Le suivi de la situation en Ukraine. [Keystone]
Publié Modifié

Un missile russe touche un centre commercial du centre de l'Ukraine, faisant au moins 18 morts

- Un missile russe a touché lundi après-midi un centre commercial à Kremenchuk, une ville du centre de l'Ukraine, faisant au moins 18 morts et quarante blessés, ont annoncé les autorités locales. Le bilan est encore provisoire et pourrait s'alourdir. Pour le Premier ministre britannique Boris Johnson, ce raid montre une fois de plus "la cruauté et la barbarie" de Vladimir Poutine.

- La Russie a intensifié ses frappes ce lundi. Un raid a ainsi coûté la vie à huit civils à Lyssytchansk. Quatre personnes ont aussi été tuées à Kharkiv, alors qu'un autre missile s'est abattu sur une zone résidentielle de la ville de Sloviansk, dans l'est du pays. Un homme a été tué et trois autres personnes ont été blessées. Le maire de la ville a accusé la Russie de cibler spécifiquement des civils.

- Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré lors d'une vidéoconférence avec les dirigeants du G7 que le temps de la négociation avec la Russie n'était pas venu et que l'Ukraine devait d'abord consolider ses positions.

- Les pays du G7 réunis en sommet en Allemagne veulent serrer encore l'étau économique contre la Russie, en réfléchissant en particulier à un "mécanisme pour plafonner au niveau mondial le prix du pétrole russe", a dit lundi un haut responsable de la Maison Blanche. Les dirigeants ont déjà annoncé l'interdiction des importations d'or russe et ont lancé un appel à l'unité face à Moscou.

- Le Kremlin a assuré lundi qu'il n'y avait "aucune raison" d'évoquer un défaut de paiement de la Russie, annoncé par certains médias car des détenteurs d'obligations russes n'ont pas touché leurs intérêts avant la date limite de dimanche.

Suivi assuré par RTSinfo

00h00

Le suivi de l'actualité

23h05

La Suisse "choquée" par le bombardement de Kremenchuk

La Suisse est "profondément choquée" par le bombardement d'un centre commercial à Kremenchuk, a écrit le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) dans une prise de position en allemand sur Twitter. Il déplore que la population civile ukrainienne soit une fois de plus la cible directe d'une attaque.

"La Suisse condamne ces graves violations du droit humanitaire et appelle une fois de plus la Russie à mettre fin à son agression militaire contre l'Ukraine".

Cette ville du centre de l'Ukraine comptait quelque 220'000 habitants avant la guerre et avait jusqu'à présent été épargnée par les bombardements.

23h00

L'Ukraine demande une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU

L'Ukraine a demandé lundi soir une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU sur les derniers bombardements russes contre des cibles civiles en Ukraine. Elle se tiendra mardi à 21h (heure suisse).

Le tir d'un missile sur un centre commercial à Kremenchuk lundi, qui a fait une dizaine de morts, "sera le sujet principal" de cette session. Les tirs de missiles sur Kiev dimanche, ayant touché un complexe résidentiel, seront aussi abordés lors de la réunion.

21h15

La récolte de blé a été bonne en Ukraine, mais il est impossible de l'exporter

Le blocus des exportations de blé ukrainien menace la planète d'une crise alimentaire. Des tonnes de grains attendent dans les ports ukrainiens et roumains d'être embarqués et transportés jusqu'aux navires amarrés en mer Noire. Selon le président ukrainien Volodymyr Zelensky, 20 à 25 millions de tonnes de céréales seraient bloquées dans le pays.

Alors que le blocus maritime se poursuit, le blé ukrainien ne peut être exporté que par camions. Mais la quantité de grains qui prennent la route ne représente qu'une goutte d'eau dans l'océan: l'ensemble du blé exporté d’Ukraine par camions durant tout le mois de mai 2022 peut ainsi tenir dans un seul bateau, montre lundi un reportage du 19h30, qui a filmé la situation dans un port du sud de l'Ukraine.

>> Regarder le reportage du 19h30:

Des tonnes de blé ne peuvent plus être exportées d'Ukraine [RTS]
Des tonnes de blé ne peuvent plus être exportées d'Ukraine / 19h30 / 2 min. / le 27 juin 2022

Navires bloqués au port

Les navires de transport sont bloqués au port depuis février à cause des mines marines et des navires de guerre russes au large. "Le déblocage des ports ne peut se faire qu'avec le soutien de la diplomatie mondiale et des garanties de partenaires internationaux sérieux", explique la porte-parole de l’Etat-major des armées du Sud de l’Ukraine Nataliya Houmeniouk.

En attendant, les ports du Danube connaissent un important regain d'activité. Mais si les barges du Danube peuvent transporter plus de grains que les camions, on est encore bien loin des volumes nécessaires. La bureaucratie roumaine freine le processus, et à l’embouchure du Danube, le port de Sulina manque de capacité. Les navires doivent attendre au moins deux semaines pour entrer dans le fleuve.

Blé abondant mais invendable

Dans les champs ukrainiens, l’orge et le blé sont mûrs et l'année a été plutôt bonne. Mais faute de pouvoir vendre leur récolte, tous les paysans ne pourront peut-être pas semer l'an prochain. "On peut récolter ces céréales, mais on n’aura pas de liquidités si elles restent dans les silos", témoigne l'un d'eux. Et pourtant: les prix mondiaux du blé ont doublé et certaines régions du monde redoutent une pénurie.

>> Regarder aussi les explications de Laurent Burkhalter:

Les explications de Laurent Burkhalter sur les conséquences de la baisse des exportations de blé [RTS]
Les explications de Laurent Burkhalter sur les conséquences de la baisse des exportations de blé / 19h30 / 1 min. / le 27 juin 2022

21h00

Huit civils tués à Lyssytchansk

Au moins huit civils ukrainiens ont été tués et 21 autres blessés dans un bombardement russe lundi alors qu'ils collectaient de l'eau à Lyssytchansk (est), a annoncé le gouverneur régional. Cette ville est jumelle de celle de Severodonetsk, conquise récemment par les forces de Moscou.

