Modifié

L'Union européenne accorde à l'Ukraine et à la Moldavie le statut de candidat

Les Vingt-Sept ont approuvé les candidatures de l'Ukraine et de la Moldavie à l'Union européenne. [Olivier Hoslet - EPA/Keystone]
L'Union européenne accorde à l'Ukraine et à la Moldavie le statut de candidat / Le Journal de 22h30 / 2 min. / le 23 juin 2022
L'Ukraine et la Moldavie sont désormais considérées comme des pays candidats à l'adhésion à l'Union européenne, a annoncé jeudi le président du Conseil européen, Charles Michel.

"Le Conseil européen vient de décider d'accorder le statut de candidat à l'Ukraine et à la Moldavie", a-t-il dit sur Twitter, avant d'évoquer un moment "historique".

Cette décision très attendue par Kiev, prise lors d'un sommet des chefs d'Etat et de gouvernement des pays de l'UE à Bruxelles, marque le début d'un processus long et complexe en vue d'une adhésion.

"C'est un moment unique et historique dans les relations Ukraine-UE", s'est félicité le président ukrainien Volodymyr Zelensky sur Twitter, affirmant que, selon lui, "l'avenir de l'Ukraine se trouve au sein de l'UE".

La présidente moldave Maya Sandu a de son côté salué un signal "fort et sans équivoque" de soutien à son peuple, assurant que son pays avancerait sur la voie des réformes.

La Géorgie, qui aspire également à rejoindre l'UE, devra encore faire des réformes pour obtenir ce statut. Les Vingt-Sept lui ont néanmoins reconnu la "perspective" de rejoindre un jour l'Union.

"L'avenir de la Géorgie est au sein de l'UE", a affirmé Charles Michel.

La Commission européenne, par la voix de sa présidente Ursula von der Leyen, avait recommandé il y a quelques jours aux Etats membres d'accorder à l'Ukraine le statut de candidat à l'Union européenne, émettant la même recommandation pour la Moldavie.

Temps record

Jamais un avis n'aura été rendu en si peu de temps sur une demande de candidature, une urgence due à la guerre menée par la Russie depuis plus de trois mois et qui s'inscrit dans le soutien apporté par les Européens à l'Ukraine face à Moscou.

Ainsi, le président français Emmanuel Macron a estimé que le le statut de candidat à l'Union européenne accordé à l'Ukraine et la Moldavie est un "signal très fort vis-à-vis de la Russie", lors d'une conférence de presse à Bruxelles.

Paris, Berlin et Rome s'étaient prononcés pour l'octroi "immédiat" à l'Ukraine de ce statut officiel de candidat, jeudi lors d'une visite à Kiev du président français Emmanuel Macron, du chancelier allemand Olaf Scholz et du chef du gouvernement italien Mario Draghi, rejoints par le président roumain Klaus Iohannis.

L'Ukraine, la Moldavie et la Géorgie avaient déposé leur candidature peu après le déclenchement fin février de la guerre menée par Moscou en Ukraine.

Premier bilan fin 2022

Plusieurs représentants des Etats membres ont néanmoins averti que les Ukrainiens ne devaient "pas se faire d'illusions" sur une adhésion rapide. Emmanuel Macron avait estimé en mai qu'une adhésion de Kiev prendrait "des décennies".

La Commission doit faire un premier bilan à la fin de l'année sur les réformes demandées aux deux pays, qui concernent notamment la lutte contre la corruption et l'indépendance de la justice.

La prochaine étape, l'ouverture de négociations officielles, nécessitera à nouveau l'unanimité des Vingt-Sept.

Ces négociations ne sont toujours pas ouvertes pour la Macédoine du Nord et l'Albanie, candidates respectivement depuis 2005 et 2014. Les pays des Balkans occidentaux ont d'ailleurs exprimé jeudi leur frustration sur la lenteur de leur processus d'adhésion.

agences/kkub

Publié Modifié