Bannière Ukraine 17 juin [Keystone]
Publié Modifié

"Aucune ville" de la région de Donetsk n'est "sûre" pour sa population

- "Aucune ville" de la région de Donetsk, dans l'est de l'Ukraine, n'est "sûre" pour sa population, les combats entre armées ukrainienne et russe étant trop violents, a déclaré le gouverneur régional.

- L'Ukraine et la Moldavie sont désormais considérées comme des pays candidats à l'adhésion à l'Union européenne, a annoncé jeudi le président du Conseil européen, Charles Michel.

- Deux terminaux de stockage de grains ont été touchés par des bombardements russes mercredi dans la ville portuaire de Mykolaïv, en Ukraine, ont indiqué leurs opérateurs, les maisons de négoce Bunge et Viterra.

- Le gouverneur de la région de Lougansk a reconnu que "les Russes s'approchent de Lyssytchansk, prennent pied dans les villes voisines et bombardent la ville avec leurs avions". Selon lui, "l'armée russe pilonne (aussi) Lyssytchansk avec son artillerie et ses tanks" et, si les Ukrainiens contrôlent encore la ville, le déluge de feu russe y "détruit tout".

- Côté russe, les autorités ont indiqué que deux drones avaient attaqué et provoqué un incendie dans la raffinerie de pétrole Novochakhtinski, située en territoire russe, à quelques kilomètres de la frontière avec la région de Lougansk.

Suivi assuré par RTSinfo

00h00

La suite des évènements

23h30

Un conseiller de Viktor Orban ne veut pas d'autres sanctions européennes

L'Union européenne devrait cesser d'empiler les sanctions contre la Russie et plaider en faveur d'un cessez-le-feu et pour des négociations, a déclaré jeudi un conseiller du Premier ministre hongrois, Viktor Orban.

S'exprimant en marge d'un sommet européen au cours duquel les Vingt-Sept ont officiellement accordé le statut de candidat à l'entrée dans l'Union à l'Ukraine et à la Moldavie, Balazs Orban a dit penser que de nouvelles sanctions pénaliseraient le bloc européen davantage que la Russie.

"En fin de compte, l'Europe sera dans le camp des perdants de cette guerre en raison des difficultés économiques", a ajouté Balazs Orban, qui n'a aucun lien de parenté avec le chef du gouvernement.

Très dépendante des importations d'hydrocarbures russes, la Hongrie freine autant qu'elle peut les initiatives qu'elle juge hostiles à Moscou, d'autant que la Russie construit un réacteur nucléaire sur le sol hongrois.

22h45

Une nouvelle aide militaire des Etats-Unis de 450 millions de dollars

Les Etats-Unis vont fournir à l'Ukraine pour 450 millions de dollars (430 millions de francs) supplémentaires d'aide militaire, a annoncé jeudi John Kirby, qui coordonne la communication de la Maison Blanche sur les questions stratégiques.

Cela porte à "environ 6,1 milliards" le montant total d'aide militaire fourni par Washington à Kiev depuis l'invasion du pays par la Russie, a-t-il déclaré à propos de ce nouveau volet d'assistance qui comprendra en particulier une livraison supplémentaire de lance-roquettes perfectionnés.

22h30

"C'est le point de départ d'une nouvelle histoire pour l'Europe", a dit Volodymyr Zelensky

Accorder à l'Ukraine le statut de candidat à l'adhésion à l'Union européenne, "c'est le point de départ d'une nouvelle histoire pour l'Europe", a affirmé jeudi le président ukrainien Volodymyr Zelensky aux Vingt-Sept, réunis lors d'un sommet européen à Bruxelles.

"Aujourd'hui, vous avez pris l'une des décisions les plus importantes pour l'Ukraine depuis son indépendance il y a trente ans (en 1991, n.d,l.r.)." Et d'ajouter: "C'est le plus grand pas vers le renforcement (politique) de l'Europe."