"Les Russes ont tiré sur une foule de gens avec des lance-roquettes multiples Ouragan, au moment où les civils collectaient de l'eau depuis une citerne. Huit habitants sont morts, 21 ont été emmenés à l'hôpital", a indiqué sur Telegram Serguiï Gaïdaï, gouverneur de la région de Lougansk. Lyssytchansk est la dernière grande ville qu'il reste à conquérir pour les Russes dans la région de Lougansk, l'une des deux provinces du bassin industriel du Donbass.

20h20

La situation se durcit à Lyssytchansk

Dans le bassin du Donbass, déjà en partie tenu par des séparatistes prorusses depuis 2014, les forces russes, après s'être emparées samedi de haute lutte de la ville stratégique de Severodonetsk, ont bombardé lundi la ville voisine de Lyssytchansk, selon les autorités régionales ukrainiennes

Elles ont poursuivi "leurs attaques contre la périphérie sud de Lyssytchansk et ont consolidé leur contrôle de Severodonetsk et des localités environnantes", a communiqué l'Institut américain pour l'étude de la guerre (ISW).

Les troupes russes mènent des opérations à l'est de Bakhmout pour conserver le contrôle de l'autoroute vers Lyssytchansk et ont lancé "des assauts terrestres infructueux au nord-ouest de Sloviansk", précise l'ISW.

La prise de Severodonetsk a représenté "un coût significatif pour les Russes" en effectifs, a aussi déclaré un haut responsable militaire américain.

19h35

Pluie de condamnations après l'attaque d'un centre commercial ukrainien

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a fermement condamné en début de soirée la frappe qui a touché un centre commercial de Kremenchuk, en Ukraine. "Cette attaque épouvantable a montré une fois de plus les profondeurs de la cruauté et de la barbarie dans lesquelles le dirigeant russe est prêt à tomber", a-t-il déclaré, avertissant qu'elle ne fera que "renforcer la détermination" occidentale à soutenir Kiev.

>> Les images de l'incendie dans le 19h30:

Un missile russe a frappé un centre commercial dans le centre de l'Ukraine, selon les autorités ukrainiennes [RTS]
Un missile russe a frappé un centre commercial dans le centre de l'Ukraine, selon les autorités ukrainiennes / 19h30 / 1 min. / le 27 juin 2022

L'ONU a également condamné le bombardement par l'intermédiaire de son porte-parole Stéphane Dujarric. "Toute attaque qui frappe un centre commercial est totalement déplorable", a-t-il déclaré, précisant ne pas être en mesure de confirmer le bilan humain.

La ville de Kremenchuk n'avait pas été touchée par la guerre jusqu'à présent, a-t-il relevé. Mardi devrait se tenir une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU demandée par l'Ukraine sur les derniers bombardements russes.

>> Les précisions de Tristan Dessert à Kiev:

Notre envoyé spécial Tristan Dessert commente la situation en Ukraine [RTS]
Notre envoyé spécial Tristan Dessert commente la situation en Ukraine / 19h30 / 1 min. / le 27 juin 2022

"La dernière en date d'une série d'atrocités"

Un peu plus tard dans la soirée, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken s'est dit "horrifié" par la frappe de missile russe, qu'il a décrit comme "la dernière en date d'une série d'atrocités".

Les Etats-Unis continueront de soutenir leurs partenaires ukrainiens et feront "rendre des comptes à la Russie", a-t-il ajouté sur Twitter.

La France, enfin, a accusé la Russie de "violations effroyables du droit humanitaire en Ukraine" et affirmé que Moscou devrait "répondre de ces actes".

"Crime de guerre" selon le G7

"Les attaques indiscriminées contre des civils innocents constituent un crime de guerre", ont déclaré les dirigeants du G7, réunis en sommet dans le sud de l'Allemagne, dans une déclaration qui "condamne solennellement l'attaque abominable". Ils assurent que le président russe Vladimir Poutine devra "rendre des comptes".

18h50

Frappe sur un centre commercial: au moins dix morts

Le bilan de la frappe russe sur un centre commercial de Kremenchuk, dans le centre de l'Ukraine, a grimpé à 13 morts et plus de 40 blessés, a annoncé le gouverneur régional, avertissant que le bilan pourrait encore s'alourdir.

Selon l'armée de l'air ukrainienne, le centre commercial a été frappé par des missiles anti-navires Kh-22 tirés depuis des bombardiers à longue portée Tu-22, depuis la région russe de Koursk.

18h15

Quatre tués dans un bombardement à Kharkiv

Un bombardement russe sur Kharkiv, dans le nord-est de l'Ukraine, a fait quatre morts et 19 blessés, a déclaré le gouverneur de la région.

La Russie, qui dément prendre les civils pour cible dans le cadre de son "opération militaire spéciale" en Ukraine, ne s'est pas exprimée dans l'immédiat.

18h00

La Russie expulse huit diplomates grecs

La Russie a annoncé l'expulsion de huit diplomates grecs en raison notamment de la livraison de matériel militaire par Athènes à l'Ukraine. Lors d'une convocation au ministère russe des Affaires étrangères, l'ambassadeur grec à Moscou s'est vu remettre une note lui indiquant que ces diplomates disposaient de huit jours pour quitter le pays.

Cette décision est "la conséquence directe des actions inamicales prises par les autorités grecques", a argué le ministère russe.

La Grèce du côté occidental

Malgré ses relations historiques avec la Russie, pays peuplé majoritairement d'orthodoxes comme la Grèce, Athènes s'est rangé aux côtés de ses alliés occidentaux et a condamné fermement cette "opération militaire".

En avril, la Grèce avait annoncé l'expulsion de 12 diplomates russes dans la foulée de l'intervention militaire de Moscou en Ukraine. Plusieurs centaines de diplomates russes ont été expulsés par les pays occidentaux ces derniers mois, et la Russie a répliqué en faisant de même.

