Le suivi de la situation en Ukraine. [Keystone]
Publié Modifié

Moscou hausse le ton contre la Lituanie autour de l'enclave de Kaliningrad

- La Russie a qualifié les restrictions imposées depuis le 17 juin par les autorités lituaniennes sur le transit par voie ferrée de marchandises vers l'enclave russe de Kaliningrad d'"actes hostiles" et a promis de "sérieuses" représailles. De son côté, Washington a affirmé son "soutien" à la Lituanie.

- Vladimir Poutine s'est dit "fier" de l'action de ses soldats en Ukraine, estimant que ses combattants "agissent avec courage, professionnalisme, comme de véritables héros".

- L'Ukraine a annoncé avoir perdu le contrôle des villages de Metolkine et Tochkivka, situés à la périphérie de Severodonetsk. Ces prises sont la dernière poussée russe en date à l'intérieur et autour de cette ville clé où l'armée de Moscou a rencontré une forte résistance ukrainienne.

- L'armée russe a annoncé avoir connecté l'ensemble de la région de Kherson aux chaînes de télévision russes qui seront désormais accessibles "gratuitement" dans cette région conquise par Moscou dans le sud de l'Ukraine.

- Un accord des Vingt-Sept sur une candidature de l'Ukraine à l'UE semble en vue, deux jours avant un sommet européen qui devra prendre cette décision à l'unanimité, ont estimé plusieurs ministres européens lors d'une réunion à Luxembourg.

Suivi assuré par RTSinfo

00h00

La suite de notre suivi

22h00

Moscou hausse le ton contre Vilnius

L'enclave de Kaliningrad, située sur la mer Baltique à mille kilomètres de Moscou, est au coeur d'un litige russo-européen, conséquence des sanctions de l'UE après l'offensive russe en Ukraine.

La Russie a qualifié les restrictions imposées depuis le 17 juin par les autorités lituaniennes sur le transit par voie ferrée de marchandises d'"actes hostiles" et a promis de "sérieuses" représailles. De son côté, Washington a affirmé son "soutien" à la Lituanie.

>> Lire l'article complet à ce sujet: La tension monte autour de l'enclave russe de Kaliningrad

>> Voir aussi les explications du 19h30:

La tension monte autour de l'enclave russe de Kaliningrad. La Lituanie bloque le transit ferroviaire [RTS]
La tension monte autour de l'enclave russe de Kaliningrad. La Lituanie bloque le transit ferroviaire / 19h30 / 2 min. / le 21 juin 2022

20h10

15 tués dans la région de Kharkiv, dans le nord-est

Quinze personnes, dont un enfant de huit ans, ont été tuées sous le feu de l'artillerie russe dans la région de Kharkiv (nord-est de l'Ukraine), a annoncé mardi le gouverneur.

"Quinze personnes sont mortes et 16 ont été blessées. Ce sont les terribles conséquences des bombardements russes en plein jour dans la région de Kharkiv", a déclaré le gouverneur Oleg Synegubov dans sa chaîne Telegram, en précisant que ces personnes avaient été tuées et blessées dans quatre bombardements séparés.

20h05

Il est "effroyable" d'évoquer la peine de mort pour deux Américains capturés en Ukraine

Washington juge "effroyable" que la Russie évoque la possibilité d'imposer la peine de mort à deux Américains capturés en Ukraine alors qu'ils combattaient avec les forces armées de Kiev, a déclaré mardi un porte-parole de la Maison Blanche, John Kirby.

Ces Américains "mettaient en danger" des soldats russes et doivent être "tenus responsables de ces crimes", a déclaré lundi le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, lors d'une interview avec la chaîne américaine NBC News.

Interrogé sur la nature des crimes reprochés aux deux Américains, Dmitri Peskov a admis que les caractéristiques de leurs délits n'étaient pas encore connues, assurant toutefois qu'ils n'étaient pas couverts par les conventions de Genève sur les prisonniers de guerre.

Les deux hommes "ne sont pas dans l'armée ukrainienne, ils ne sont donc pas soumis aux Conventions de Genève", a-t-il argumenté. Alors qu'on lui demandait s'ils risquaient la peine de mort, le porte-parole russe avait déclaré: "Cela dépend de l'enquête".