20h30

L'Union européenne accorde à l'Ukraine et à la Moldavie le statut de candidat

L'Ukraine et la Moldavie sont désormais considérées comme des pays candidats à l'adhésion à l'Union européenne, a annoncé jeudi le président du Conseil européen, Charles Michel.

"Le Conseil européen vient de décider d'accorder le statut de candidat à l'Ukraine et à la Moldavie", a-t-il dit sur Twitter, avant d'évoquer un moment "historique".

Sur Twitter également, le président ukrainien, Volodimir Zelensky, a salué l'annonce du dirigeant européen et a remercié "les dirigeants européens pour leur soutien". "L'avenir de l'Ukraine et dans l'Union européenne."

>> Lire aussi: L'Union européenne accorde à l'Ukraine et à la Moldavie le statut de candidat

>> Les explications au 19h30:

L’Union européenne ouvre officiellement la porte à l’Ukraine en accordant à Kiev le statut officiel de candidat. [RTS]
L’Union européenne ouvre officiellement la porte à l’Ukraine en accordant à Kiev le statut officiel de candidat. / 19h30 / 1 min. / le 23 juin 2022

19h50

"Aucune ville" de la région de Donetsk "sûre" pour ses habitants

"Aucune ville" de la région de Donetsk, dans l'est de l'Ukraine, n'est "sûre" pour ses habitants, les combats entre armées ukrainienne et russe étant trop violents, a déclaré dans un entretien à l'AFP le gouverneur régional.

Selon lui, il est "extrêmement dangereux pour les habitants de rester", alors que la pression russe sur les forces ukrainiennes s'accentue autour des villes de Lyssytchansk et Severodonetsk.

19h00

La Berd prête 300 millions d'euros à la Moldavie pour ses achats de gaz

La Banque européenne de reconstruction et développement (Berd) va prêter 300 millions d'euros à la Moldavie pour "renforcer sa sécurité énergétique grâce à des acquisitions stratégiques de gaz pour compléter celles actuellement fournies par la Russie via l'Ukraine", selon un communiqué.

Le prêt est destiné au groupe énergétique public JSC Energocom afin que ce dernier "puisse s'approvisionner en gaz sur les hubs de l'Union européenne", a précisé la Berd.

Il financera jusqu'à un cinquième des importations de gaz du pays cette année, qui proviennent actuellement du géant russe Gazprom en vertu d'un contrat arrivant à expiration en 2026.

18h55

L'Ukraine "attend le feu vert" de l'UE

L'Ukraine "attend le feu vert" des Vingt-Sept, réunis jeudi et vendredi à Bruxelles, pour valider son statut de candidat à l'Union européenne, a indiqué le chef de l'administration présidentielle ukrainienne Andriï Yermak, rappelant que "l'objectif clair est l'adhésion à part entière à l'UE", une procédure qui pourrait toutefois prendre des années.

"Le sommet historique de l'UE commence aujourd'hui", s'est enthousiasmé sur Telegram Andriï Yermak, assurant que, selon lui, "l'Ukraine a mérité le statut de candidat" pour adhérer à l'Union européenne.

"Nous sommes prêts à commencer à mettre en oeuvre le plan de la Commission européenne pour entamer des discussions à ce sujet", a-t-il ajouté.

Le sommet organisé à Bruxelles va être "un moment historique" pour l'Union européenne avec la décision d'accorder le statut de candidat à l'adhésion à l'Ukraine, mais aussi à la Moldavie, a affirmé dans la matinée le président du Conseil européen Charles Michel.

>> Les explications dans Forum:

Les dirigeants européens donnent un signal fort pour l'adhésion de l'Ukraine à l'UE [RTS]
Les dirigeants européens donnent un signal fort pour l'adhésion de l'Ukraine à l'UE / Forum / 3 min. / le 23 juin 2022

>> Voir aussi l'interview de Christine Verger, vice-présidente de l'institut de recherche européen Jacques-Delors, dans Forum:

Ukraine et Union européenne: interview de Christine Verger [RTS]
Ukraine et Union européenne: interview de Christine Verger / Forum / 5 min. / le 23 juin 2022

18h50

Ignazio Cassis: "C'est le bon moment pour parler de la reconstruction de l'Ukraine"

Les 4 et 5 juillet, 40 Etats et 18 organisations internationales sont attendus à la réunion de Lugano prévue en lieu et place de la 5e Conférence sur les réformes en Ukraine (URC2022) agendée avant l’attaque militaire russe. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, sera notamment présente.

