Publié

Un nouveau round de négociations se tient à Vienne sur le nucléaire iranien

Après une longue pause, les négociateurs sur le nucléaire iranien (ici l'Iranien Ali Bagheri) sont attendus à Vienne. [Leonhard Foeger - REUTERS]
Nucléaire iranien: nouveau round de négociations à Vienne / Le Journal horaire / 19 sec. / le 3 août 2022
Après une longue pause, les négociateurs sur le nucléaire iranien sont attendus à Vienne, en Autriche, pour reprendre le fil de difficiles pourparlers sous l'égide de l'UE, dans une énième tentative de sauvetage d'un accord pour l'heure moribond.

"En route vers Vienne pour discuter du retour à la pleine application du JCPOA", a tweeté mercredi le coordinateur de l'Union européenne Enrique Mora, en référence à l'acronyme anglais désignant l'accord de 2015 censé empêcher Téhéran de se doter de l'arme atomique.

Il sera rejoint sur place par le négociateur en chef iranien Ali Bagheri. "Direction Vienne pour faire avancer les négociations", a écrit ce dernier sur Twitter, renvoyant une nouvelle fois "la balle dans le camp" de Washington.

L'émissaire américain Robert Malley a également annoncé son déplacement dans la capitale autrichienne. "Nos attentes sont mesurées mais les Etats-Unis accueillent avec bienveillance les efforts de l'UE et sont prêts de bonne foi à tenter de trouver un accord", a-t-il dit.

Et d'ajouter, en écho aux avertissements de Téhéran: "On sera vite fixés pour savoir si l'Iran est prêt à la même chose".

Pourparlers en pause depuis mars

Les discussions entre l'Iran et les grandes puissances, qui avaient démarré en avril 2021 avec la participation indirecte des Etats-Unis, sont au point mort depuis mars.

Alors qu'un accord était présenté peu auparavant comme "imminent", le processus a déraillé, et des pourparlers au Qatar fin juin n'ont débouché sur aucune avancée.

Dans une ultime tentative, le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a soumis le 26 juillet un projet de compromis et a appelé les parties à l'accepter pour éviter une "dangereuse crise".

L'Iran s'était dans la foulée montré "optimiste", Ali Bagheri se disant "prêt à conclure les négociations dans de courts délais".

"Dans ce cycle de pourparlers (...), des discussions seront menées au sujet des idées présentées par les participants, notamment celles présentées cette semaine par l'Iran à l'autre partie", a précisé le porte-parole du ministère, Nasser Kanani, dans un communiqué.

Retrait des Etats-Unis

Conclu par l'Iran et six puissances (Russie, Etats-Unis, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne), le JCPOA vise à garantir le caractère civil du programme nucléaire de l'Iran, accusé de chercher à se doter de l'arme atomique malgré ses démentis.

Mais à la suite du retrait unilatéral en 2018 des Etats-Unis sous l'impulsion de Donald Trump et du rétablissement des sanctions américaines, Téhéran s'est progressivement affranchi de ses obligations.

L'Iran a ainsi dépassé le taux d'enrichissement d'uranium de 3,67% fixé par le JCPOA, montant à 20% début 2021. Puis il a franchi le seuil inédit de 60%, se rapprochant des 90% nécessaires à la confection d'une bombe, tout en limitant l'accès aux inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), le gendarme onusien du nucléaire.

>> Lire aussi: L'Iran se dit "capable" de fabriquer une bombe nucléaire

afp/ami

Publié

"Attentes modestes"

"Les attentes sont à juste titre modestes pour cette nouvelle séance de discussions", explique Henry Rome, spécialiste de l'Iran au sein du cabinet de conseil américain Eurasia Group.

Il évoque des "divergences" persistantes entre les Etats-Unis et l'Iran "sur plusieurs questions clefs": les sanctions à lever, la demande par Téhéran de garanties et de la clôture d'une enquête de l'AIEA.

Alors pourquoi revenir maintenant autour de la table? "Les autres options sont peu attrayantes, aucune des parties n'est donc prête à enterrer les négociations", commente Ali Vaez, de l'organisation de prévention des conflits International Crisis Group.