18h40

Tirs sur des plateformes de forage en mer Noire

L'Ukraine a dit mardi avoir visé la veille des plateformes de forage en mer Noire, utilisées selon elle comme "installations" militaires par les Russes pour renforcer leur contrôle dans la région.

"Sur ce site, la Russie a organisé de petites garnisons, y a stocké du matériel de défense antiaérienne, y compris des radars. C'est-à-dire que ces plateformes se sont transformées en installations qui ont aidé et aident les Russes à renforcer leur contrôle total de la partie nord-ouest de la mer Noire", a affirmé le porte-parole de la région d'Odessa, Serguiï Bratchouk, lors d'une conférence de presse en ligne.

Le site FIRMS, lié à la Nasa et permettant la surveillance des incendies, montrait qu'un incendie s'est déclaré en mer lundi et était encore actif mardi matin. Les installations de la mer Noire ont été saisies par les russes après l'annexion de la Crimée en 2014 et le gaz est consommé sur la péninsule où il est acheminé par gazoduc.

18h10

Emmanuel Macron va demander de la "clarté" à la Turquie sur son "positionnement" à l'Otan

Le président français Emmanuel Macron va demander de la "clarté" à la Turquie sur son "positionnement" au sein de l'Otan, a annoncé mardi l'Elysée, en référence au prochain sommet de l'Alliance du 28 au 30 juin et au blocage par Ankara des candidatures de la Suède et la Finlande.

Lors d'un entretien à l'Elysée avec le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg, le chef de l'Etat a "dit vouloir demander de la clarté à la Turquie quant à son positionnement", a indiqué la présidence française sans plus de précisions.

Malgré des pourparlers lundi à Bruxelles entre la Turquie, la Suède et la Finlande, un déblocage rapide des candidatures des deux pays s'annonce compliqué à une semaine du sommet.

18h00

Céréales ukrainiennes: "réunion à quatre" la semaine prochaine en Turquie

Une "réunion à quatre", avec des représentants des Nations unies, de la Russie et de l'Ukraine, se tiendra la semaine prochaine en Turquie en vue d'organiser le transport des céréales en mer Noire, ont rapporté mardi des médias turcs.

Lundi, le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait déclaré que des "négociations difficiles" étaient en cours pour débloquer les ports ukrainiens, où des millions de tonnes de céréales ne peuvent actuellement être exportées en raison du blocus de la flotte russe en mer Noire.

Sans parvenir à un accord jusqu'à présent, l'ONU négocie depuis plusieurs semaines avec Moscou, Kiev et Ankara, caution militaire d'une utilisation de la mer Noire pour des navires civils, un accord qui permettrait aux céréales de sortir d'Ukraine en sécurité et aux engrais produits par la Russie de revenir sur le marché international.

Si un accord était trouvé, il ferait baisser les prix des denrées et atténuerait la crise alimentaire dans le monde, qui s'aggrave du fait de l'invasion russe.

17h40

Livraisons réduites de gaz russe: Kiev dénonce des "raisons farfelues et illégales"

Les raisons invoquées par Moscou pour diminuer fortement les livraisons de gaz russe à l'Europe via le gazoduc Nord Stream 1 sont "farfelues et illégales", a affirmé mardi le PDG du groupe public ukrainien Naftogaz, Iouriï Vitrenko.

De son côté, le ministre allemand de l'Economie et du Climat Robert Habeck a dénoncé mardi une "attaque" qui vise à "semer le chaos sur le marché européen de l'énergie", lors d'un discours devant les patrons de l'industrie à Berlin.

La semaine dernière, Gazprom avait annoncé baisser d'un tiers, après une première baisse de 40%, ses livraisons quotidiennes de gaz à l'Europe via Nord Stream 1, affirmant avoir été forcé d'arrêter un équipement de l'allemand Siemens pour des raisons techniques.

La production quotidienne est ainsi passée le 16 juin de 100 à 67 millions de mètres cubes par jour, après une première baisse de 167 à 100 millions de m3 la veille. Cela porte à près de 60% la baisse des approvisionnements quotidiens via le gazoduc sous-marin qui relie la Russie à l'Allemagne via la mer Baltique, poussant plusieurs pays européens à remplacer le gaz par du charbon.

