Bannière deuxième tour législatives. [AFP/Keystone]
Publié Modifié

Emmanuel Macron perd la majorité absolue et le RN de Marine Le Pen réalise une percée historique

- Le camp du président français Emmanuel Macron a obtenu 245 sièges à l'issue des élections législatives dimanche, en dessous de la majorité absolue (289), selon un décompte complet de l'AFP. Il est suivi de la Nupes avec 137 sièges et du RN qui compte 89 sièges.

- La Première ministre Elisabeth Borne, élue dimanche dans le Calvados, a déclaré qu'elle travaillerait "dès lundi à construire une majorité d'action". Plusieurs figures de la Macronie, dont Richard Ferrand et Christophe Castaner, ainsi que trois ministres ont été défaits lors de ce second tour.

- En Suisse, le candidat pro-Macron Marc Ferracci s'est imposé facilement avec 65% des suffrages face à la candidate de la Nupes Magali Mangin.

- L'abstention a été une nouvelle fois été importante avec un taux de 53,77%, en hausse de plus d'un point par rapport au premier tour (52,49%).

Suivi assuré par France-Anne Landry

02h15

Résultat final: la coalition pro-Macron obtient 245 sièges, la Nupes 137 et le RN 89

Le camp d'Emmanuel Macron a obtenu 245 sièges à l'issue des élections législatives dimanche, en dessous de la majorité absolue (289). Il est suivi par la Nupes de Jean-Luc Mélenchon et ses alliés avec 137 fauteuils et du Rassemblement national de Marine Le Pen qui fait une percée historique avec 89 sièges, selon un décompte complet de l'AFP.

Les Républicains (LR) gagnent 61 sièges et leur allié UDI trois, contre une centaine dans la précédente législature. Les divers droite obtiennent neuf sièges.

Les divers gauche décrochent 15 mandats. Dix sièges reviennent à des députés régionalistes.

Dans le détail, au sein de la coalition Ensemble!, 170 députés sont issus de Renaissance (ex-LREM), 46 du MoDem, 26 d'Horizons et trois du Parti radical.

Dans les rangs de la Nupes, 72 députés sont élus sous l'étiquette Nupes-LFI, 26 sous Nupes-PS, 23 sous Nupes-EELV et 12 sous Nupes-PCF.

Le taux d'abstention atteint 53,77%, selon le ministère de l'Intérieur.

02h00

Marc Ferracci , représentant des Français de Suisse

Marc Ferracci représentera les Français de Suisse et du Liechtenstein dans la nouvelle Assemblée nationale. Ce proche du président français Emmanuel Macron a largement battu sa rivale de la Nupes Magali Mangin, avec 64,97%,

Le candidat du parti Renaissance, la formation présidentielle, a remercié ses électeurs dimanche soir sur Twitter.

Au premier tour, il y a deux semaines, Marc Ferracci était déjà arrivé largement en tête des quinze candidats en lice, avec 36% des suffrages, contre 20% pour Magali Mangin.

01h00

La Nupes n'a pas réussi à "dépasser un plafond de verre", selon Fabien Roussel

L'alliance de gauche Nupes pour les législatives a permis de "gagner un grand nombre de députés" mais n'a parlé "qu'aux grandes villes" et a échoué à percer "un plafond" de verre, a regretté dimanche le chef de file du PCF Fabien Roussel, réélu face au RN dans la 20ème circonscription du Nord.

"L'alliance de gauche a permis de gagner un grand nombre de députés, c'est une bonne chose, je m'en félicite, et ça va permettre aux députés communistes d'avoir un groupe demain", a d'abord salué le député.

La coalition Nupes et ses alliés ont obtenu 137 sièges.

"Mais je vois aussi que ça ne nous a pas permis d'avoir une majorité, et ça n'a pas empêché non plus l'extrême droite de progresser fortement, et ça, ça m'interpelle, ça me questionne", a déploré sur BFMTV le numéro un du PCF, qui a été candidat à la présidentielle en avril.

"Je vois bien que l'alliance ne parle qu'à une partie de la France, à celle des grandes villes, et pas à celle de la ruralité", a regretté un peu plus tard Fabien Roussel sur France 3.

