Bannerukraine7octobre [Keystone]
Publié Modifié

L'Ukraine affirme avoir libéré près de 2500 km2 depuis fin septembre

- L'armée ukrainienne aurait repris près de 2500 km2 de territoire contrôlé par les forces russes lors de sa dernière contre-offensive lancée fin septembre, a affirmé vendredi le président Volodymyr Zelensky.

- Les forces russes ont revendiqué de leur côté de premiers gains dans l'est de l'Ukraine après une série de revers cinglants sur plusieurs fronts. Mais Kiev semblait garder l'initiative, appelant les soldats russes à choisir la reddition.

- Le président français Emmanuel Macron a annoncé, au terme du sommet européen de Prague, la création d'un fonds pour l'équipement militaire de l'Ukraine, qui sera doté de 100 millions d'euros dans un premier temps.

Suivi assuré par RTSinfo

00h00

Le suivi de la situation ce week-end

21h00

Près de 2500 km2 de territoires libérés dans la dernière contre-offensive, affirme Zelensky

L'armée ukrainienne a repris près de 2500 km2 de territoire contrôlé par les forces russes lors de sa dernière contre-offensive lancée fin septembre, a affirmé vendredi le président Volodymyr Zelensky.

"Rien que cette semaine, nos soldats ont libéré 776 km2 de territoire dans l'est de notre pays et 29 localités, dont six dans la région de Lougansk. Au total, 2434 km2 de notre territoire et 96 localités ont déjà été libérés depuis le début de cette opération offensive", s'est-il félicité dans son allocution quotidienne publiée sur les réseaux sociaux.

Un char ukrainien dans la ville de Lyman, récemment reprise aux Russes par les forces ukrainiennes. [Oleksandr Ratushniak - Reuters]Un char ukrainien dans la ville de Lyman, récemment reprise aux Russes par les forces ukrainiennes. [Oleksandr Ratushniak - Reuters]

Ces derniers jours, les troupes de Kiev ont réalisé une deuxième poussée importante, dans la région de Kharkiv (nord-est) mais aussi dans le Sud, proche de Kherson, ville contrôlée par les Russes.

Mi-septembre, le président ukrainien avait indiqué que son armée avait repris près de 6000 km2 dans une première contre-offensive lancée début septembre.

20h30

Négociations "intenses" pour prolonger l'accord sur les céréales

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres et ses équipes travaillent activement pour prolonger l'accord sur l'exportation de céréales d'Ukraine, qui a permis une baisse des prix alimentaires mondiaux, a indiqué vendredi son porte-parole.

"Les équipes du secrétaire général sont engagées dans d'intenses contacts sur ces questions. Antonio Guterres et son équipe travaillent dur pour prolonger et étendre l'Initiative de la mer Noire en faveur des céréales", a déclaré Stéphane Dujarric. "Ils travaillent également activement pour lever les derniers obstacles aux exportations de céréales et d'engrais russes", a-t-il ajouté.

Deux accords ont été signés le 22 juillet sous l'égide de l'ONU: le premier. baptisé "Initiative de la mer Noire en faveur des céréales", permet pour 120 jours les exportations de céréales ukrainiennes bloquées par la guerre; le deuxième vise à faciliter les exportations de nourriture et d'engrais russes, malgré les sanctions imposées par les pays occidentaux à la Russie.

20h00

La star du rap Oxxxymiron et l'écrivain Gloukhovski désignés "agents de l'étranger" par la Russie

La star du rap russe Oxxxymiron et l'écrivain de science-fiction Dmitri Gloukhovski ont été désignés vendredi "agents de l'étranger", selon une liste actualisée des personnalités classées comme tel publiée par le ministère russe de la Justice.

Miron Fiodorov, 37 ans, dont le nom de scène est Oxxxymiron, s'était notamment déclaré fin février dans une vidéo enflammée "contre cette guerre que la Russie déclenche contre l'Ukraine", "une catastrophe et un crime". "Non à la guerre", avait-il affiché sur les réseaux sociaux.

La star du rap Oxxxymiron. [Maxim Shemetov - Reuters]La star du rap Oxxxymiron. [Maxim Shemetov - Reuters]

Jusqu'à 10 ans de prison

Outre Oxxxymiron, l'écrivain de science-fiction Dmitri Gloukhovski, qui risque jusqu'à 10 ans de prison pour avoir critiqué l'armée russe après l'offensive lancée en Ukraine, a été également placé sur cette liste.