>> Les précisions à ce sujet:

Les Pays-Bas se remettent au charbon pour remplacer le gaz: interview d'Anne-Sophie Corbeau [RTS]
Les Pays-Bas se remettent au charbon pour remplacer le gaz: interview d'Anne-Sophie Corbeau / Forum / 4 min. / le 21 juin 2022

17h00

Washington confirme la mort d'un deuxième Américain en Ukraine

Les Etats-Unis ont confirmé mardi qu'un deuxième ressortissant américain avait été tué au combat en Ukraine, réitérant leur appel à ne pas aller prendre part au conflit alors que deux autres Américains ont été capturés par la Russie.

Le département d'Etat a confirmé le décès de cet homme de 52 ans, précisant qu'il apportait son assistance consulaire à sa famille. Un porte-parole de la diplomatie américaine a appelé les Américains se trouvant dans le pays en guerre à "partir immédiatement, si cela s'avère sûr, par tout moyen de transport commercial ou privé par voie terrestre".

Il s'agit du deuxième Américain dont la mort au combat auprès des troupes ukrainiennes est confirmée depuis l'invasion russe du pays, fin février. Un ancien Marine de 22 ans a été tué dans les mêmes circonstances fin avril.

16h30

Le ministre américain de la Justice en Ukraine pour discuter des "crimes de guerre"

Le ministre de la Justice des Etats-Unis effectue mardi une visite surprise en Ukraine, où il discutera avec la procureure générale des moyens de poursuivre les auteurs de crimes de guerre, a annoncé un responsable américain.

La rencontre entre Merrick Garland et Iryna Venediktova portera sur "les efforts américains et internationaux pour aider l'Ukraine à identifier, appréhender et poursuivre les personnes impliquées dans des crimes de guerre et d'autres atrocités en Ukraine", selon ce responsable.

Le ministre américain, qui sera en France dans la soirée pour une rencontre avec ses homologues européens, a retrouvé son homologue ukrainienne non loin de la frontière polonaise, selon des images brièvement diffusées sur la chaîne Fox.

18'000 "crimes de guerre et agressions" annoncés par l'Ukraine

Les enquêteurs ukrainiens disent avoir répertorié plus de 18'000 "crimes de guerre et agressions" et identifié plus de 600 suspects depuis le début de l'invasion russe le 24 février, dont des meurtres de civils, des viols, des attaques contre des infrastructures civiles.

Les Etats-Unis avaient annoncé en mai la création d'un "observatoire du conflit", doté initialement de six millions de dollars, pour "recueillir, analyser et partager largement les preuves des crimes de guerre" qu'ils imputent à la Russie en Ukraine.

La Russie affirme cependant que les allégations de crimes de guerre sont fausses et que les corps de civils, découverts après le retrait des troupes russes de la banlieue de Kiev, ont été mis en scène.

16h20

Procès d'un élu russe ayant critiqué l'offensive en Ukraine

Un tribunal de Moscou a entamé mardi le procès d'un élu municipal accusé de "diffusion d'informations mensongères" pour avoir critiqué l'offensive en Ukraine, de graves accusations qui pourraient l'envoyer 10 ans en prison.

Alexeï Gorinov tient une feuille où il est écrit "Non à la guerre". [Natalia Kolesnikova - AFP]Alexeï Gorinov tient une feuille où il est écrit "Non à la guerre". [Natalia Kolesnikova - AFP]

L'élu, Alexeï Gorinov, en détention provisoire, est apparu à l'audience avec une feuille sur laquelle était écrit "Non à la guerre". Plusieurs dizaines de personnes étaient présentes pour le soutenir au tribunal Mechtchanski de Moscou, où il est jugé, et l'ont applaudi à la fin de l'audience.

Alexeï Gorinov, âgé de 60 ans, a été arrêté le 26 avril par la police à Moscou. Son procès avait débuté le 1er juin, mais avait été immédiatement ajourné. Il est poursuivi pour "diffusion d'informations mensongères" sur l'armée russe, une infraction introduite début mars afin de faire taire les critiques de l'offensive en Ukraine.

Amnesty International appelle à sa libération

Mardi, les témoins de l'accusation ont été entendus à huis clos à la demande du Parquet, affirmant que ces derniers avaient subi des "pressions psychologiques" de l'entourage de l'accusé. Le procès doit reprendre le 7 juillet.