17h45

Boris Johnson: "Le prix de la liberté vaut la peine d'être payé"

"Le prix de la liberté vaut la peine d'être payé", a plaidé lundi Boris Johnson en marge du sommet du G7. Il était interrogé par la BBC sur l'avenir du soutien britannique si l'invasion russe se poursuit plusieurs années, alors que les prix flambent et les mouvements sociaux se multiplient au Royaume-Uni.

Faisant le parallèle avec la victoire contre l'Allemagne nazie, il a défendu le soutien à l'Ukraine malgré les sévères répercussions économiques: "Rappelez-vous qu'il a fallu aux démocraties, au milieu du siècle dernier, beaucoup de temps pour reconnaître qu'elles devaient résister à la tyrannie et à l'agression, et cela a coûté très cher. Mais la défaite des dictateurs, en particulier de l'Allemagne nazie, a permis d'acquérir des décennies et des décennies de stabilité", a-t-il répondu.

Grogne sociale croissante

Depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine fin février, le Royaume-Uni a été en pointe de la réponse occidentale, fournissant des armes très tôt à Kiev et sanctionnant durement la Russie et ses oligarques.

Si ce soutien a fait le consensus au Royaume-Uni, le pays est confronté quatre mois plus tard à une inflation au plus haut depuis 40 ans, à plus de 9%, provoquant une grogne sociale croissante avec les avocats anglais se mettant en grève, après les cheminots la semaine dernière.

Ce mécontentement intervient alors que Boris Johnson est très fragilisé politiquement à la suite notamment du scandale du "partygate", ces fêtes arrosées pendant les confinements.

17h40

Première visite hors de Russie pour Vladimir Poutine depuis le début de la guerre

Le président russe Vladimir Poutine va effectuer mardi au Tadjikistan, ex-pays soviétique et allié d'Asie centrale, son tout premier déplacement depuis l'offensive lancée fin février contre l'Ukraine, a annoncé lundi le Kremlin.

A Douchanbé, la capitale tadjike, il va s'entretenir avec son homologue Emomali Rakhmon pour parler notamment des "mesures visant à renforcer les liens de coopération et d'alliance" entre la Russie et le Tadjikistan, a précisé de son côté le conseiller diplomatique du Kremlin Yuri Uchakov.

Dernier voyage début février

Le maître du Kremlin est ensuite attendu mercredi à un sommet des pays riverains de la mer Caspienne au Turkménistan, autre ex-république soviétique autoritaire d'Asie centrale. Des rencontres bilatérales avec l'actuel président turkmène Serdar Berdymoukhamedov, les présidents azerbaïdjanais Ilham Aliev et iranien Ebrahim Raïssi sont également prévues, a-t-il ajouté.

Le dernier voyage à l'étranger de Vladimir Poutine remonte au 4 et 5 février, lorsqu'il s'était rendu en Chine pour une rencontre avec son homologue Xi Jinping à l'occasion de l'ouverture des Jeux Olympiques d'hiver. Un peu plus de deux semaines plus tard, il lançait son pays à l'assaut de son voisin ukrainien. Il n'avait depuis effectué aucun déplacement à l'étranger, pas même chez son plus proche allié, la Biélorussie.

17h15

Un missile russe s'abat sur un centre commercial à Kremenchuk

Un missile russe a touché un centre commercial à Kremenchuk, une ville du centre de l'Ukraine, faisant des morts et des blessés, ont annoncé les autorités locales, précisant que le bilan pourrait être très lourd.

"Les occupants ont tiré au missile sur un centre commercial où se trouvaient plus de mille civils. Le centre commercial est en feu et les sauveteurs luttent contre l'incendie. Le nombre de victimes est impossible à imaginer", a écrit sur Facebook le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Il a accompagné son message d'une vidéo montrant le centre commercial en feu, émettant de gros nuages de fumée, avec des camions de pompiers et une dizaine de personnes sur place.

Selon le chef adjoint de l'administration présidentielle ukrainienne Kyrylo Tymochenko, au moins deux personnes ont été tuées et 20 autres blessées, dont neuf sont dans un état grave. "Les opérations de sauvetage continuent", a-t-il écrit sur Telegram.

Le missile russe a frappé un centre commercial "très fréquenté". [Press service of the State Emergency - Reuters]Le missile russe a frappé un centre commercial "très fréquenté". [Press service of the State Emergency - Reuters]

16h50

Vladimir Poutine présent en personne au sommet du G20 en Indonésie?

Le président russe Vladimir Poutine compte être présent en personne au sommet du G20 en novembre à Bali, en Indonésie, après avoir reçu une invitation officielle, a annoncé le conseiller du Kremlin Yuri Uchakov.

Il a toutefois précisé qu'il restait encore "beaucoup de temps" avant le sommet prévu pour les 15 et 16 novembre, suggérant ainsi que le format de la participation russe pourrait être modifié.

Coup de force de Jakarta

Jakarta avait suscité la polémique en invitant la Russie au sommet des 20 économies les plus développées après le déclenchement de l'offensive russe en Ukraine le 24 février et malgré les accusations de crimes de guerre pesant sur elle. Les pays occidentaux, Etats-Unis en tête, font pression sur l'Indonésie, qui assure la présidence tournante du G20 cette année, pour exclure la Russie de ce rendez-vous.

La présidente de la Commission Européenne Ursula von der Leyen avait quant à elle déclaré dimanche être favorable à une participation des Occidentaux au prochain G20, malgré la présence probable du président russe.

16h45

La présidente moldave Maia Sandu en visite en Ukraine

Quatre jours après la décision des dirigeants de l'Union européenne d'accepter l'Ukraine et la Moldavie comme candidats à l'adhésion, la présidente moldave Maia Sandu a visité trois villes où l'Ukraine accuse les forces russes d'avoir commis des atrocités après l'invasion du 24 février.

"Cela ne devrait pas se produire. Il est déchirant de voir ce que nous voyons ici et d'entendre ces histoires", a-t-elle déclaré à Boutcha, en demandant que toute personne reconnue coupable soit punie.