22h45

La Première ministre Elisabeth Borne appelle à construire "une majorité d'action"

La Première ministre Elisabeth Borne a déclaré qu'elle travaillerait "dès demain à construire une majorité d'action", à l'issue du 2e tour des élections législatives, où le camp présidentiel a perdu sa majorité absolue.

"Nous travaillerons dès demain à construire une majorité d'action, il n'y pas d'alternative à ce rassemblement pour garantir à notre pays la stabilité et continuer les réformes nécessaires", a dit la cheffe du gouvernement depuis Matignon, après avoir estimé que la France se trouvait dans une "situation inédite" qui "constitue un risque pour notre pays".

22h25

"Nous allons construire très vite une majorité absolue", dit Olivier Véran

Olivier Véran, le ministre des Relations avec le Parlement, a assuré que le camp présidentiel, qui n'a qu'une majorité relative à l'issue du second tour des législatives, allait "construire très vite une majorité pour qu'elle devienne absolue à l'Assemblée nationale".

"D'autres groupes nous permettront d'obtenir le quota de voix suffisant pour présenter les réformes et faire adopter les textes", a avancé l'ex-ministre de la Santé.

21h50

"Beaucoup d'imagination" pour agir, selon Bruno Le Maire

Le ministre de l'Economie Bruno le Maire a dit n'avoir "pas le sentiment" que la France était ingouvernable mais a reconnu qu'il faudrait au parti présidentiel" faire preuve de beaucoup d'imagination" pour agir dans cette "situation inédite".

"La majorité présidentielle est constituée sur des idées claires". "J'invite ce soir toutes celles et tous ceux qui se retrouvent autour de ces idées claires à (la) soutenir", a-t-il lancé sur France 2.

21h40

Les Républicains resteront dans l'opposition, dit Christian Jacob

Christian Jacob, président des Républicains, a assuré dimanche que son parti restera "dans l'opposition" à Emmanuel Macron, alors que le camp présidentiel va devoir composer avec d'autres forces politiques s'il veut espérer constituer une majorité absolue.

"Pour ce qui nous concerne, nous avons fait campagne dans l'opposition, nous sommes dans l'opposition, nous resterons dans l'opposition", a martelé le président LR, depuis le siège du parti.

21h15

Pour Mélenchon, "la déroute du parti présidentiel est totale"

Le leader de l'opposition de gauche en France, Jean-Luc Mélenchon, a estimé dimanche que la "déroute du parti présidentiel" était "totale" au soir du second tour des élections législatives françaises. "Aucune majorité" ne se présente.

"C'est une situation totalement inattendue, absolument inouïe", a souligné le chef de l'union de gauche Nupes. Il a fustigé "l'échec moral" des membres de la majorité "qui donnaient des leçons à tout le monde sans arrêt et qui se prétendaient le barrage à l'extrême droite et qui ont eu pour principal résultat d'en avoir renforcé les rangs", alors que le RN devrait obtenir entre 80 et 110 députés.

21h10

Pari gagné pour Elisabeth Borne et Damien Abad

Quinze membres du gouvernement d'Elisabeth Borne étaient candidats lors du 2e tour des législatives , dont la Première ministre, qui l'a emporté avec 52,46% des suffrages dans le Calvados, pour la première fois de sa carrière politique.

Pari gagné également pour le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, réélu dans le Nord avec plus de 57% des voix, et pour son collègue des Solidarités Damien Abad, accusé de viol, dans l'Ain avec environ 57,8% des voix face à une candidate Nupes.

Facile victoire pour le ministre des Comptes Publics Gabriel Attal, réélu avec 62,8% des suffrages dans les Hauts-de-Seine.

Le ministre délégué à l'Europe Clément Beaune a annoncé sa victoire aux législatives à Paris, dans la 7e circonscription tout comme le ministre de la Transformation et de la Fonction publiques Stanislas Guerini, dans la 3e circonscription.

Le ministre du Travail, Olivier Dussopt, est réélu dans l'Ardèche (58,74% selon des résultats partiels) tout comme son collègue des Relations avec le Parlement Olivier Véran dans l'Isère, avec plus de 67% des voix.