Son avocate, Ekaterina Tertoukhina, a dénoncé une enquête "très rapide" et un manque de preuves. "Je n'ai rien vu prouvant une culpabilité", a-t-elle déclaré à la presse après l'audience.

L'ONG Amnesty International a appelé à sa libération immédiate, dénonçant "un procès à haute visibilité" visant à envoyer un "message dissuasif".

Depuis le 24 février, des dizaines de personnes ayant critiqué publiquement le conflit ont été poursuivies en Russie. La plupart ont été condamnées à des amendes, mais d'autres risquent de lourdes peines de prison.

16h10

Kiev annonce l'arrivée de canons automoteurs allemands

Kiev a annoncé mardi l'arrivée de canons automoteurs allemands Panzerhaubitze 2000 dans son arsenal, après des semaines de négociations entre l'Ukraine et ses alliés occidentaux pour recevoir des "armes puissantes" capables de repousser les attaques russes dans le Donbass (est).

"Les Panzerhaubitze 2000 font enfin partie de l'arsenal d'obusiers de 155 mm de l'artillerie ukrainienne", s'est félicité sur Twitter le ministre de la Défense ukrainien Oleksiï Reznikov, qui a dit "apprécier les efforts" de Berlin pour aider militairement Kiev. "Nos artilleurs vont faire chauffer le champ de bataille", s'est-il enthousiasmé dans un tweet accompagné d'une photo de deux Panzerhaubitze 2000 en action.

L'Allemagne avait annoncé début mai qu'elle allait fournir sept de ces obusiers blindés à l'Ukraine pour l'aider à contrer l'armée russe, sans préciser à ce moment-là quand les livraisons interviendraient. Berlin n'a pas confirmé dans l'immédiat la livraison des Panzerhaubitze 2000, ni leur nombre actuel.

15h00

La Suède s'inquiète de son approvisionnement en gaz

L'Agence suédoise de l'Energie a lancé mardi une première alerte sur ses approvisionnements en gaz. Elle s'inquiète de l'impact des sanctions contre la Russie, à l'instar de son voisin danois la veille.

"La Suède et le Danemark ont un marché du gaz commun" et l'agence de l'Energie suédoise a donc décidé "de suivre l'exemple du Danemark", a-t-elle annoncé dans un communiqué. Depuis quelques années, l'Union européenne a mis en place un système d'entraide pour les Etats en difficulté en matière de fourniture de gaz. Il est divisé en trois niveaux: "pré-alerte" ("early warning"), "alerte", et "urgence".

Pré-alerte danoise

Lundi, l'agence danoise pour l'énergie a activé le passage au premier niveau d'alerte, évoquant "une situation grave" et "exacerbée par la réduction des approvisionnements" tout en précisant que les stocks en gaz du Danemark étaient pleins "à environ 75%". Le système d'alerte européen permet à la fois de bénéficier de l'assistance d'un autre Etat membre de l'UE mais également de commencer à rationner les approvisionnements.

"L'état de l'approvisionnement en gaz de la Suède est toujours solide" et les réserves en Suède, au Danemark et en Europe "sont bien pourvues avant l'automne", a toutefois assuré l'agence suédoise.

14h20

Moscou dit avoir repoussé un assaut de Kiev sur l'île aux Serpents

La Russie a affirmé mardi avoir repoussé une "folle" tentative des forces de Kiev de reprendre l'île aux Serpents, un territoire symbolique conquis par Moscou en mer Noire au début de son offensive en Ukraine.

Cette petite île est devenue emblématique dès le premier jour de l'offensive russe lorsqu'un membre de la petite garnison ukrainienne la défendant a intimé au navire russe réclamant sa reddition d'aller "se faire foutre".

Outre sa valeur symbolique, l'île est également stratégique en raison de son emplacement au large des côtes ukrainiennes et roumaines, qui offre un poste d'observation de choix et un lieu où déployer des systèmes de défense sol-air.

Moscou a déjà affirmé dans le passé avoir déjoué des tentatives d'approche des forces ukrainiennes, mais celle rapportée mardi semblait se distinguer par l'ampleur des moyens mobilisés.