"La Moldavie est un pays fragile et vulnérable", a ajouté Maia Sandu. "L'Ukraine et la Moldavie ont besoin d'aide. Nous voulons que cette guerre s'arrête, que cette agression russe contre l'Ukraine soit stoppée le plus vite possible. Nous voulons continuer à faire partie du monde libre". Elle s'est ensuite entretenue avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

16h35

Les Etats-Unis veulent fournir à l'Ukraine des missiles plus sophistiqués

Les Etats-Unis envisagent de fournir à l'Ukraine un système sophistiqué de missiles sol-air de "moyenne et longue portée", a fait savoir lundi la Maison Blanche. "Nous sommes en train de mettre la dernière main à un nouveau programme d'aide militaire", a précisé le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche Jake Sullivan. Washington devrait aussi rendre public sous peu la livraison aux forces ukrainiennes d'autres équipements, notamment des munitions pour l'artillerie et des radars.

Une source proche du dossier avait auparavant indiqué que les Etats-Unis préparaient l'achat pour l'Ukraine d'un système NASAMS (National Advanced Surface-to-Air Missile System), fabriqué par l'Américain Raytheon et le groupe norvégien Kongsberg.Un lanceur NASAMS [Soldatnytt - CC BY 2.0]Un lanceur NASAMS [Soldatnytt - CC BY 2.0]

Conflit plus statique

Les Etats-Unis ont modifié ces dernières semaines leurs livraisons d'armement à l'Ukraine pour prendre en compte un conflit désormais concentré sur l'est du pays et plus statique, dans lequel l'artillerie joue un rôle prédominant.

Washington a notamment commencé à livrer aux Ukrainiens des systèmes de lance-roquettes mobiles Himars (pour High Mobility Artillery Rocket System), d'une portée de 80 kilomètres.

16h15

Des bombes sur un quartier résidentiel de Sloviansk

Un missile s'est abattu sur une zone résidentielle de la ville de Sloviansk, dans l'est de l'Ukraine. Un homme a été tué et trois autres personnes ont été blessées. Un immeuble a été éventré et d'autres ont été endommagés.

Le maire Vadim Liakh a assuré sur Facebook qu'il n'y avait aucune cible légitime dans la zone et que Moscou était en guerre contre les civils ukrainiens. Il a exhorté ses administrés à évacuer la ville.

Sloviansk fait face à une intensification des bombardements des forces russes, dont les positions se trouvent à quelques kilomètres. Avec l'avancée des troupes de Moscou depuis le nord, la ville a perdu son approvisionnement en eau et en gaz.

16h00

Attaque de hackers pro-russes contre la Lituanie

Le groupe de hackers pro-russe Killnet a revendiqué une attaque DDoS (attaque par déni de service) contre le réseau d'infrastructures lituanien, en représailles aux restrictions en vigueur entre la Russie et l'enclave russe de Kaliningrad.

La Lituanie impose en effet depuis la mi-juin des restrictions sur le transit ferroviaire de certaines marchandises entre le territoire russe et la ville de la mer Baltique, dans le cadre des sanctions imposées par l'Union européenne contre Moscou pour son invasion de l'Ukraine.

Un porte-parole de Killnet a déclaré à Reuters que le groupe était à l'origine de l'attaque et qu'il s'agissait bien de représailles en rapport avec Kaliningrad.

15h35

La Russie dit avoir tué 40 soldats ukrainiens près de Mykolaïv

Les troupes russes ont déclaré avoir tué plus de 40 soldats ukrainiens lors d'attaques dans la région de Mykolaïv, dans le sud-est de l'Ukraine.

Des équipements militaires ont en outre été détruits dimanche à proximité du village de Vyssunsk, a ajouté le ministère russe de la Défense. Ces informations ne peuvent toutefois pas être vérifiées de manière indépendante.

Le Kremlin a également confirmé avoir mené des attaques à la roquette sur la capitale ukrainienne Kiev dimanche, mais a nié avoir touché un immeuble d'habitation. Selon la Russie, l'attaque visait une usine d'armement; l'immeuble d'habitation aurait été touché par des missiles antiaériens tirés par l'Ukraine.

15h00

L'homme le plus riche d'Ukraine poursuit la Russie devant la CEDH

L'homme le plus riche d'Ukraine a déposé plainte contre la Russie devant la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH), afin d'obtenir une compensation pour les pertes commerciales subies depuis l'invasion russe et qui, selon lui, se chiffrent en milliards de dollars.

Rinat Akhmetov, propriétaire de l'aciérie Azovstal, située dans la ville de Marioupol où les combattants ukrainiens ont subi des semaines de bombardements russes, intente un procès à la Russie pour "violations graves de ses droits de propriété", a indiqué sa holding System capital management.

Rinat Akhmetov est le propriétaire de l'aciérie Azovstal, située dans la ville de Marioupol. [Bernd von Jutrczenka - DPA/AFP]Rinat Akhmetov est le propriétaire de l'aciérie Azovstal, située dans la ville de Marioupol. [Bernd von Jutrczenka - DPA/AFP]

Rinat Akhmetov a également demandé une décision de justice "empêchant la Russie de poursuivre le blocage, le pillage, le détournement et la destruction des céréales et de l'acier" produits par ses entreprises.

Jusqu'à 20 milliards de pertes

"Le mal ne peut rester impuni. Les crimes de la Russie à l'encontre de l'Ukraine et de notre peuple sont flagrants, et ceux qui en sont coupables doivent être tenus responsables", a déclaré l'homme d'affaires.

Interrogé sur le procès, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a indiqué que la Russie n'était plus sous la juridiction de la Cour européenne des droits de l'Homme.

Rinat Akhmetov a déclaré le mois dernier que sa société Metinvest, le plus grand fabricant d'acier d'Ukraine, avait subi des pertes de 17 à 20 milliards de dollars en raison du bombardement par la Russie de ses usines d'acier à Marioupol. Le montant final sera déterminé lors d'un procès, avait-il dit.