Marc Fesneau, ministre de l'Agriculture, est réélu dans le Loir-et-Cher avec 52,26% des voix tout comme son collègue du Commerce extérieur Franck Riester qui était opposé à un représentant du Rassemblement national en Seine-et-Marne.

La ministre des Outre-mer Yaël Braun-Pivet l'a facilement emporté dans les Yvelines avec plus de 57% des voix.

21h00

Le RN sera "une opposition ferme" mais "respectueuse des institutions", déclare Marine Le Pen

La cheffe de file du Rassemblement national Marine Le Pen s'est félicitée dimanche, au soir du second tour des législatives, d'avoir le groupe de "loin le plus nombreux de l'histoire de notre famille politique", qui assurera "une opposition ferme" mais "respectueuse des institutions".

"Nous incarnerons une opposition ferme, sans connivence, responsable, respectueuse des institutions, parce que notre seule boussole, c'est l'intérêt de la France et du peuple français", a dit Marine Le Pen depuis son QG de Hénin-Beaumont.

"Le peuple français a décidé d'envoyer un très puissant groupe parlementaire de députés du Rassemblement national à l'Assemblée nationale", a-t-elle encore déclaré, elle-même réélue dans le Pas-de-Calais.

20h50

Taux d'abstention en hausse

Sans surprise, ce scrutin, le 4e en deux mois après la présidentielle, a été boudé par les Français alors qu'une partie du pays subissait une vague de chaleur inédite.

Le taux d'abstention devrait atteindre entre 53,5% et 54%, en hausse de plus d'un point par rapport au premier tour (52,49%), selon les instituts de sondage. Elle n'atteindra toutefois pas le record du second tour de 2017 (57,36%).

>> Les explications dans le 19h30:

L'abstention devrait atteindre entre 53 et 54% dans ce second tour des élections législatives [RTS]
L'abstention devrait atteindre entre 53 et 54% dans ce second tour des élections législatives / 19h30 / 1 min. / le 19 juin 2022

20h35

La percée du RN, un "tsunami"

Le président par interim du Rassemblement national (RN) Jordan Bardella a salué dimanche soir un "tsunami" en faveur de son parti. La formation d'extrême droite aurait entre 80 et 100 députés, selon les estimations, une performance historique.

"C'est une vague bleu marine partout dans le pays. L'enseignement de ce soir, c'est que le peuple français a fait d'Emmanuel Macron un président minoritaire", a déclaré Jordan Bardella sur TF1.

20h20

Des personnalités proches de Macron battues

Plusieurs personnalités du camp présidentiel ont été battues dimanche, lors du second tour des élections législatives françaises.

Christophe Castaner a été battu dans son fief des Alpes-de-Haute-Provence par Léo Walter, le candidat de l'alliance de gauche Nupes. Le président du groupe LREM a obtenu 48,51% des voix. Député socialiste élu en 2012 et réélu en 2017 sous l'étiquette LREM, l'ancien ministre de l'Intérieur, proche d'Emmanuel Macron, Christophe Castaner était candidat à un troisième mandat successif.

Richard Ferrand, lui, a reconnu sa défaite dans le Finistère. "Je viens de prendre acte des résultats indiquant que les électrices et les électeurs de la 6e circonscription du Finistère ont choisi d'élire députée ma concurrente", a déclaré ce pilier de la Macronie, adressant également ses "félicitations" et "voeux de plein succès" à son adversaire Mélanie Thomin (Nupes).

Dans le Pas-de-Calais, la ministre de la Santé Brigitte Bourguignon a été battue par sa rivale RN Christine Engrand, a indiqué son entourage à l'AFP. Devancée de 56 voix, elle devra quitter le gouvernement selon une règle tacite réaffirmée par l'Élysée.

La ministre de la Transition écologique, Amélie de Montchalin, a été battue dimanche dans la 6e circonscription de l'Essonne, face à Jérôme Guedj, candidat de la Nupes, selon une estimation de la chaîne TF1.

Plus tôt dans la journée, en Guadeloupe, la secrétaire d'Etat chargée de la Mer Justine Benin avait été battue par le candidat de gauche.