13h50

Vladimir Poutine "fier" de l'action de son armée en Ukraine

Vladimir Poutine s'est dit "fier" de l'action de ses soldats en Ukraine, estimant que ses combattants "agissent avec courage, professionnalisme, comme de véritables héros".

Le président russe, qui s'exprimait au Kremlin devant les jeunes diplômés des académies militaires russes et les plus hauts cadres de l'armée, a ajouté que "face aux nouvelles menaces et risques, nous allons encore développer et renforcer nos forces armées".

"Il n'y a aucun doute que nous serons encore plus forts", a martelé le dirigeant russe.

13h20

L'Allemagne risque la récession si le gaz russe est coupé

L'Allemagne est assurée d'entrer en récession si l'approvisionnement en gaz russe, déjà fragilisé, est complètement interrompu, a déclaré la principale fédération industrielle du pays.

La BDI a revu à la baisse sa prévision de croissance pour cette année à 1,5% contre 3,5% prévu avant que n'éclate la guerre en Ukraine. Mais un arrêt total des livraisons de gaz russe rendrait une récession inévitable, a-t-elle ajouté.

De son côté, l'autorité fédérale allemande du marché du gaz a déclaré qu'il n'était pas encore nécessaire de passer au stade le plus élevé des procédures d'urgence, qui conduirait à des mesures de rationnement touchant le secteur industriel afin d'assurer la continuité de livraison aux services d'intérêt vital et aux ménages.

L'Allemagne, qui dépendait à 55% de la Russie pour son approvisionnement en gaz avant l'invasion de l'Ukraine, a déjà activé le premier niveau d'alerte de son plan en trois phases pour faire face à la crise actuelle.

Elle est néanmoins censée reconstituer ses stocks pour atteindre l'objectif fixé par l'UE d'un remplissage de ses capacités à 80% d'ici octobre et 90% d'ici novembre, des objectifs déterminés au niveau de l'Union européenne.

13h05

Un Espagnol tué en Ukraine

Un Espagnol, parti combattre les troupes russes en Ukraine, est mort samedi dans ce pays, a-t-on appris auprès du ministère des Affaires étrangères espagnol, qui n'a pas précisé les circonstances du décès, ni l'identité et l'âge de la victime.

"Nous sommes en contact avec la famille à qui nous offrons tous les détails dont nous disposons" sur ce décès, ainsi qu'avec "les autorités ukrainiennes pour faciliter le rapatriement de sa dépouille", qui aura lieu dans les prochains jours, a précisé ce porte-parole.

La mère de la victime, originaire de l'île de Majorque dans l'archipel des Baléares, a précisé dans un média local que son fils était parti en Ukraine début mars, soit quelques jours après l'invasion du pays par les troupes russe.

12h40

Le village de Tochkivka sous contrôle russe

Les Russes "contrôlent entièrement" le village de Tochkivka sur la ligne de front dans le Donbass (est), à quelques kilomètres de Severodonetsk et Lyssytchansk où les combats font rage, ont affirmé les autorités locales ukrainiennes, indiquant que "la pression persiste" sur la ligne de front où "la bataille du Donbass bat son plein".

"Toute la région de Lougansk est désormais l'épicentre de la confrontation entre armées ukrainienne et russe", a ajouté le gouverneur de la région.

12h10

Accord en vue sur la candidature de l'Ukraine à l'UE

Un accord des Vingt-Sept sur une candidature de l'Ukraine à l'UE semble en vue, deux jours avant un sommet européen qui devra prendre cette décision à l'unanimité, ont estimé plusieurs ministres européens lors d'une réunion à Luxembourg.

La Commission européenne a rendu un avis positif vendredi sur l'octroi à l'Ukraine et à la Moldavie du statut de candidat à l'Union européenne, lequel ouvrirait la voie à une adhésion à l'issue d'un long processus.

"Il n'y a pas un seul pays auquel la proposition pose problème. Nous allons faire preuve d'une grande unanimité", a assuré le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères Jean Asselborn.

L'UE s'apprête à dire au président russe Vladimir Poutine que "l'Ukraine fait partie de l'Europe", a-t-il ajouté à son arrivée à la réunion. Une telle décision "est importante pour l'Ukraine et la Moldavie", a-t-il souligné.