14h05

Zelensky au G7: "Aujourd'hui n'est pas le moment de la négociation"

Invité à s'exprimer au sommet du G7 par vidéoconférence, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a exhorté les dirigeants mondiaux à redoubler d'efforts pour mettre un terme rapide à la guerre qui ravage son pays et à durcir encore leurs sanctions contre Moscou.

"Le président Zelensky a fait à tous une réponse qui était très claire: aujourd'hui n'est pas le moment de la négociation. L'Ukraine négociera quand il sera en position de le faire c'est-à-dire quand il aura rétabli au fond une position de force", a indiqué la présidence française.

"En attendant, il a besoin de mettre un terme à la guerre aussi vite que possible", a ajouté l'Elysée, en soulignant que le dirigeant ukrainien avait fixé comme échéance l'arrivée de l'hiver.

"Nécessité d'un soutien plein, entier"

Volodymyr Zelensky a insisté sur la "nécessité d'un soutien plein, entier, très opérationnel à l'Ukraine" afin de permettre la "restauration de l'intégrité territoriale" du pays.

Il a notamment demandé plus d'équipements militaires de "telle manière que l'Ukraine puisse contenir l'avancée de la Russie et repousser les Russes au-delà des lignes de février".

Le leader de Kiev a aussi demandé au G7 de renforcer les sanctions contre la Russie "en limitant les prix du pétrole" exporté par Moscou.

13h40

L'Otan élargit son contingent de militaires "à haut niveau de préparation"

Les dirigeants de l'Otan vont décider lors du sommet de Madrid mercredi de transformer leur Force de réaction et de porter "bien au dessus" de 300'000 militaires les troupes à haut niveau de préparation afin de faire face à la menace constituée par la Russie, a annoncé lundi le secrétaire général de l'Alliance.

"Nous allons également améliorer notre capacité à nous renforcer en cas de conflit, grâce à davantage d'équipements prépositionnés, de capacités déployées à l'avant, comme la défense aérienne, et avec des forces pré-affectées à la défense de certains alliés", a ajouté le Norvégien Jens Stoltenberg.

"A Madrid, je pense que les alliés vont dire clairement qu'ils considèrent la Russie comme la menace la plus importante et la plus directe pour notre sécurité", a-t-il poursuivi lors de la présentation des enjeux du sommet. Il l'a décrit comme "un tournant" et un moment où "plusieurs décisions importantes" seront prises.

Le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg, le 27 juin 2022 à Madrid. [Olivier Hoslet - EPA(Keystone]Le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg, le 27 juin 2022 à Madrid. [Olivier Hoslet - EPA(Keystone]

13h30

Quarante-trois Canadiens supplémentaires interdits d'entrée en Russie

La Russie a interdit lundi l'entrée sur son territoire à 43 personnalités canadiennes supplémentaires, en réponse aux sanctions annoncées par Ottawa contre des Russes pour punir Moscou de son offensive en Ukraine.

Cette nouvelle liste, publiée par le ministère russe des Affaires étrangères, inclut notamment Suzanne Cowan, la présidente du Parti libéral canadien du Premier ministre Justin Trudeau, ainsi que Mark Carney, ancien gouverneur de la Banque du Canada et de celle d'Angleterre.

13h25

La France appelle les pays producteurs de pétrole à produire davantage "exceptionnellement"

La France a appelé lundi les pays producteurs de pétrole à augmenter leur production de "manière exceptionnelle" afin de freiner l'envolée des prix à la pompe provoquée par la guerre en Ukraine.

"Nous avons besoin que les pays producteurs produisent davantage de manière exceptionnelle", a déclaré la présidence française en marge du sommet du G7 à Elmau en Allemagne, appelant aussi à "diversifier les sources d'approvisionnement" du côté de l'Iran et du Venezuela.

12h55

Le G7 s'engage à soutenir l'Ukraine "aussi longtemps qu'il le faudra"

Les dirigeants du G7 ont promis lundi "de continuer à fournir un soutien financier, humanitaire, militaire et diplomatique" à l'Ukraine "aussi longtemps qu'il le faudra", dans une déclaration commune publiée lors de leur sommet dans le sud de l'Allemagne.

Ils ont aussi exprimé leur "vive inquiétude" après l'annonce par la Russie qu'elle pourrait transférer des missiles à capacité nucléaire en Biélorussie.

Le G7 s'engage à soutenir l'Ukraine "aussi longtemps qu'il le faudra". [THOMAS LOHNES - KEYSTONE]Le G7 s'engage à soutenir l'Ukraine "aussi longtemps qu'il le faudra". [THOMAS LOHNES - KEYSTONE]

Le G7 a également appelé la Russie à permettre les exportations de céréales depuis l'Ukraine pour éviter d'exacerber la crise alimentaire mondiale.

Les dirigeants ont demandé "de toute urgence" à Moscou de "cesser, sans condition, ses attaques contre les infrastructures agricoles et de transport et de permettre le libre passage des marchandises agricoles depuis les ports ukrainiens de la mer Noire".

12h45

Les pays de l'UE valident leurs objectifs de remplissage des stocks de gaz

Réunis au Luxembourg, les ministres européens de l'Energie ont donné, comme prévu, leur feu vert formel au règlement prévoyant que les 18 Etats membres qui en disposent remplissent leurs réserves souterraines de gaz à "au moins 80%" de leur capacité d'ici novembre.

L'objectif du texte, fruit d'un accord à la mi-mai entre Etats et eurodéputés, est de renforcer la sécurité énergétique du continent en réduisant sa dépendance aux hydrocarbures russes, dans le contexte de la guerre en Ukraine.

Le plan, préparé fin mars par Bruxelles, prévoit des objectifs intermédiaires contraignants pour chaque Etat. Ceux-ci n'ont pas été révisés malgré la récente décision de Moscou de sabrer drastiquement ses livraisons de gaz, au point que l'Allemagne, à l'unisson d'autres Etats, sonne désormais l'alarme contre un risque de pénurie.