L'écrivain de 43 ans, auteur du best-seller "Metro 2033", avait demandé aux autorités russes d'"Arrêtez la guerre!" dans la foulée des premiers combats en Ukraine.

19h00

La justice russe ordonne la saisie des bureaux de Memorial à Moscou

Un tribunal de Moscou a ordonné vendredi la saisie des bureaux dans la capitale russe de Memorial, bannie de Russie, quelques heures après que l'ONG a obtenu le prix Nobel de la Paix aux côtés d'un militant bélarusse et d'une ONG ukrainienne.

Les locaux principaux de Memorial en Russie "ont été transformés en biens publics", a déclaré le tribunal de Tverskoï à l'agence de presse Interfax à l'issue d'un énième procès visant l'ONG.

Les bureaux dans le centre-ville de Moscou de Memorial accueillaient notamment les services administratifs de l'organisation, tout en abritant régulièrement des expositions ouvertes au public.

18h30

"Pas d'indications" que la Russie se prépare "de manière imminente" à utiliser l'arme nucléaire, selon la Maison Blanche

"Nous n'avons pas de raison d'ajuster notre propre posture nucléaire stratégique, pas plus que nous n'avons d'indications que la Russie se prépare à utiliser de manière imminente des armes nucléaires", a déclaré vendredi la porte-parole de la Maison Blanche.

Cette mise au point de Karine Jean-Pierre intervient après des propos particulièrement forts jeudi du président Joe Biden, qui avait estimé que le monde faisait face pour la première fois depuis la Guerre froide à un risque d'"Armageddon" nucléaire.

18h15

Russie: l'inflation continue de refluer, à 13,7% en septembre

L'inflation, qui a flambé en Russie jusqu'à battre un record de vingt ans en avril, a continué de refluer en septembre, à 13,7% sur un an, selon l'agence de statistiques Rosstat.

L'inflation était repassée sous les 15% en août pour la première fois depuis le début de l'intervention militaire russe en Ukraine et la pluie de sanctions qui a suivi.

En septembre, la hausse des prix s'est établie à 13,68% sur un an, en baisse par rapport à août (14,30%), selon des chiffres publiés vendredi par Rosstat.

18h00

Macron annonce un fonds de 100 millions d'euros pour l'achat direct par Kiev de matériel militaire

Le président français Emmanuel Macron a annoncé vendredi, au terme du sommet européen de Prague, la création d'un fonds pour l'équipement militaire de l'Ukraine, qui sera doté de 100 millions d'euros dans un premier temps.

"Nous avons pris la décision de créer un fonds spécial" pour soutenir l'effort de guerre ukrainien contre l'armée russe, qui a envahi le pays le 24 février, a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

"Ce fonds spécial dédié sera doté, dans un premier temps, de 100 millions d'euros pour pouvoir acquérir des équipements", a-t-il précisé.

Le haut représentant de l'Union européenne pour les Affaires étrangères, Josep Borrell, avait déclaré vendredi matin à l'ouverture du sommet qu'il exhorterait les 27 Etats membres de l'UE à allouer davantage de fonds pour l'aide militaire à l'Ukraine.

Emmanuel Macron à Prague. [EPA/Martin Divisek - Keystone]Emmanuel Macron à Prague. [EPA/Martin Divisek - Keystone]

17h00

Un oligarque russe gagne une manche judiciaire pour son yacht immobilisé à Antibes

L'oligarque russe Alexeï Kouzmitchev, proche de Vladimir Poutine, a gagné une manche face aux douanes françaises dans son combat judiciaire contre le gel d'un de ses yachts immobilisé à Antibes (Alpes-Maritimes) dans le cadre des sanctions de l'UE après l'invasion de l'Ukraine.

Dans une ordonnance datée de mercredi, la Cour d'appel de Paris a annulé pour irrégularités le procès-verbal de visite du navire le 16 mars. Toutefois, l'annulation de cet acte n'entraîne pas l'annulation du PV suivant qui porte lui sur la notification du gel du yacht.

"Il en résulte que la mesure d'immobilisation du navire concerné demeure à l'issue de cette ordonnance", a précisé à l'AFP le parquet général de Paris.

15h45

Volodymyr Zelensky demande à l'UE "plus de pression" sur le secteur énergétique russe

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a demandé à l'Union européenne de "continuer" à mettre "la pression" sur le secteur énergétique russe, après l'adoption depuis l'invasion de l'Ukraine du huitième paquet de sanctions de l'UE.