"Le gouvernement ukrainien estime non seulement que c'est le bon moment, mais aussi qu'il n'est jamais assez tôt pour commencer à parler de reconstruction. Nous sommes totalement d'accord", indique le président de la Confédération jeudi dans l'émission de la RTS Forum.

>> En lire plus: Ignazio Cassis: "C'est le bon moment pour parler de la reconstruction de l'Ukraine"

"En parlant avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky au mois d'avril, nous étions d'accord pour dire qu'il fallait penser au prochain chapitre. Et cela indépendamment de la situation sur place. Ainsi, le jour où le feu cesse, il y a un plan et on sait ce qui doit être entrepris. De plus, le fait d'avoir un plan de reconstruction motive énormément les citoyens à s'engager pour terminer la guerre le plus tôt possible", relève Ignazio Cassis.

>> L'interview complète d'Ignazio Cassis dans Forum:

Conférence de Lugano sur la reconstruction de l'Ukraine, des objectifs trop flous? Interview d'Ignazio Cassis [RTS]
Conférence de Lugano sur la reconstruction de l'Ukraine, des objectifs trop flous? Interview d'Ignazio Cassis / Forum / 7 min. / le 23 juin 2022

>> Voir aussi le sujet du 19h30:

Alors que le conflit se poursuit en Ukraine, Lugano s'apprête à accueillir un sommet consacré à la reconstruction du pays [RTS]
Alors que le conflit se poursuit en Ukraine, Lugano s'apprête à accueillir un sommet consacré à la reconstruction du pays / 19h30 / 2 min. / le 23 juin 2022

18h15

La Norvège s'engage à augmenter ses livraisons de gaz à l'UE

Dans une déclaration commune, l'Union européenne (UE) et la Norvège, qui fournit déjà un quart de la consommation de gaz des Vingt-Sept, s'accordent à "renforcer leur étroite coopération dans l'énergie", notamment pour garantir des approvisionnements supplémentaires de gaz à court et long terme.

"Nous avons commencé à gonfler nos exportations, certaines entreprises changeant leurs plans" pour rediriger des livraisons vers l'UE, et "à long terme, cela dépendra d'investissements pour développer de nouveaux gisements", a expliqué le ministre norvégien de l'Energie, en visite à Bruxelles.

"La Norvège fera ce qu'elle peut pour soutenir l'UE face à notre manque de gaz... et pour qu'on en ait suffisamment pour affronter l'hiver prochain. Son engagement est très clair", a réagi à son côté le vice-président de la Commission européenne.

16h35

Les organisateurs de l'Eurovision comprennent la "déception" de l'Ukraine

Les organisateurs du concours de l'Eurovision ont indiqué jeudi comprendre la "déception" de l'Ukraine, à qui ils ont retiré l'accueil de la prochaine édition pour des raisons de sécurité après l'invasion russe.

Après l'annonce le 17 juin, l'Ukraine avait fait part de son vif mécontentement, et réclamé "des négociations supplémentaires". Mais l'Union Européenne de Radio-Télévision (UER) a confirmé et justifié son choix jeudi.

L'UER n'a pas encore décidé quel sera le pays qui organisera le concours, mais le 17 juin elle a indiqué examiner la possibilité qu'il se tienne en Grande-Bretagne, deuxième au classement.

Le Kalush Orchestra d'Ukraine, dont la chanson "Stefania" mêle hip-hop et musique traditionnelle, avait remporté le 15 mai le concours en Italie, devant le Royaume-Uni et l'Espagne, grâce au vote des téléspectateurs qui ont plébiscité le groupe représentant le pays envahi fin février par les troupes russes.

