Modifié

La Turquie menace de nouveau de bloquer l'adhésion de la Suède et de la Finlande à l'Otan

Le président turc Recep Tayyip Erdogan. [Vyacheslav Prokofyev - Sputnik via AP]
Le président turc Recep Tayyip Erdogan. [Vyacheslav Prokofyev - Sputnik via AP]
La Turquie ne ratifiera pas la demande d'adhésion de la Suède et de la Finlande à l'Otan "tant que les promesses" faites par les deux pays ne seront pas "tenues", a déclaré samedi le président turc Recep Tayyip Erdogan.

"Nous suivons méticuleusement si les promesses faites par la Suède et la Finlande seront tenues ou non et bien sûr, la décision finale reviendra à notre grande assemblée", a déclaré devant l'Assemblée nationale turque Recep Tayyip Erdogan, qui menace depuis mi-mai de bloquer l'adhésion des deux Etats nordiques à l'Otan.

Le président turc, qui a insisté sur l'importance du "combat contre le terrorisme", accuse les deux pays de protéger des combattants kurdes du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) et des Unités de protection du peuple (YPG), considérés comme terroristes par Ankara.

Concession de la Suède

A ce jour, 28 Etats membres - sur trente - de l'alliance atlantique ont ratifié l'adhésion de la Suède et de la Finlande. Seules la Hongrie et la Turquie doivent encore donner leur accord final au Parlement.

Dans un important geste de concession à la Turquie pour obtenir un feu vert d'Ankara à son entrée à l'Otan, la Suède avait annoncé vendredi avoir réautorisé les exportations de matériel militaire vers la Turquie. La levée de ces restrictions figurait parmi les conditions fixées par Ankara.

afp/asch

Publié Modifié

Plus de 500'000 réfugiés sont rentrés en Syrie

Plus d'un demi-million de Syriens qui avaient fui vers la Turquie sont rentrés dans leur pays depuis 2016, a affirmé samedi Recep Tayyip Erdogan.

Le président turc a dit ces derniers mois "préparer" le retour - sur la base du volontariat - d'un million de réfugiés syriens, sur les 3,7 millions officiellement enregistrés dans le pays.