, l'indépendance de la RAI - qui représente 39% de part d'audience en Italie - a toujours été un sujet de débat, mais les inquiétudes ont redoublé avec l'arrivée au pouvoir de Giorgia Meloni.

Barbara Floridia, une parlementaire du Mouvement 5 Etoiles (M5S, populiste), a demandé au président de la RAI Roberto Sergio "un rapport urgent et détaillé sur le comportement adopté par le groupe le soir des résultats des élections françaises".

Alors que les groupes audiovisuels privés Mediaset et La7 ont organisé des éditions spéciales sur cette soirée électorale, aucune des chaînes généralistes du groupe audiovisuel public n'a jugé opportun le faire.

La couverture d'un festival privilégiée

Seule la chaîne d'information en continu du groupe, Rainews24, a suivi les résultats, entrecoupant toutefois sa couverture de reportages consacrés à un festival dont elle était média partenaire.

Le directeur de Rainews24, Paolo Petrecca, est en outre accusé d'avoir privilégié aux élections françaises dans le journal de 22h, la diffusion d'un reportage sur l'intervention à ce festival de celle qui serait son actuelle compagne, selon le quotidien Il Corriere della Sera.

Le syndicat Usigrai, qui représente 1600 journalistes du groupe sur 2000, est également monté au créneau, regrettant que le service public n'ait "rien fait pour rendre compte rapidement d'une élection qui concerne directement l'avenir de l'Europe".

afp/fgn

Publié Modifié

Autre polémique concernant la RAI

La semaine dernière, une autre polémique avait visé la Rai après la diffusion d'une intervention du ministre de la Culture Gennaro Sangiuliano au cours de la soirée de gala du festival du livre de Taormina en Sicile.

Les sifflets et les huées à l'encontre du ministre de Giorgia Meloni ont été coupés au montage, la chaîne Rai1 ne laissant que des applaudissements. Cet épisode, qui a fait la joie des comiques et des satiristes, est devenu viral sur les réseaux sociaux, où ont été diffusées côte à côte les versions originale et expurgée. D'autant que Gennaro Sangiuliano, journaliste et écrivain, est lui-même l'ancien directeur du JT de la chaîne de télévision publique Rai2.