15h40

Les candidats des Balkans amers face au zèle de l'UE pour l'Ukraine

Certains dirigeants des pays des Balkans occidentaux n'ont pas caché leur amertume jeudi à l'annonce attendue de l'octroi de ce statut à l'Ukraine et à la Moldavie.

Les procédures peuvent en effet prendre plusieurs années. La Macédoine du Nord est candidate depuis 2005, le Monténégro depuis 2010, la Serbie depuis 2012 et l'Albanie depuis 2014.

Le Premier ministre albanais Edi Rama a conseillé aux Ukrainiens de ne "pas se faire d'illusions" car le processus pour l'adhésion sera très long. Quant au président serbe Aleksandar Vucic, venu à Bruxelles en traînant les pieds, il a déclaré ne "rien" attendre de ce sommet.

>> Ecouter la déclaration du Premier ministre albanais:

L'adhésion à l'Union européenne, une procédure de longue haleine [RTS]
L'adhésion à l'Union européenne, une procédure de longue haleine / L'actu en vidéo / 1 min. / le 23 juin 2022

15h25

Kiev annonce l'arrivée des lance-roquettes américains Himars en Ukraine

Le ministre de la Défense ukrainien a annoncé jeudi l'arrivée des lance-roquettes américains Himars en Ukraine, des armes puissantes réclamées aux alliés pour faire face à l'invasion russe.

"Les Himars sont arrivés en Ukraine. Merci à mon collègue et ami Lloyd Austin (son homologue américain, n.d.l.r.) pour ces outils puissants", s'est-il réjoui sur Twitter, accompagnant son message d'une photo de ce système de lance-roquettes mobile monté sur des blindés légers.

"L'été sera chaud pour les occupants russes. Et le dernier pour certains d'entre eux", a-t-il menacé, sans préciser combien de Himars avaient été livrés par les Américains.

Les Etats-Unis avaient annoncé début juin qu'ils allaient fournir à l'Ukraine des systèmes Himars - pour High Mobility Artillery Rocket System - d'une portée de 80 kilomètres.

15h15

Vladimir Poutine appelle à la coopération face à l'égoïsme occidental

Le président russe Vladimir Poutine a appelé jeudi les Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) à coopérer face aux "actions égoïstes" des pays occidentaux, sur fond de sanctions sans précédent contre Moscou en raison du conflit ukrainien.

Il a dénoncé les tentatives de ces pays occidentaux de "se servir des mécanismes financiers pour rendre le monde entier responsable de leurs propres erreurs de politique macroéconomique".

Le président de la Russie Vladimir Poutine lors du sommet virtuel des Brics, le 22 juin 2022. [YIN GANG - XINHUA VIA AFP]Le président de la Russie Vladimir Poutine lors du sommet virtuel des Brics, le 22 juin 2022. [YIN GANG - XINHUA VIA AFP]

"Un rôle de meneur de la part des pays des Brics est aujourd'hui nécessaire comme jamais pour élaborer une politique unificatrice, positive, visant à créer un système (mondial) réellement multipolaire", a assuré le président russe.

Selon lui, les Brics pourraient compter ici sur le soutien de "plusieurs pays d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine qui aspirent à mener une politique indépendante".

14h55

Nike quitte définitivement le marché russe et ne rouvrira pas ses magasins

L'équipementier sportif américain Nike a annoncé jeudi quitter définitivement le marché russe et ne pas avoir l'intention de rouvrir ses magasins, fermés d'abord temporairement dans la foulée des sanctions contre Moscou pour son offensive en Ukraine.

Après McDonald's ou Ikea, il s'agit d'une énième marque occidentale emblématique qui quitte le marché russe, après s'y être ruée à la fin de l'Union soviétique.

Le groupe n'a pas donné de détails supplémentaires sur les motifs de cette décision, se contentant d'indiquer que "ces derniers temps, Nike ne peut garantir la livraison des marchandises aux acheteurs russes".