12h00

Transit vers Kaliningrad: Moscou promet de "sérieuses conséquences"

La Russie a promis des mesures "sérieuses" contre la Lituanie qui a instauré des restrictions pour certaines marchandises transitant vers l'enclave de Kaliningrad, conséquence des sanctions européennes contre l'offensive de Moscou en Ukraine.

"La Russie, bien sûr, réagira à de tels actes hostiles. Des mesures appropriées sont en train d'être élaborées au niveau inter-ministériel et seront adoptées prochainement. Elles auront de sérieuses conséquences négatives pour la population de la Lituanie", a affirmé Nikolaï Patrouchev, secrétaire du Conseil de sécurité russe, lors d'une visite à Kaliningrad.

10h20

Des destructions "catastrophiques" à Lyssytchansk

L'armée russe inflige des "destructions catastrophiques" à Lyssytchansk, ville voisine de Severodonetsk dans le Donbass (est), a déclaré le gouverneur de la région de Lougansk, Serguiï Gaïdaï.

Selon lui, "les frappes sur les trois ponts reliant Severodonetsk et Lyssytchansk déjà détruits" continuent, coupant toujours plus la première de ces deux villes du reste des territoires contrôlés par Kiev.

"Les Russes veulent conquérir entièrement la région de Lougansk" – qu'ils contrôlent déjà quasiment intégralement – "avant le dimanche 26 juin", a-t-il encore affirmé.

Les troupes russes infligeraient des destructions catastrophiques" à Lyssytchansk, ville voisine de Severodonetsk, selonle gouverneur de la région de Lougansk. [Oleksandr Ratushniak - Keystone]Les troupes russes infligeraient des destructions catastrophiques" à Lyssytchansk, ville voisine de Severodonetsk, selonle gouverneur de la région de Lougansk. [Oleksandr Ratushniak - Keystone]

09h10

Le Conseil œcuménique des Églises n’exclut pas les orthodoxes russes

Il y a une semaine, les délégués de l’Église réformée de Suisse (EERS) ont largement accepté une motion demandant que soit examinée la suspension de l’Église orthodoxe russe du Conseil œcuménique des Églises (COE).

Ce dernier, réuni à Genève, a décidé de refuser une exclusion. Malgré la guerre en Ukraine et les décisions prises dans de multiples secteurs, l'Eglise orthodoxe russe ne sera donc pas suspendue, le comité central du COE privilégiant le dialogue.

>> Les explications de La Matinale:

Intérieur de l'Eglise orthodoxe russe à Genève. [LaMèreVeille - Wikimedia]LaMèreVeille - Wikimedia
RTSreligion - Le Conseil œcuménique des Églises n’exclue pas les orthodoxes russes / La Matinale / 2 min. / le 21 juin 2022

09h00

Une gestion humanitaire qui fait des envieux en Ukraine

Depuis le début de la guerre, des millions d'Ukrainiens se sont réfugiés dans les pays voisins. En Suisse, le chiffre de 50'000 réfugiés est dépassé depuis le début du mois de juin,

Mais les déplacés sont également des déplacés internes. Ils seraient au moins 7,7 millions. Les ONG suisses travaillent avant tout pour eux. La Chaîne du Bonheur a ainsi déjà récolté 124 millions de francs. Une manne qui fait des envieux, notamment chez les militaires ukrainiens.

>> Réécouter le reportage de La Matinale:

Depuis le début de la guerre en Ukraine, plus de 115 millions de francs de dons sont parvenus à la Chaîne du Bonheur [Salvatore Di Nolfi - Keystone]Salvatore Di Nolfi - Keystone
L'aide humanitaire envers l'Ukraine fait des envieux / La Matinale / 2 min. / le 21 juin 2022

08h15

Plus de 100 millions de dollars pour une médaille de prix Nobel

Le journaliste russe Dmitri Mouratov, prix Nobel de la Paix 2021. [Evgeny Biyatov - Sputnik/AFP]Le journaliste russe Dmitri Mouratov, prix Nobel de la Paix 2021. [Evgeny Biyatov - Sputnik/AFP]Le rédacteur en chef russe du journal d'investigation indépendant Novaïa Gazeta Dmitri Mouratov a vendu lundi aux enchères sa médaille de prix Nobel de la paix 103,5 millions de dollars, au profit des enfants déplacés par le conflit en Ukraine.

