Banner Ukraine 09.09.2022 [Keystone]
Publié Modifié

L'Ukraine poursuit sa contre-attaque à Kharkiv et affirme avoir repris 30 localités

- L'armée russe a envoyé des véhicules blindés et des canons en renfort dans la région ukrainienne de Kharkiv, où Kiev mène une contre-offensive dans la région. Jeudi, l'armée ukrainienne a annoncé avoir percé les défenses russes et repris des territoires dans plusieurs zones de la région. Les forces ukrainiennes affirment avoir repris 30 localités aux troupes de Moscou.

- La cheffe de la diplomatie allemande, Annalena Baerbock, est arrivée samedi à Kiev pour une visite surprise destinée à "montrer" que l'Ukraine "peut compter" sur le soutien de Berlin, a annoncé le ministère des Affaires étrangères allemand.

- Le président russe Vladimir Poutine prévoit de parler avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan d'un accord de plus en plus contesté par Moscou permettant à l'Ukraine d'exporter ses céréales, a indiqué le Kremlin. La Russie affirme que ses propres exportations de denrées alimentaires et d'engrais continuent de pâtir des sanctions occidentales.

- L'ONU a indiqué avoir documenté plus de quatre cents détentions arbitraires et disparitions forcées par les forces russes en Ukraine ainsi que 51 arrestations arbitraires par les forces ukrainiennes.

Suivi assuré par RTSinfo

00h00

Le suivi des journées de samedi et dimanche

21h30

L'armée ukrainienne a repris 30 localités aux Russes dans le nord-est, annonce Zelensky

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a annoncé vendredi que les forces de Kiev avaient repris 30 localités aux troupes russes dans le nord-est du pays, où Moscou a envoyé des renforts pour faire face à cette offensive.

"A l'heure actuelle, les forces armées ukrainiennes ont libéré et pris le contrôle de plus de 30 localités dans la région de Kharkiv", frontalière de la Russie, a-t-il indiqué dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux.

"Nous prenons progressivement le contrôle de nouvelles localités. Nous ramenons partout le drapeau ukrainien et la protection à nos citoyens", a-t-il ajouté.

21h15

Une usine de drones va ouvrir en Ukraine

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a remis vendredi une décoration au patron de l'entreprise turque qui fabrique les drones de combat Bayraktar et a annoncé qu'elle allait ouvrir une usine en Ukraine.

Les drones Bayraktar TB2 conçus par la société Baykar ont joué un rôle déterminant depuis le début de l'invasion russe en Ukraine, détruisant de nombreuses cibles militaires russes et contribuant à la résistance de l'armée ukrainienne face à un ennemi à la puissance de feu nettement supérieure.

18h20

En Russie, l'inflation repasse sous les 15% en août

L'inflation, qui a flambé en Russie jusqu'à battre un record de vingt ans en avril, est repassée sous les 15% en août pour la première fois depuis le début de l'intervention militaire russe en Ukraine et la pluie de sanctions qui l'ont suivie.

En août, la hausse des prix s'est établie à 14,30% sur un an, en baisse par rapport à juillet (15,10%), selon les chiffres publiés par l'agence de statistiques Rosstat.

Mercredi, le président russe Vladimir Poutine avait estimé que le "pic" des difficultés économiques engendrées par les sanctions occidentales, était "passé", malgré des "problèmes" logistiques dans certains secteurs, notamment automobile et technologique.

18h00

Le personnel ukrainien de la central de Zaporijjia victime d'exactions russes, selon Kiev

Le patron de l'opérateur ukrainien de la centrale nucléaire de Zaporijjia, Petro Kotine, a dénoncé vendredi des exactions perpétrées par les forces russes sur le personnel, évoquant des tortures, meurtres et enlèvements.

"Avec l'occupation, un régime de harcèlement policier du personnel a été progressivement mis en place. La situation est aujourd'hui très difficile avec des tortures, des passages à tabac, des enlèvements", a-t-il déclaré dans une interview à l'AFP. Selon lui, deux personnes ont notamment été "battues à mort" par les forces russes.

La Russie, de son côté, dément systématiquement commettre des exactions en Ukraine, accusant au contraire les autorités ukrainiennes de commettre des crimes contre la population, en se servant de civils de boucliers humains.

17h45

La reconstruction coûtera au moins 350 milliards de dollars

La reconstruction et le soutien à l'économie ukrainienne coûteraient près de 350 milliards de dollars si le conflit opposant le pays à la Russie se terminait aujourd'hui, selon un communiqué commun publié vendredi par le gouvernement ukrainien, la Commission européenne et la Banque mondiale.