14h40

Zelensky reproche à Israël de ne pas imposer des sanctions à la Russie

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a critiqué Israël lui reprochant de ne pas avoir imposé de sanctions contre la Russie, lors d'une allocution en visioconférence devant des étudiants de l'Université hébraïque de Jérusalem.

"Imposer des sanctions contre la Russie est une question de valeurs. Beaucoup de pays européens sont à nos côtés contre l'agression russe, mais malheureusement nous ne voyons pas Israël se joindre" aux sanctions, a affirmé le président.

Volodymyr Zelensky, qui s'exprimait depuis son bureau à Kiev, a déclaré "être reconnaissant au peuple israélien" pour son soutien, ajoutant que "nous aurions voulu recevoir le soutien de votre gouvernement".

14h15

L'Iran plaide pour une issue diplomatique à la guerre

Le conflit ukrainien ne pourra être résolu que par des voies diplomatiques, a estimé le chef de la diplomatie iranienne Hossein Amir Abdollahian lors d'une conférence de presse aux côtés de son homologue russe Sergueï Lavrov, en visite à Téhéran pour discuter notamment de l'accord nucléaire de 2015.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergei Lavrov et le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian assistent à une conférence de presse conjointe à l'issue de leur entretien à Téhéran, en Iran, le 23 juin 2022. [Ministère des Affaires étrangères russes / EPA - KEYSTONE]Le ministre russe des Affaires étrangères Sergei Lavrov et le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian assistent à une conférence de presse conjointe à l'issue de leur entretien à Téhéran, en Iran, le 23 juin 2022. [Ministère des Affaires étrangères russes / EPA - KEYSTONE]

Le ministre iranien a déclaré que les sanctions américaines appliquées par les Etats de l'Otan alimentent le conflit. "Toutefois, la République islamique ne considère pas la guerre comme une solution et salue les pourparlers politiques à ce sujet", a-t-il ajouté.

Sergueï Lavrov a déclaré pour sa part que la Russie et l'Iran oeuvraient ensemble à la stabilisation des marchés du gaz et du pétrole.

13h30

La Russie rembourse en roubles des dettes en dollars

La Russie s'est acquittée en roubles de paiements d'intérêts sur sa dette libellée en dollars, a annoncé le ministère des Finances russes, en raison des sanctions contre le pays pour son intervention militaire en Ukraine.

Dans ce communiqué, le ministère indique se baser sur un nouveau système de paiement temporaire entré en vigueur par un décret présidentiel publié juste avant, le mercredi 22 juin.

Ce système prévoit que lorsqu'une échéance arrive, le ministère des Finances transfère l'équivalent en roubles des fonds à l'agence de paiement pour les euro-obligations National Settlement Depository (NSD), un organisme russe centralisé chargé du dépôt des titres financiers échangés dans le pays.

Ce dernier s'occupe de rembourser les créditeurs en roubles au taux de la Banque centrale, afin "d'assurer l'équivalence maximale des paiements". Si les créditeurs sont russes, les fonds sont transférés "en contournant les intermédiaires étrangers".

Mais si les titres sont détenus à l'étranger, les fonds seront transférés sur des comptes spéciaux en roubles, un mécanisme proche de celui utilisé pour les paiements gaziers.

Fin mai, la Russie a annoncé qu'elle rembourserait sa dette extérieure en roubles, ne pouvant plus le faire en dollars du fait des sanctions, malgré son importante liquidité financière.

12h45

Des réfugiés ukrainiens victimes d'un trafic d'êtres humains en ligne

L'office européen de police (Europol) a annoncé qu'une opération européenne avait identifié des trafiquants d'êtres humains présumés piégeant en ligne des victimes ukrainiennes vulnérables qui ont fui l'invasion de leur pays.

Neuf trafiquants d'être humains présumés, neuf victimes potentielles et près de 42 plateformes suspectes ont été identifiées lors d'un "hackaton" le 23 mai, a précisé Europol.

Lors de cette journée d'action en ligne, 93 enquêteurs ont ciblé "les réseaux criminels préparant des réfugiés ukrainiens à l'exploitation sexuelle et au travail via des sites web et des plateformes de réseaux sociaux", a expliqué Europol.