"Nous devons continuer à avancer dans cette direction, celle de la pression sur le secteur énergétique russe, sur cette principale source de revenus de l'État agresseur", a-t-il déclaré en s'adressant aux dirigeants européens réunis à Prague.

15h30

La Suisse envoie du matériel pour aider à la reconstruction des villes ukrainiennes

Berne entend aider les Ukrainiens à reconstruire leurs villes, ravagées après l'invasion russe. Du matériel pour lutter contre les incendies, nettoyer les eaux contaminées et évacuer les débris est en cours d'acheminement.

Deux camions ont déjà pris la route vendredi, indique le Département fédéral des affaires étrangères dans un communiqué. Ils transportent quatre véhicules de chantiers. D'autres suivront, chargés d'autres machines de chantier, de véhicules d'extinction ou de transport de matériel et de personnel, ainsi que de conteneurs mobiles pour la récupération et le nettoyage de l'eau contaminée.

Le matériel, d'une valeur totale de 5,2 millions de francs, a été donné par la ville de Bâle et le Département de la défense, de la protection de la population et des sports. La Direction du développement et de la coopération (DDC) organise le transport.

12h50

Un rapporteur des droits de l'homme en Russie sera sollicité par l'ONU

Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a pour la première fois établi un mandat de rapporteur spécial chargé de surveiller la répression des opposants en Russie.

Les 47 Etats membres du Conseil ont adopté une résolution en ce sens qui était proposée par une grande partie des pays membres de l'Union européenne, avec 17 voix favorables. 24 pays se sont abstenus et 6 ont voté contre, dont la Chine. C'est la première fois que Moscou était visée par un texte concernant la situation des droits humains à l'intérieur du pays.

Les ONG font pression

Le 12 juillet, Amnesty International et huit autres ONG internationales de défense des droits humains ont adressé une lettre conjointe aux dirigeants de l'UE pour leur demander de prendre l'initiative d'une résolution visant à créer un mandat de rapporteur sur la Russie.

Des policiers détiennent un homme à Saint-Pétersbourg, le 24 septembre 2022, suite aux appels à protester contre la mobilisation partielle annoncée par le président russe. [AFP]Des policiers détiennent un homme à Saint-Pétersbourg, le 24 septembre 2022, suite aux appels à protester contre la mobilisation partielle annoncée par le président russe. [AFP]

Soulignant que les Russes sont "confrontés aux conséquences de la répression massive dans leur pays", les ONG ont fait valoir qu'un rapporteur pourrait "collecter, analyser et présenter de manière indépendante des informations sur la situation des droits humains en Russie".

Un rapporteur, selon les ONG, pourrait aussi "s'exprimer avec autorité contre les restrictions croissantes des droits humains en Russie et au nom de celles et ceux qui sont victimes d'intimidation, de harcèlement et de menaces de représailles pour leur militantisme ou leur travail en faveur des droits humains".

>> Plus d'informations: L'ONU adopte une résolution pour surveiller la répression des opposants en Russie

11h15

L'ONU a aidé plus de 73'000 personnes dans la région libérée de Kharkiv

Plus de 130'000 personnes sont restées dans la région de Kharkiv, désormais récupérée par l'armée ukrainienne après l'occupation russe. L'ONU a annoncé avoir déjà aidé plus de la moitié d'entre elles.

Plus de 73'000 personnes ont reçu de la nourriture depuis mi-septembre, a affirmé à la presse un porte-parole du Bureau de l'ONU pour les affaires humanitaires (OCHA). Du matériel de santé a aussi été acheminé pour prendre en charge 10'000 d'entre elles dans les prochaines semaines. L'accès de la population à celle-ci, à l'eau potable, à l'électricité ou aux soins reste très difficile dans ces territoires.

A Izioum, où de la torture présumée a été identifiée sur certaines victimes du conflit, plus de 8000 personnes dépendent entièrement de l'assistance humanitaire. De nombreux sites ont été détruits ou endommagés.

Un immeuble résidentiel d'Izioum où 47 personnes ont été tuées lors d'une frappe aérienne russe en mars. [VIRGINIE NGUYEN HONG/HANS LUCAS - AFP]Un immeuble résidentiel d'Izioum où 47 personnes ont été tuées lors d'une frappe aérienne russe en mars. [VIRGINIE NGUYEN HONG/HANS LUCAS - AFP]

A Kupiansk, les affrontements se poursuivent. La population d'une partie de la ville ne sort que pour recevoir une assistance ou être évacuée. L'ONU a mené plusieurs convois dans ces territoires. Davantage sont prévus dans les prochaines semaines, a-t-elle également affirmé.