Il s'agit de la première évaluation complète de l'état de l'économie ukrainienne et des dégâts provoqués par le conflit depuis le début de l'invasion russe, en février dernier, permettant ainsi d'"exposer les besoins financiers et d'avoir une feuille de route pour envisager la reconstruction", précise le communiqué.

La somme représente 1,5 fois le PIB enregistré en 2021 par l'Ukraine et près du tiers, 105 milliards de dollars, devra être utilisé pour les besoins les plus urgents, dans les trois prochaines années. Cette estimation intègre les destructions provoquées par les combats sur les infrastructures, les logements ou encore l'industrie, en particulier dans l'est et le sud du pays, dont le coût est évalué à 97 milliards de dollars.

5 milliards d'euros de la part de l'UE

Un effort international, impliquant les pays du G7 et l'Union européenne, a permis pour l'heure de regrouper 39 milliards de dollars, dont neuf milliards d'euros pour l'UE.

Les 27 ministres des Finances de l'UE ont ainsi donné vendredi leur feu vert à une nouvelle aide de cinq milliards d'euros à l'Ukraine afin de l'aider face aux conséquences de la guerre.

Cette assistance sous forme de prêt, proposée mercredi par la Commission, représente la deuxième tranche d'un paquet maximum de neuf milliards pour 2022 annoncé en mai par la présidente de l'exécutif européen, Ursula von der Leyen.

17h30

Des frappes russes dans Kharkiv font au moins 10 blessés, selon Kiev

Au moins 10 personnes ont été blessées vendredi par des tirs de roquettes russes dans le centre de Kharkiv, deuxième ville d'Ukraine, selon des responsables locaux, une attaque qualifiée par Kiev d'"acte de vengeance" face à l'avancée des forces ukrainiennes dans la région.

Les frappes ont touché un centre artistique pour enfants et une école, ainsi que des logements, blessant au moins dix personnes, dont trois enfants, a écrit le maire de Kharkiv, Ihor Terekhov, sur Telegram

Ces informations n'ont pas pu être vérifiées dans l'immédiat. La Russie nie avoir pris des civils pour cible et n'a pas souhaité commenter les informations faisant état d'une avancée ukrainienne dans la région de Kharkiv, renvoyant les questions au ministère russe de la Défense.

17h25

L'Otan appelle ses alliés à fournir à l'armée ukrainienne des équipements pour l'hiver

Le secrétaire général de l'Otan a exhorté vendredi les alliés à fournir à l'armée ukrainienne des équipements pour l'hiver tels que vêtements, tentes et générateurs.

Les températures chutent en moyenne en dessous de 0 degrés durant l'hiver en Ukraine et il n'est pas inhabituel qu'elles atteignent les -15 degrés.

"L'hiver arrive, il va être rude, et nous devons donc à la fois continuer à fournir des armes et des munitions, mais aussi des vêtements d'hiver, des tentes, des générateurs et tout l'équipement spécifique nécessaire en hiver", a déclaré Jens Stoltenberg à des journalistes après avoir rencontré le secrétaire d'État américain Antony Blinken à Bruxelles.

16h40

La centrale de Zaporijjia mise en danger par une coupure totale de courant

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a fait état vendredi d'une "coupure totale de courant" dans la ville ukrainienne d'Energodar, où est située la centrale nucléaire de Zaporijjia, une situation qui "compromet la sécurité des opérations".

"C'est totalement inacceptable. Cela ne peut pas continuer", a déclaré dans un communiqué le directeur général, Rafael Grossi, appelant à "cesser immédiatement les bombardements dans la zone".

"L'infrastructure électrique alimentant la ville a été détruite par des frappes au niveau de la centrale thermique, provoquant une coupure totale d'eau et d'électricité", a-t-il expliqué informé par les deux experts de l'instance onusienne présents sur place.

15h50

Bruxelles appelle les Etats membres à "réexaminer" les visas des Russes

La Commission européenne appelle les pays de l'UE et de l'espace Schengen à "réexaminer en profondeur" les visas délivrés aux citoyens russes pour s'assurer qu'ils ne présentent pas un risque pour la sécurité, a indiqué vendredi la commissaire aux Affaires intérieures.

La guerre contre l'Ukraine est "aussi une menace contre notre sécurité et nous ne devons pas être naïfs, le but de Poutine est de détruire l'Union européenne", a déclaré Ylva Johansson lors d'une conférence de presse à Nuijamaa en Finlande, à la frontière avec la Russie, au côté de la ministre finlandaise de l'Intérieur, Krista Mikkonen.

Priorité aux dissidents ou encore journalistes

L'UE a formellement adopté vendredi une suspension d'un accord de 2007 facilitant la délivrance de visas aux ressortissants russes, une mesure qui entrera en vigueur lundi, en réaction à la guerre en Ukraine. Moins d'un million de Russes sont actuellement titulaires d'un visa pour la zone Schengen en cours de validité, selon la Commission.