Les agents se sont concentrés sur le suivi des publications offrant une aide aux réfugiés pour le transport, l'hébergement et le travail. Les sites de rencontre et les sites de recrutement ont également été surveillés, ainsi que les plateformes proposant des services sexuels.

09h50

Plus de 150 sites culturels endommagés ou détruits

Plus de 150 sites culturels ont été partiellement ou totalement détruits en près de quatre mois de guerre en Ukraine, a annoncé l'Organisation des nations unies pour la science, l'éducation et la culture (Unesco).

L'église de l'Ascension à Lukashivka, près de Chernihiv, en Ukraine. [EPA/Oleg Petrasyuk - Keystone]L'église de l'Ascension à Lukashivka, près de Chernihiv, en Ukraine. [EPA/Oleg Petrasyuk - Keystone]Les dégâts concernent 70 édifices religieux, 30 bâtiments historiques, 18 centres culturels, 15 monuments, 12  musées et 7 bibliothèques", indique l'Unesco dans un communiqué.

Trois régions concentrent les trois-quarts des dommages depuis le début de l'invasion russe: celles de Donetsk (45 sites touchés), Kharkiv (40) et Kiev (26), précise l'organisation onusienne.

"Ces atteintes répétées aux sites culturels ukrainiens doivent cesser", a affirmé Audrey Azoulay, directrice générale de l'Unesco.

"Le patrimoine culturel, sous toutes ses formes, ne saurait en aucun cas être pris pour cible", a-t-elle poursuivi.

>> Lire aussi: Plus de 150 sites culturels ont été endommagés ou détruits en Ukraine

09h15

L'UE interdit l'accès de ses institutions aux lobbyistes de Russie

A Bruxelles, les trois institutions de l'Union européenne ont interdit l'accès de leurs locaux aux lobbyistes des entreprises russes, en complément des sanctions adoptées après l'invasion de l'Ukraine.

Le Parlement européen a été le premier à agir début juin. "Nous ne devons leur laisser aucun espace pour diffuser leur propagande et leurs récits faux et toxiques", avait alors expliqué sa présidente Roberta Metsola.

Le Conseil et la Commission européenne ont ensuite suivi et ont "donné instruction de ne plus recevoir les personnes qui représentent un intérêt russe", ont confirmé jeudi leurs représentants, peu avant le début d'un sommet européen consacré à l'aide à l'Ukraine.

08h50

Dorota Dakowska: "Pour l'Ukraine, l'UE représente la liberté et la démocratie"

L'Union européenne doit discuter jeudi et vendredi lors d'un sommet à Bruxelles du statut de candidat demandé par l'Ukraine. Dorota Dakowska, professeure de science politique à Sciences Po Aix, rappelle que le processus de rapprochement a été amorcé il y a déjà plusieurs années.

"L'Ukraine a présenté sa candidature en février dernier, quatre jours après le début de l'invasion russe, mais en 2014, lors de la révolution de Maïdan, la population manifestait déjà pour se rapprocher de Bruxelles", indique la spécialiste jeudi dans La Matinale.

Selon elle, le processus a été fortement accéléré par la guerre. Elle refuse toutefois de parler de précipitation. "Rejoindre l'UE est une aspiration pour laquelle on meurt depuis des années en Ukraine. L'Union représente la liberté, la démocratie, le respect de l'Etat de droit. Il y a du symbolique, mais c'est très important. Il s'agit d'un signe politique fort."

Dorota Dakowska souligne encore que les pays candidats ne finissent pas toujours par adhérer à l'UE. "Parfois, les citoyens en décident autrement. Etre candidat ne signifie pas non plus que les négociations vont commencer tout de suite. Cela peut aussi prendre des années."

