Publié

Le pape évoque l'Ukraine avec le numéro 2 de l'Eglise orthodoxe russe

Le pape François a accueilli Mgr Antoine Sevriouk au Vatican, 05.08.2022. [Vatican Media/EPA/Keystone]
Le pape évoque l'Ukraine avec le numéro 2 de l'Eglise orthodoxe russe / Le Journal horaire / 25 sec. / vendredi à 15:02
Le pape François a reçu vendredi à Rome l'évêque Antoine, deuxième dirigeant le plus puissant de l'Eglise orthodoxe russe. Il s'agissait d'une rencontre préparatoire en prévision d'un sommet avec le patriarche Cyrille, qui soutient l’invasion de l’Ukraine par Moscou.

Le Vatican a inscrit Antoine sur la liste officielle des rendez-vous du pape vendredi, mais n'a donné aucun détail sur l'audience privée.

Il s'agit de la première rencontre entre le Saint-Père et le prélat orthodoxe russe depuis que le Patriarcat de Moscou a mis fin aux fonctions du prédécesseur de l'évêque, le métropolite Hilarion. La décision avait mis en évidence une discorde sur le conflit en Ukraine au sommet de l'Eglise orthodoxe russe.

Congrès de chefs religieux au Kazakhstan

Le pape participera à un congrès de chefs religieux dans la capitale kazakhe Noursoultan (ex-Astana) du 13 au 15 septembre. Il a dit qu'il espérait y rencontrer le patriarche Cyrille, qui a confirmé sa présence. Celui-ci, proche allié du président russe Vladimir Poutine, a soutenu l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Sa position a provoqué un désaccord avec le Vatican et déclenché une rébellion interne qui a conduit certaines Eglises orthodoxes locales à rompre leurs liens avec l'Eglise orthodoxe russe.

Premier rendez-vous annulé en juin à Jérusalem

François, qui a qualifié le conflit de "guerre d'agression cruelle et insensée", avait prévu de rencontrer Cyrille le 14 juin à Jérusalem, mais avait annulé le rendez-vous sur les conseils des diplomates du Vatican.

Dans un entretien accordé à l'agence Reuters le mois dernier, le pape avait déclaré qu'il souhaitait se rendre à Kiev après son retour du Canada le 30 juillet, mais qu'il voulait également se rendre à Moscou, de préférence en premier, pour promouvoir la paix.

Reuters/oang

Publié