L'exécutif européen s'apprête à publier vendredi des lignes directrices à l'attention des Etats membres pour s'assurer qu'ils donnent la priorité dans la délivrance de visas "aux dissidents, journalistes, aux demandeurs pour raisons humanitaires ou familiales" par exemple.

>> Ecouter à ce sujet:

Un passeport russe. [Adrien Fillon - Nurphoto via afp]Adrien Fillon - Nurphoto via afp
La question des restrictions sur les visas touristiques russes divise au sein des Vingt-Sept / La Matinale / 1 min. / le 19 août 2022

14h45

La Russie paie "un énorme prix" en Ukraine, selon Anthony Blinken

L'envoi par l'armée russe de renforts dans la région ukrainienne de Kharkiv démontre que Moscou paie "un énorme prix" pour son agression, a jugé à Bruxelles le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken.

"Le nombre de soldats russes en Ukraine est énorme et, malheureusement, le président Poutine a indiqué qu'il enverrait encore plus de monde: cela a un énorme prix pour la Russie", a déclaré Antony Blinken lors d'une conférence de presse commune avec le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg.

14h15

L'armée russe envoie des renforts vers Kharkiv

L'armée russe a envoyé des véhicules blindés et des canons en renfort dans la région ukrainienne de Kharkiv, ont rapporté les agences de presse russes, publiant des images transmises par le ministère de la Défense. Kiev mène une contre-offensive dans la région.

Sur ces images, également diffusées par le média officiel de l'armée russe, Zvezda, on peut voir plusieurs camions militaires tractant des canons lourds et des véhicules blindés, sur une route de terre, puis une route asphaltée. Le ministère russe de la Défense n'avait pas fait d'annonce officielle dans l'immédiat.

L'annonce de ce déploiement de renforts intervient alors que les forces ukrainiennes ont affirmé avoir réalisé une percée dans la région de Kharkiv, frontalière de la Russie dans le nord-est de l'Ukraine.

Des "combats acharnés"

Un haut responsable de l'administration d'occupation de Moscou dans la région, Vitali Gantchev, a affirmé vendredi sur la chaîne de télévision russe Rossiia 24 que des "combats acharnés" étaient en cours autour de la ville de Balaklia, que Kiev a dit jeudi avoir reconquise.

"Nous ne contrôlons plus Balaklia. Des tentatives pour déloger les forces ukrainiennes sont en cours, mais les combats là-bas sont acharnés et nos troupes sont retenues aux abords (de la ville)", a-t-il affirmé.

Selon lui, des combats difficiles ont aussi lieu près de la localité de Chevtchenkove, toujours dans la région de Kharkiv. "Là aussi, les forces armées ukrainiennes essayent de briser les défenses. Des réserves depuis la Russie ont été envoyées là-bas, nos troupes ripostent", a affirmé Vitali Gantchev.

La Russie a envoyé des renforts dans la région de Kharkiv, suite à la contre-attaque ukrainienne. [Keystone]La Russie a envoyé des renforts dans la région de Kharkiv, suite à la contre-attaque ukrainienne. [Keystone]

13h50

Vladimir Poutine veut rediscuter de l'accord sur les céréales

Le président russe Vladimir Poutine prévoit de parler avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan de l'accord de plus en plus contesté par Moscou permettant à l'Ukraine d'exporter ses céréales, a indiqué le Kremlin.

Rediscuter de l'accord d'Istanbul "est possible, nécessaire et une conversation entre Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan est déjà en train d'être préparée", a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

"Cette discussion n'a que trop tardé", a-t-il poursuivi, ajoutant qu'elle était prévue en marge d'un sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai les 15 et 16 septembre à Samarcande, en Ouzbékistan.

Cet accord, conclu le 22 juillet à Istanbul, a permis de débloquer les exportations de blé et de maïs ukrainiens qui étaient jusque-là entravées par l'offensive militaire russe, suscitant l'inquiétude des pays importateurs et la peur d'une crise alimentaire.

Mais la Russie affirme que ses propres exportations de denrées alimentaires et d'engrais continuent de pâtir des sanctions occidentales visant Moscou pour son intervention militaire. Elle accuse en outre les pays européens d'accaparer la majorité des céréales exportées d'Ukraine.

13h30

Attaque déjouée contre un bâtiment militaire russe

Les services de sécurité russes (FSB) ont affirmé avoir déjoué une tentative d'incendier un bâtiment militaire dans la région de Saint-Pétersbourg et arrêté trois suspects, un type d'attaque qui s'est multiplié en Russie depuis l'offensive en Ukraine.