Un homme est transporté sur une chaise roulante alors qu'il traverse le pont détruit sur la rivière Oskil lors de son évacuation de la rive orientale récemment reprise par les forces ukrainiennes à Kupiansk, dans la région de Kharkiv, le 29 septembre 2022. [YASUYOSHI CHIBA - AFP]Un homme est transporté sur une chaise roulante alors qu'il traverse le pont détruit sur la rivière Oskil lors de son évacuation de la rive orientale récemment reprise par les forces ukrainiennes à Kupiansk, dans la région de Kharkiv, le 29 septembre 2022. [YASUYOSHI CHIBA - AFP]

11h10

Les séparatistes prorusses capturent trois villages près de Bakhmout (est)

Les séparatistes prorusses qui combattent aux côtés des forces de Moscou en Ukraine ont revendiqué la capture de trois villages près de la ville de Bakhmout, dans l'est du pays. Selon le compte des combattants du bastion séparatiste de Donetsk sur Telegram, ces villages capturés sont ceux d'Otradivka, de Vessela Dolyna et de Zaïtsevé. L'armée russe avait annoncé la capture de Zaïtsévé, la veille, dans son bilan quotidien.

Ces trois villages sont situés au sud de la ville de Bakhmout contrôlée par les forces ukrainiennes, et que l'armée russe tente de prendre sans succès depuis des mois. Ces gains sont les premiers annoncés par les forces de Moscou, en difficulté face à une contre-offensive des troupes ukrainiennes lancée début septembre.

Des dispositifs anti-chars bloquent les rues du centre-ville de Bakhmut alors que les combats entre les forces ukrainiennes et les troupes russes s'intensifient pour le contrôle de la ville. [Narciso Contreras - AFP]Des dispositifs anti-chars bloquent les rues du centre-ville de Bakhmut alors que les combats entre les forces ukrainiennes et les troupes russes s'intensifient pour le contrôle de la ville. [Narciso Contreras - AFP]

Cet assaut ukrainien a permis de reprendre l'essentiel de la région de Kharkiv, dans le nord-est, plusieurs centaines de kilomètres carrés dans cette de Kherson, dans le sud, et notamment le noeud logistique de Lyman, dans l'est, où les troupes russes ont échappé de peu à un encerclement.

11h05

"Dieu vous a placé au pouvoir", lance le patriarche Kirill à Vladimir Poutine

Le patriarche orthodoxe russe Kirill a félicité Vladimir Poutine pour son 70e anniversaire, marqué par une pluie d'éloges en dépit de l'isolement international russe et des revers en Ukraine. Dans son message, Kirill a loué le président russe pour "la transformation de l'image de la Russie, le renforcement de sa souveraineté et de ses capacités défensives, la défense des intérêts nationaux".

Le patriarche Cyrille est un allié du président russe Vladimir Poutine. [Maxim Shemetov - Reuters]Le patriarche Cyrille est un allié du président russe Vladimir Poutine. [Maxim Shemetov - Reuters]"Dieu vous a placé au pouvoir pour que vous puissiez effectuer une mission d'une importance particulière et d'une grande responsabilité pour le sort du pays et de son peuple qui vous a été confié", a assuré le patriarche, 75 ans.

Poutine, le "miracle"

Le patriarche Kirill, chef des orthodoxes russes depuis 2009, a mis son Eglise au service du pouvoir de Vladimir Poutine et l'avait déjà qualifié en 2012 de "miracle". Les deux hommes partagent l'ambition d'une Russie conservatrice dominatrice, et le chef religieux russe soutient l'assaut contre l'Ukraine.

Ils s'entendent en particulier sur l'idée d'une décadence morale d'un Occident en déclin, notamment du fait de la tolérance à l'égard des LGBT. La semaine dernière encore, Vladimir Poutine y avait dénoncé l'avènement du "satanisme".

11h00

Cinq civils ukrainiens tués dans la région de Kherson

Au moins cinq civils auraient été tués dans une frappe ukrainienne ayant touché un bus dans la région de Kherson, dans le Sud, où les forces de Kiev sont à l'offensive, a annoncé un responsable prorusse.

"Des combattants des forces armées ukrainiennes ont tiré sur un bus transportant des civils sur le pont Darievski (...) ils se rendaient au travail", a indiqué sur Telegram un cadre de l'occupation russe, Kirill Stremousov, précisant qu'il y avait au moins cinq morts et cinq blessés. L'information n'a pas pu être vérifiée.