L'UE a accusé de la Russie de "chantage" après ces réductions de livraisons ou leur arrêt touchant une dizaine de pays membres.

12h35

Le G7 va "continuer à accroître la pression" sur la Russie, affirme Olaf Scholz

Le G7 va "continuer à accroître la pression" sur le président russe Vladimir Poutine, a assuré le chancelier allemand Olaf Scholz dans un tweet à l'adresse du président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui s'est exprimé lundi par visioconférence devant les dirigeants des sept puissances.

"En tant que G7, nous sommes unis aux côtés de l'Ukraine et nous continuerons à la soutenir. Pour cela, nous devons tous prendre des décisions difficiles, mais nécessaires. (...)", a écrit le chancelier, hôte du sommet qui se déroule dans le sud de l'Allemagne jusqu'à mardi.

12h15

"Aucune raison" d'évoquer un défaut de paiement russe, dit le Kremlin

Le Kremlin a assuré lundi qu'il n'y avait "aucune raison" d'évoquer un défaut de paiement de la Russie, annoncé par certains médias car des détenteurs d'obligations russes n'ont pas touché leurs intérêts avant la date limite de dimanche.

La Russie avait indiqué le 20 mai avoir payé des intérêts sur deux dettes à hauteur de 71,25 millions de dollars et 26,5 millions d'euros, soit sept jours avant la date prévue afin d'éviter que ces versements ne soient bloqués sous l'effet de sanctions à partir du 25 mai.

"Effondrement artificiel et délibéré"

Si les créanciers ne touchaient pas ces sommes avant le 26 juin, alors la Russie se retrouverait en situation de défaut. "Il ne s'agit pas d'un défaut de notre pays, mais de l'effondrement artificiel et délibéré du système international de règlements", a dénoncé auprès de l'agence Ria Novosti le vice-président de la chambre haute du Parlement.

Il a mis en garde contre toute tentative de l'Occident de s'approprier, sous prétexte d'un défaut, des réserves financières russes gelées à l'étranger dans le cadre des sanctions occidentales frappant Moscou en raison du conflit ukrainien. Elles sont "gelées de manière illégitime et toute tentative de les utiliser sera également illégitime, ce sera pratiquement du vol", a-t-il souligné.

12h00

Zelensky exhorte le G7 à "faire le maximum" pour mettre fin à la guerre d'ici fin 2022

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a exhorté lundi les dirigeants du G7, réunis en sommet, "à faire le maximum" pour mettre un terme à la guerre qui ravage son pays avant la fin de l'année, ont indiqué des sources au sein du G7.

Le dirigeant, intervenu en visioconférence au château d'Elmau où sont réunis les dirigeants du G7, a également appelé à "intensifier les sanctions" contre Moscou.

Au cours de son allocution, le président ukrainien "a évoqué la rudesse de l'hiver" en Ukraine "où il est plus difficile de se battre". "A la fin de l'année, on entrera dans une situation où les positions seront gelées", ont rapporté les sources.

11h50

Vladimir Poutine au Tadjikistan mardi, premier voyage depuis le début de la guerre

Le président russe Vladimir Poutine va effectuer mardi au Tadjikistan, pays ex-soviétique et allié d'Asie centrale, son tout premier déplacement depuis l'offensive lancée fin février contre l'Ukraine, a annoncé lundi le Kremlin.

"Une visite de travail du président Poutine est prévue demain au Tadjikistan", a indiqué le porte-parole de la présidence russe, alors que le maître du Kremlin est également attendu mercredi au Turkménistan à un sommet des pays riverains de la mer Caspienne.

Le dernier voyage à l'étranger de Vladimir Poutine remonte au 4 et 5 février lorsqu'il s'est rendu en Chine pour une rencontre avec son homologue Xi Jinping à l'occasion de l'ouverture des Jeux olympiques d'hiver.

11h20

La guerre aura un effet durable sur la politique suisse de sécurité

"Nous sommes les témoins d'un changement d'époque qui ébranle et modifie", écrit la conseillère fédérale en charge de la défense Viola Amherd en préambule du rapport annuel du SRC. Le conflit impose à l'Europe et à la Suisse de repenser la politique de sécurité. Isolée, affaiblie militairement et économiquement, la Russie sera un acteur difficile et dangereux des années durant.

La Finlande et la Suède ont demandé leur adhésion à l'Otan et les Etats européens s'apprêtent à augmenter massivement leurs dépenses en matière de défense. Le budget de l'armée suisse suivra aussi cette tendance.

>> En lire plus: La guerre en Ukraine au centre du rapport du Service de renseignement

La guerre en Ukraine met en péril la sécurité alimentaire à l'échelle mondiale, a rappelé l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture. Une pénurie peut menacer l'existence, mais aussi entraîner l'instabilité de certains gouvernements.

Hausse de la cybercriminalité

La Suisse doit donc se préoccuper de la sécurité de l'approvisionnement, tout en gérant aussi les mouvements de réfugiés, les activités d'influence et les cyberattaques. Le conflit a également des conséquences économiques.

La guerre en Ukraine entraîne aussi une hausse des activités d'espionnage et de cybercriminalité. Plusieurs Etats européens ont expulsé des officiers du renseignement russes. Moscou pourrait déployer ses effectifs dans des Etats qui n'ont pas procédé à des expulsions comme la Suisse et particulièrement la Genève internationale.

>> Relire:Cyberattaques attendues en Suisse après les sanctions contre la Russie

10h45

Ursula von der Leyen favorable à une participation des Occidentaux au G20, même avec Poutine

La présidente de la Commission européenne est favorable à une participation des Occidentaux au prochain sommet du G20 en novembre en Indonésie, malgré la présence probable de la Russie et la poursuite de la guerre en Ukraine.

"Je pense qu'il vaut mieux lui (Vladimir Poutine, n.d.l.r.) dire en face, s'il vient, ce que nous pensons, et qu'il prenne position", a déclaré Ursula von der Leyen à la chaîne de télévision allemande ZDF dimanche soir. Elle était interrogée sur l'idée d'un boycott par les pays occidentaux du G20 et s'exprimait en marge du G7 qui a lieu actuellement en Allemagne.