>> L'interview de Dorota Dakowska dans La Matinale:

L'invitée de La Matinale (vidéo) -  Dorota Dakowska, spécialiste en Europe centrale et orientale [RTS]
L'invitée de La Matinale (vidéo) - Dorota Dakowska, spécialiste en Europe centrale et orientale / L'invité-e de La Matinale (en vidéo) / 12 min. / le 23 juin 2022

08h40

La pression s'accentue

La pression s'accentue en Ukraine avant la réunion des 27 de l'Union européenne qui pourrait accorder à ce pays le statut de candidat à l'UE.

A l'est du pays, dans la région du Donbass, les forces russes continuent de progresser dans les deux villes stratégiques de Lyssytchansk et Severodonetsk.

Plus au sud, deux terminaux de stockage de grains dédiés aux huiles végétales ont été bombardés mercredi dans la ville portuaire de Mykolaïv, sur un site détenu par l'entreprise Glencore. Et ce alors que les négociations n'ont jamais réussi à déboucher sur l'ouverture de couloirs maritimes, pour permettre d'évacuer ces précieuses denrées alimentaires.

>> Point de situation dans La Matinale:

Les troupes russes infligeraient des destructions catastrophiques" à Lyssytchansk, ville voisine de Severodonetsk, selonle gouverneur de la région de Lougansk. [Oleksandr Ratushniak - Keystone]Oleksandr Ratushniak - Keystone
La pression s'accentue sur Lyssytchansk et Severodonetsk, dans l'est de l'Ukraine / La Matinale / 1 min. / le 23 juin 2022

08h00

Un achat d'or russe en Suisse entouré de mystères

La Suisse a totalement arrêté d'acheter de l'or russe depuis le début de la guerre en Ukraine. Pourtant, le mois dernier, trois tonnes d'or russe sont arrivées dans le pays. Cette livraison, révélée par le média anglophone Bloomberg, a été confirmée par l'Office fédéral de la douane et de la sécurité des frontières.

Trois tonnes d'or russe raffiné à plus de 99,5% ont transité par le Royaume-Uni avant d'arriver en Suisse, pour une valeur de plus de 190 millions de francs. La Suisse avait pourtant arrêté d'en importer depuis le début de la guerre en Ukraine, fin février.

Il s'agit certainement de lingots, selon les spécialistes interrogés. Toutefois, des questions subsistent: qui les a vendus en Russie et qui les a achetés en Suisse? Les douanes ne fournissent pas ces informations, mais précisent que l'or était destiné à des raffineries ou à des entreprises industrielles.

Alors que l'Union européenne et la Suisse ont instauré des sanctions contre la Russie, l'achat d'or russe n'en fait pas partie. Toutefois, les grandes raffineries suisses sont toutes sous l'autorité de la London Bullion Market Association, une association qui interdit l'achat d'or russe depuis le début de la guerre.

>> Les précisions de La Matinale:

Des lingots d'or dans les coffres de la banque cantonale de Zurich. [Martin Ruetschi - Keystone]Martin Ruetschi - Keystone
Un achat d'or russe en Suisse entouré de mystères / La Matinale / 1 min. / le 23 juin 2022

>> Lire aussi: Un achat d'or russe en Suisse entouré de mystères

07h00

L'Ukraine suspendue au verdict sur sa candidature à l'UE

Le destin de l'Ukraine se joue à Bruxelles où les Vingt-Sept se penchent jeudi sur sa candidature d'adhésion à l'Union européenne, un jalon hautement symbolique près de quatre mois après son invasion par l'armée russe.

"Nous attendons une décision européenne clef dans la soirée", a précisé le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui n'a de cesse depuis des semaines de répéter l'appartenance de son ex-république soviétique à la "famille européenne".

Il devrait poursuivre jeudi son "marathon téléphonique" auprès des dirigeants européens pour arracher un consensus en faveur du oui.

Des avis favorables

Le dirigeant ukrainien peut compter sur le soutien de la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, qui a appelé les dirigeants européens à "se montrer à la hauteur" en accédant à la demande de Kiev.

>> Lire aussi: La Commission européenne soutient la candidatures de l'Ukraine à l'UE

L'exécutif européen a par ailleurs rendu il y a quelques jours un avis favorable sur la candidature de l'Ukraine et mardi, la France, qui assure la présidence tournante du Conseil de l'UE, a indiqué qu'un "consensus total" entre les Vingt-Sept avait émergé sur cette question.