Une enquête pour "tentative d'acte terroriste" a été ouverte, précise le FSB, un crime puni par de très lourdes peines de prison.

Depuis le déclenchement de l'offensive du Kremlin en Ukraine, fin février, des médias russes ont rapporté plusieurs dizaines de cas de jets de cocktails Molotov ou de dégradations contre des bâtiments officiels à travers le pays.

13h00

L'ONU documente des centaines de détentions arbitraires et disparitions

L'ONU a indiqué avoir documenté plus de quatre cents détentions arbitraires et disparitions forcées par les forces russes en Ukraine ainsi que 51 arrestations arbitraires par les forces ukrainiennes.

Depuis le début de l'invasion ordonnée par le président russe Vladimir Poutine, le Haut-Commissariat aux droits de l'Homme rassemble des informations sur une série de violations dont sont victimes les prisonniers de guerre.

La torture notamment, si elle est prouvée devant un tribunal, "serait un crime de guerre", a expliqué Matilda Bogner, qui dirige la mission de surveillance des droits de l'Homme en Ukraine, lors d'un point de situation par visioconférence depuis Odessa.

À ce jour, l'ONU a vérifié qu'au moins 416 personnes ont été victimes de détentions arbitraires et de disparitions forcées dans le territoire occupé par la Russie ou dans des zones contrôlées par les forces armées russes et les groupes armés affiliés au moment des faits. Parmi ces personnes, 16 ont été retrouvées mortes et 166 ont été libérées.

La mission a par ailleurs recensé 51 arrestations arbitraires et 30 autres cas pouvant s'apparenter à des disparitions forcées perpétrées par les forces de l'ordre ukrainiennes.

12h10

Vladimir Poutine ne prévoit pas d'assister aux funérailles d'Elizabeth II

Le président russe Vladimir Poutine ne prévoit pas d'assister aux funérailles d'Elizabeth II, attendues dans une dizaine de jours à Londres, a déclaré le porte-parole du Kremlin. "L'option (de son déplacement) n'est pas envisagée", a-t-il laconiquement déclaré à la presse, alors que le président russe fait figure de paria en Occident depuis l'offensive contre l'Ukraine.

La veille, Vladimir Poutine avait salué la mémoire de la reine, décédée jeudi à 96 ans.

Le porte-parole du Kremlin a précisé ne pas savoir à ce stade si un représentant du gouvernement russe se rendrait aux funérailles d'Elizabeth II.

11h35

Kiev dénonce des frappes russes sur un hôpital

Un hôpital de la ville ukrainienne de Velika Pisarivka, frontalière de la Russie, a été la cible d'une frappe russe qui a détruit le bâtiment, faisant craindre des victimes, a fait savoir le gouverneur régional de Soumy, dans le nord-est de l'Ukraine.

Les autorités ukrainiennes accusent régulièrement les forces russes de cibler des infrastructures civiles et Moscou dément systématiquement.

10h45

Reportages au coeur de la contre-offensive de l'Ukraine au sud du pays

En Ukraine, Kiev a lancé une contre-offensive sur le front sud du pays. Mais face au verrouillage de l'information et à la propagande des belligérants, il est difficile de connaître la réalité de la situation. La RTS s'est rendue sur place pour recueillir des témoignages et rencontrer des parties prenantes au conflit.

>> L'une des reportages de Tout un monde à Zaporijjia:

La centrale nucléaire de Zaporijia. [EPA/YURI KOCHETKOV - Keystone]EPA/YURI KOCHETKOV - Keystone
Zaporijia se prépare au pire / Tout un monde / 8 min. / le 8 septembre 2022

>> Plus de détails: Reportages au coeur de la contre-offensive de l'Ukraine au sud du pays

08h00

L'Iran visé par de nouvelles sanctions américaines

Les Etats-Unis vont appliquer une série de sanctions à l'encontre des gardiens de la révolution et plusieurs entreprises iraniennes, impliqués dans la livraison de drones de combat à destination de la Russie. Ces engins doivent être déployés dans la guerre en Ukraine.

Les sanctions vont viser en premier lieu les gardiens de la révolution, déjà ciblés par une série de sanctions notamment en lien avec le dossier du nucléaire iranien et inscrits sur la liste noire américaine des "organisations terroristes", a annoncé le département américain du Trésor.

"Les Etats-Unis comptent appliquer strictement l'ensemble de nos sanctions à l'encontre de la Russie comme de l'Iran et faire rendre des comptes à tous ceux qui, comme l'Iran, font le choix de soutenir la Russie dans sa guerre d'agression contre l'Ukraine", a déclaré le sous-secrétaire au trésor Brian Nelson.

00h00

Retour sur les événements de jeudi