"Le G20 est trop important pour les pays en développement, les pays émergents, pour que nous laissions Poutine le détruire", a-t-elle ajouté. "Une chose est très claire, il n'y aura pas de business 'as usual', c'est-à-dire de normalité", dans la relation avec Vladimir Poutine, a martelé la dirigeante européenne.

10h15

Le G7 va resserrer encore l'étau sur la Russie, selon la Maison Blanche

Les pays du G7 réunis en sommet en Allemagne vont resserrer encore l'étau économique contre la Russie, en particulier en développant un "mécanisme pour plafonner au niveau mondial le prix du pétrole russe", a dit lundi un haut responsable de la Maison Blanche.

Ils vont par ailleurs de concert "continuer à restreindre l'accès de la Russie à des ressources industrielles cruciales", en particulier dans le secteur de la défense, que Washington va d'ores et déjà "cibler de manière agressive" via des sanctions contre de grandes entreprises publiques russes, selon la même source.

Enfin, le G7 va "se coordonner pour utiliser les taxes douanières sur les produits russes afin d'aider l'Ukraine", a indiqué ce haut responsable, qui n'a pas voulu être identifié, rappelant que les grands pays industrialisés s'étaient entendus pour taxer plus lourdement les exportations de la Russie.

Les chefs d'Etat et de gouvernement du G7 sont réunis dans les Alpes bavaroises, dans le sud de l'Allemagne. [LUKAS BARTH - KEYSTONE]Les chefs d'Etat et de gouvernement du G7 sont réunis dans les Alpes bavaroises, dans le sud de l'Allemagne. [LUKAS BARTH - KEYSTONE]

10h00

Est-il trop tôt pour parler de la reconstruction de l'Ukraine?

Après la guerre, il faudra reconstruire l'Ukraine: ce sera le thème de la conférence internationale de Lugano les 4 et 5 juillet, sous le patronage du président de la Confédération Ignazio Cassis.

>> Lire aussi: Ignazio Cassis: "C'est le bon moment pour parler de la reconstruction de l'Ukraine"

Ce sommet devrait être l'un des grands rendez-vous diplomatiques de l'été. Plusieurs chefs d'Etat et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen devraient d’ailleurs y participer, même si les confirmations tomberont au dernier moment.

Peut-on chiffrer la reconstruction alors que la guerre fait encore rage, et que l'on ne sait pas si l'est de l'Ukraine va être durablement occupé?

>> Les explications dans Tout un monde:

Un immeuble d'habitation bombardé par l'armée russe près de Kiev. [Romain Pilipey - Keystone - EPA]Romain Pilipey - Keystone - EPA
Comment envisager la reconstruction de l'Ukraine? / Tout un monde / 6 min. / le 27 juin 2022

09h00

Première frappe depuis des semaines à Kiev et discussions au G7: le point de situation lundi matin

Des missiles russes ont touché dimanche un complexe résidentiel proche du centre de Kiev, faisant un mort et plusieurs blessés selon les autorités.

Sur le plan diplomatique, le président ukrainien Volodymyr Zelensky devrait réclamer lundi plus d'armes pour son pays en guerre et un nouveau renforcement des sanctions occidentales contre Moscou aux dirigeants du G7 unis face à la Russie, lors de leur sommet annuel en Allemagne.

Soucieux d'envoyer un signal fort de soutien à Kiev, le président américain Joe Biden et le Premier ministre britannique Boris Johnson ont annoncé un embargo sur les importations d'or russe, avant même que la décision ne soit formalisée par l'ensemble du G7.

>> Le point de situation dans Tout un monde:

Des missiles en provenance de Biélorussie ont frappé la région frontalière de Tcherniguiv. [Natacha Pisarenko - Keystone]Natacha Pisarenko - Keystone
Ukraine: journal de guerre / Tout un monde / 3 min. / le 27 juin 2022

08h45

"Le gros avantage de l'or, c'est qu'il n'appartient à aucun pays"

Au premier jour de leurs échanges, dimanche, dans les Alpes bavaroises, les membres du G7 (Allemagne, France, Etats-Unis, Canada, Japon, Italie, Grande-Bretagne) ont annoncé élargir les sanctions contre Moscou, en décrétant un embargo sur l'or nouvellement extrait en Russie.

"Les exportations russes représentent environ 15 milliards de dollars par année. Les exportations d'énergie fossile sont d'un milliard par jour. Au bout de 100 jours de guerre, l'Occident a déjà envoyé 100 milliards de dollars à la Russie. Ce n'est donc pas très significatif", explique Fabrizio Quirighetti, responsable des investissements chez Décalia, dans La Matinale de la RTS.

Selon lui, la Russie avait trouvé un moyen de contourner les sanctions occidentales, en utilisant l'or pour faire tourner son économie au lieu des devises étrangères. "Le gros avantage de l'or, c'est qu'il n'appartient à aucun pays."

La décision du G7 sur l'or risque de "faire mal" à la Russie en pénalisant ses échanges commerciaux, estime Fabrizio Quirighetti.

>> L'interview de Fabrizio Quirighetti dans La Matinale:

Interview de Fabrizio Quirighetti, responsable des investissements chez Decalia [RTS]RTS
Embargo sur le pétrole russe: interview de Fabrizio Quirighetti, responsable des investissements chez Décalia / La Matinale / 1 min. / le 27 juin 2022

>> Ecouter aussi les explications dans le 12h30:

Le salut de Boris Johnson à Joe Biden en ouverture de la COP26 à Glasgow. [Christopher Furlong/Pool via AP - Keystone]Christopher Furlong/Pool via AP - Keystone
Joe Biden et Boris Johnson annoncent un embargo sur l'or russe / Le 12h30 / 2 min. / le 27 juin 2022

08h30

La guerre pourrait favoriser la production de drogues

"Les informations du Moyen-Orient et de l'Asie du Sud-Est tendent à indiquer que les situations de conflit peuvent agir comme un aimant pour la fabrication de drogues synthétiques, qui peuvent de fait être produites n'importe où", souligne l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (UNODC) dans son rapport annuel.