Communauté politique

Dans ce cadre, les 27 se pencheront sur la création d’une Communauté politique européenne, une nouvelle structure proposée par Emmanuel Macron pour améliorer la coopération politique dans le continent et qui pourrait en principe accueillir la Suisse.

>> Les précisions de La Matinale sur la question d'une Communauté politique européenne:

Le président français Emmanuel Macron lors de la Conférence sur l'avenir de l'Europe à Strasbourg. [Ronald Wittek - Keystone/EPA]Ronald Wittek - Keystone/EPA
L'Union européenne va se pencher sur la création d’une communauté politique européenne / La Matinale / 1 min. / le 23 juin 2022

>> Lire aussi: Les dirigeants européens à Kiev soutiennent la candidature de l'Ukraine à l'UE

06h15

La population suisse se sent un peu moins menacée par la guerre

Près de quatre mois après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, la population suisse se sent un peu moins menacée qu'au début de la guerre. Une majorité soutient non seulement les sanctions économiques contre la Russie, mais serait même prête à soutenir des mesures supplémentaires. Les mesures militaires sont en revanche clairement rejetées, selon un sondage de l'institut de recherche Link.

Une grande majorité des 2422 personnes interrogées du 3 au 10 juin approuve la politique du Conseil fédéral et soutient son interprétation coopérative de la politique de neutralité de la Suisse. Un fossé politique croissant se dessine toutefois, relève Link.

L'inquiétude face à une nouvelle escalade du conflit reste toutefois élevée. Une grande majorité des sondés craignent en effet que la Russie n'ait recours à des armes chimiques (81%) ou à des armes nucléaires (73%).

Près de deux personnes sur trois craignent aussi que le conflit ne débouche sur une Troisième Guerre mondiale, et près d'une personne sur deux s'inquiète d'une extension du conflit à une guerre de plus grande ampleur, qui pourrait également toucher la Suisse.

02h25

Deux grands terminaux agricoles bombardés à Mykolaïv

Deux terminaux de stockage de grains ont été touchés par des bombardements russes mercredi dans la ville portuaire de Mykolaïv, en Ukraine, ont indiqué leurs opérateurs, les maisons de négoce Bunge et Viterra.

Le terminal portuaire d'Evri, propriété de Viterra et dédié aux huiles végétales, a été "endommagé par une attaque de missiles", qui a fait un blessé léger, a indiqué un porte-parole du groupe, précisant que deux silos étaient en feu et un troisième endommagé. Ce site, racheté en 2020 par Glencore, maison mère de Viterra, a une capacité de stockage de 160'000 tonnes.

L'étendue des dégâts inconnue

Quant à Bunge, ses installations ont été "touchées lors des dernières attaques russes dans la région", a indiqué une porte-parole, précisant que la frappe n'avait pas fait de blessés et que l'étendue exacte des dégâts n'était pas encore connue.

Le terminal, qui était fermé depuis le premier jour de l'invasion russe en Ukraine, le 24 février, comprend un site de stockage, de chargement de navires et une unité de production d'huile végétale.

Ports bloqués

Les ports de Mykolaïv et d'Odessa sont bloqués depuis le début du conflit, ce qui paralyse le transport maritime des matières premières agricoles, principale voie d'exportation pour l'Ukraine jusque-là.

Des discussions, sans résultats concrets à ce jour, ont eu lieu entre Russie et Turquie sur l'ouverture de couloirs maritimes qui permettraient à des vraquiers de circuler depuis l'Ukraine en mer Noire, une zone rendue impraticable par la présence de mines. Selon Ankara, un navire marchand turc a quitté mercredi le port ukrainien de Marioupol, désormais sous contrôle russe, en mer d'Azov.

00h00

Le déroulé de la journée de mercredi

>> Le détail des événements de la journée de mercredi: L'Ukraine suspendue à la décision de Bruxelles sur sa candidature à l'UE