Le montant de la vente, décrochée par téléphone par un enchérisseur dont l'identité n'a pas été dévoilée, sera reversé au programme de l'Unicef consacré aux enfants ukrainiens déplacés par la guerre, selon Heritage Auctions, qui s'est chargé de la vente.

Prix Nobel en 2021

Le journaliste avait remporté le prestigieux prix en 2021, aux côtés de la journaliste philippine Maria Ressa, le comité les honorant "pour leurs efforts visant à préserver la liberté d'expression".

>> Relire: Le prix Nobel de la paix attribué aux journalistes Maria Ressa et Dimitri Muratov

Le journal Novaïa Gazeta avait annoncé fin mars suspendre ses publications en ligne et au format papier en Russie jusqu'à la fin de l'intervention en Ukraine, en plein durcissement du Kremlin contre les voix dissonantes.

08h00

Toute la région de Kherson connectée à la télévision russe

L'armée russe a annoncé mardi avoir connecté l'ensemble de la région de Kherson aux chaînes de télévision russes qui seront désormais accessibles "gratuitement" dans cette région conquise par Moscou dans le sud de l'Ukraine.

"Des spécialistes d'unités de transmission des forces armées russes ont connecté et reconfiguré vers la diffusion de chaînes russes le dernier des sept émetteurs de télévision de la région de Kherson", a indiqué le ministère russe de la Défense dans un communiqué, précisant qu'environ un million d'habitants de la région ont maintenant accès à ces chaînes.

07h30

Des centaines de milliers d'enfants ukrainiens seraient amenés en Russie pour y être adoptés

L'ONU enquête sur l'envoi supposé d'enfants ukrainiens vers la Russie, où ceux-ci seraient ensuite proposés à l'adoption à des familles russes. Le gouvernement ukrainien dénonce un moyen de "détruire l'avenir de la nation ukrainienne".

Moscou a officiellement confirmé samedi que plus de 300'000 enfants auraient été "évacués" hors des zones de conflit, présentant ces déplacements comme une opération humanitaire.

Début juin, l'Ukraine a réitéré ses griefs contre Moscou. Elle affirme que la Russie refuse de fournir des informations sur les enfants qu'elle aurait transféré de force, dont plusieurs milliers d'orphelins ou d'enfants sans protection parentale.

>> Les précisions d'Isabelle Cornaz:

Des centaines de milliers d'enfants ukrainiens seraient amenés en Russie pour y être adoptés. [NATACHA PISARENKO - KEYSTONE]NATACHA PISARENKO - KEYSTONE
Zoom - Kiev accuse Moscou de déportation d’enfants ukrainiens et d’adoptions forcées / La Matinale / 2 min. / le 21 juin 2022

>> En lire plus: Des centaines de milliers d'enfants ukrainiens seraient amenés en Russie pour y être adoptés

02h20

"Vous êtes mon héros", dit l'acteur Ben Stiller au président ukrainien à Kiev

L'acteur américain Ben Stiller a rencontré lundi à Kiev le président ukrainien Volodymyr Zelensky, à qui il a exprimé son admiration pour son action depuis l'invasion russe de l'Ukraine le 24 février.

La rencontre de Ben Stiller avec le président Zelensky.  [Service de presse de la présidence ukrainienne - Reuters]La rencontre de Ben Stiller avec le président Zelensky. [Service de presse de la présidence ukrainienne - Reuters]

"C'est un grand honneur pour moi (...) Vous êtes mon héros", a déclaré Ben Stiller, ambassadeur de bonne volonté pour les Nations unies, lors de sa rencontre avec Volodymyr Zelensky, lui-même un ancien acteur, à l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés, selon des images diffusées par la présidence ukrainienne.

"Ce que vous avez fait, la façon dont vous avez mobilisé le pays, le monde, c'est vraiment une source d'inspiration", a ajouté l'Américain de 56 ans.

Plus tôt dans la journée, Ben Stiller avait visité Irpin, en banlieue de Kiev, où ont eu lieu de féroces combats au début de l'invasion. C'est aussi le point le plus proche de la capitale jamais atteint par l'armée russe.

00h00

Le déroulé de la journée de lundi

>> Le détail des événements de la journée de lundi: Des "destructions catastrophiques" à Lyssytchansk, ville voisine de Severodonetsk