"Cet effet peut être encore plus important quand la zone de conflit se trouve près de vastes marchés de consommateurs", ajoute-t-il.

>> En lire plus: La guerre en Ukraine pourrait favoriser la production de drogues, alerte l'ONU

Avant l'invasion russe, l'Ukraine disposait d'un nombre croissant de laboratoires d'amphétamines, précise l'experte Angela Me. Près de 80 avaient été démantelés en 2020, contre 17 en 2019.

Cette capacité de production "pourrait s'étendre si le conflit persistait". "La police n'est plus là pour stopper l'activité des laboratoires", explique-t-elle. La guerre peut aussi "perturber les itinéraires de trafic", note le rapport, citant un possible déclin en Ukraine depuis début 2022.

>> Les explications dans La Matinale:

La guerre en Ukraine pourrait favoriser la production de drogue. [Ilya Pitalev - AFP]Ilya Pitalev - AFP
La guerre en Ukraine pourrait favoriser la production de drogues / La Matinale / 56 sec. / le 27 juin 2022

08h15

La population d'Irpin est relogée dans des trains

En Ukraine, près de trois mois après la libération de la ville d'Irpin, au nord-ouest de Kiev, des dizaines de familles sont toujours privées de logements.

Pour leur venir en aide, les autorités ukrainiennes proposent depuis le 15 juin un hébergement dans des wagons de train composés de couchettes, de douches, d'un restaurant ou encore d'une bibliothèque. Le tout climatisé et connecté à internet.

>> Le reportage de La Matinale:

La population d'Irpin est relogée dans des trains. [OLEG PETRASYUK - KEYSTONE]OLEG PETRASYUK - KEYSTONE
La population d'Irpin est relogée dans des trains / La Matinale / 1 min. / le 27 juin 2022

08h00

"C'est très difficile", témoigne un soldat ukrainien

Après le retrait des forces ukrainiennes, les soldats russes ont pu prendre le contrôle de l'ensemble de la ville de Severodonetsk, dans le Donbass.

Mais cette bataille a été particulièrement coûteuse en vies humaines pour les troupes ukrainiennes qui ont déploré entre 100 et 200 tués chaque jour.

"C'est très difficile. On a dû se retirer vers une position plus favorable pour sauver le plus grand nombre de nos soldats, reconnaît l'un d'entre eux dans La Matinale de la RTS.

>> Les témoignages de soldats blessés dans le Donbass et en convalescence dans un hôpital de la capitale:

"C'est très difficile", témoigne un soldat ukrainien. [OLEKSANDR RATUSHNIAK - KEYSTONE]OLEKSANDR RATUSHNIAK - KEYSTONE
Rencontre avec des soldats ukrainiens blessés à Severodonetsk / La Matinale / 1 min. / le 27 juin 2022

07h45

La région de Bruxelles met en place une cellule psychologique pour les familles d'accueil

En Belgique, la région de Bruxelles a mis en place ce week-end une cellule psychologique pour aider les familles d'accueil des réfugiés ukrainiens. Avec le temps, la cohabitation peut devenir difficile et avec l'approche des vacances, certains sont embarrassés, car ils pensaient que l'accueil durerait moins longtemps.

Depuis quatre mois, plus de 7000 réfugiés ukrainiens sont accueillis par des citoyens à Bruxelles.

>> Le reportage, en Belgique, dans La Matinale:

La région de Bruxelles met en place une cellule psychologique pour la famille d'accueil. [STEPHANIE LECOCQ - KEYSTONE]STEPHANIE LECOCQ - KEYSTONE
La région de Bruxelles met en place une cellule psychologique pour la famille d'accueil / La Matinale / 1 min. / le 27 juin 2022

07h30

Karin Keller-Sutter n'est pas inquiète pour l'intégration des réfugiés ukrainiens

En Suisse, de nombreuses familles peinent à gérer l'accueil des réfugiés ukrainiens. Ces prochains mois, 10% des personnes logées chez des privés pourraient se retrouver à la porte, estime le Secrétariat d'Etat aux migrations. Des voix critiques estiment que les autorités suisses se sont trop reposées sur l'élan de générosité de la population.

"Dès le premier jour, j'ai dit qu'il y avait toujours un danger qu'il y ait un déclin de la solidarité." Au micro de La Matinale de la RTS lundi, la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter, à la tête du Département fédéral de justice et police, estime que la situation "n'était pas contrôlable" au début.

>> Lire aussi: Politique migratoire: "Il ne faut pas tout fermer, ni tout ouvrir" selon Damien Cottier

"Car beaucoup d'Ukrainiens sont venus ici, parce qu'ils avaient de la famille ou des amis en Suisse. Ils sont allés chez eux, parce qu'ils peuvent travailler sans visas et sans devoir s'annoncer aux autorités." Et d'ajouter: "Il faut aussi expliquer qu'il y avait déjà pas mal d'Ukrainiens en Suisse lors de l'éclatement de la guerre, et même avant."

Karin Keller-Sutter n'est pas préoccupée par l'intégration des réfugiés ukrainiens. Elle s'inquiète davantage pour la situation économique en Europe, décrivant une inflation "énorme", un coût de la vie qui "augmente", une "grande migration" en dehors de celle des Ukrainiens,  un "renchérissement des prix de l'énergie" et "peut-être des problèmes d'approvisionnement".

>> L'interview intégrale de Karin Keller-Sutter dans La Matinale:

Karin Keller-Sutter n'est pas inquiète pour l'intégration des réfugiés ukrainiens. [ANTHONY ANEX - KEYSTONE]ANTHONY ANEX - KEYSTONE
Ces prochains mois,10% des Ukrainiens logés chez des privés pourraient se retrouver à la porte. / La Matinale / 1 min. / le 27 juin 2022

00h00

Le déroulé du week-end