Kirill Stremousov, ancien influenceur bien-être "mystique" et adepte de théories du complot, nouveau chef adjoint de l'administration pro-russe de Kherson, est photographié dans son bureau, avec un portrait du président russe Vladimir Poutine sur le mur derrière lui, dans la ville de Kherson, le 20 juillet 2022. [STRINGER - AFP]Kirill Stremousov, ancien influenceur bien-être "mystique" et adepte de théories du complot, nouveau chef adjoint de l'administration pro-russe de Kherson, est photographié dans son bureau, avec un portrait du président russe Vladimir Poutine sur le mur derrière lui, dans la ville de Kherson, le 20 juillet 2022. [STRINGER - AFP]

Les forces ukrainiennes mènent depuis des semaines une contre-offensive dans cette région contrôlée par les forces de Moscou depuis les premières semaines de la guerre. Kiev a visé des ponts dans cette région à de multiples reprises afin de perturber l'approvisionnement logistique des forces russes.

09h30

Kiev adresse un message aux soldats russes

L'Ukraine garantit "la vie et la sécurité" aux soldats russes qui se rendront, a déclaré vendredi le ministre ukrainien de la Défense Oleksiï Reznikov alors que les forces de Kiev avancent dans le sud et l'est du pays.

"Nous garantissons la vie, la sécurité et la justice à tous ceux qui renonceront à combattre immédiatement", a déclaré en russe le ministre dans une adresse vidéo à l'armée de Moscou promettant aussi un "tribunal pour ceux qui ont donné des ordres criminels".

En envoyant son armée envahir l'Ukraine, le Kremlin "vous a trompés et trahis", a encore accusé Oleksiï Reznikov.

"Moscou n'aime pas la vérité. C'est plus facile pour eux de prétendre que vous êtes morts en héros en combattant les troupes de l'Otan. Les pays de l'Otan nous fournissent des armes, c'est vrai. Mais ce sont les militaires ukrainiens qui vous combattent avec ces armes", a-t-il lancé.

06h50

Joe Biden évoque l'hypothèse d'une "apocalypse" nucléaire

Le président américain Joe Biden a déclaré jeudi que la menace de son homologue russe Vladimir Poutine de recourir à l'arme nucléaire représentait le plus grand risque en la matière depuis la crise des missiles de Cuba dans les années 1960, même si la Maison Blanche répète ne disposer d'aucun élément indiquant que la Russie se prépare à utiliser l'arme nucléaire.

"Pour la première fois depuis la crise des missiles de Cuba, nous avons une menace directe d'utiliser des armes nucléaires, si les choses continuent sur ce chemin-là", a dit le président américain lors d'un événement organisé à New York avec des donateurs du Parti démocrate.

"Nous n'avons pas fait face à l'hypothèse d'une apocalypse depuis Kennedy et la crise des missiles cubains", a ajouté Joe Biden en référence aux fortes tensions entre les Etats-Unis de son prédécesseur John Kennedy et l'Union soviétique en 1962 à propos de la présence de missiles soviétiques à Cuba.

Le cargo soviétique Bonronec navigue vers l'est en s'éloignant de La Havane le 9 novembre 1962. La photo montre un gros plan d'objets cylindriques enveloppés sur le pont arrière, qui semblent être des lanceurs de missiles mobiles.  [BOB SCHUTZ - AP PHOTO]Le cargo soviétique Bonronec navigue vers l'est en s'éloignant de La Havane le 9 novembre 1962. La photo montre un gros plan d'objets cylindriques enveloppés sur le pont arrière, qui semblent être des lanceurs de missiles mobiles. [BOB SCHUTZ - AP PHOTO]

Vladimir Poutine a fait une allusion à la bombe atomique dans un discours télévisé le 21 septembre. Il s'était dit prêt à utiliser "tous les moyens" dans son arsenal face à l'Occident, qu'il a accusé de vouloir "détruire" la Russie. "Ce n'est pas du bluff", avait-il assuré.

Selon les experts, de telles attaques emploieraient probablement des armes nucléaires tactiques, plus petites en charge explosive qu'une arme nucléaire stratégique. Mais Joe Biden a prévenu que même une frappe nucléaire tactique risquerait de déclencher une conflagration plus large.

00h00

Retour sur les événements de jeudi

>> Retrouvez le détail des événements de jeudi: L'Ukraine a repris 500km2 dans la région de Kherson en moins d'une semaine