20h10

Poussée historique du RN

Le Rassemblement national a réussi dimanche une percée historique aux élections législatives en obtenant un groupe très important de 60 à 100 députés, selon les estimations de cinq instituts de sondage.

La formation de Marine Le Pen, finaliste de l'élection présidentielle, multiplierait par quinze son nombre de députés et franchirait le seuil requis pour former un groupe à la chambre basse du Parlement, une première depuis plus de 35 ans.

20h00

Macron perd sa majorité absolue à l'Assemblée nationale

La coalition macroniste Ensemble! a largement perdu la majorité absolue de 289 sièges à l'Assemblée nationale à l'issue du second tour des législatives dimanche, face à l'alliance de la gauche unie Nupes qui devient la principale opposition et à une très forte percée du Rassemblement national, selon les premières estimations des sondeurs.

Ensemble! (LREM, MoDem, Agir et Horizons) recueille de 200 à 260 sièges, la Nupes de 150 à 200 sièges, le RN de 60 à 100 sièges et la droite LR/UDI 45 à 80 sièges, selon les estimations de cinq instituts de sondages

18h15

Emmanuel Macron joue sa majorité parlementaire

Après un 1er tour des législatives difficile dimanche dernier, le président français Emmanuel Macron risque de ne pas obtenir la majorité absolue des sièges à l'Assemblée nationale.

Même si une victoire de la gauche fédérée autour de Jean-Luc Mélenchon semble peu probable, le scénario d'une majorité relative est tout à fait possible, avec une opposition de gauche bien plus importante que ces cinq dernières années et composée en majeure partie de membres des Insoumis de Jean-Luc Mélenchon.

>> L'analyse d'Alexandre Habay dans Forum:

Le suspense reste total pour savoir si Emmanuel Macron parviendra à conserver une majorité à l'Assemblée face à une gauche unie. [EPA/Yoan Valat - Keystone]EPA/Yoan Valat - Keystone
Deuxième tour des législatives en France: Macron joue sa majorité / Forum / 2 min. / le 19 juin 2022

>> Le commentaire d'Anne Fournier dans le 19h30:

Anne Fournier, correspondante en France, commente les projections sur le résultat des législatives [RTS]
Anne Fournier, correspondante en France, commente les projections sur le résultat des législatives / 19h30 / 1 min. / le 19 juin 2022

17h00

Participation en légère baisse

La participation au second tour des élections législatives atteignait 38,11% dimanche à 17h00 en métropole, selon le ministère de l'Intérieur, un chiffre en baisse de 1,31% par rapport au premier tour, il y a une semaine, où elle s'établissait à 39,42 %.

Elle est en revanche en hausse par rapport au second tour des législatives de 2017 où elle atteignait 35,33% à la même heure.

La mobilisation est un enjeu déterminant en ce week-end de grandes chaleurs.

Les bureaux de votes refermeront leurs portes à 18h00, ou 20h00 dans les grandes villes.

14h10

Emmanuel Macron vote au Touquet

Le président français Emmanuel Macron a voté dimanche vers 13h00 au Touquet-Paris-Plage, dans le Pas-de-Calais, dans son bureau de vote habituel.

Accompagné de son épouse Brigitte, le chef de l'Etat est ensuite allé saluer des partisans et des curieux qui l'attendaient à l'extérieur.

12h30

Une participation en légère hausse par rapport au 1er tour

La participation au second tour des élections législatives atteignait 18,99% dimanche à midi, selon le ministère de l'Intérieur, un chiffre en très légère hausse (0,56%) par rapport au premier tour il y a une semaine, où elle s'établissait à 18,43 %.

Elle est aussi en hausse par rapport au second tour des législatives de 2017 où elle atteignait 17,75% à midi. Elle est en revanche en baisse par rapport au second tour de la présidentielle le 24 avril dernier (26,41%).

>> Les précisions d'Anne Fournier dans le 12h45:

Anne Fournier, correspondante en France, analyse le taux de participation dans les bureaux de vote [RTS]
Anne Fournier, correspondante en France, analyse le taux de participation dans les bureaux de vote / 12h45 / 1 min. / le 19 juin 2022

Comme au premier tour, le Lot est le département qui a le plus voté à midi (29,05%), devant la Corrèze (28,50) et la Dordogne (28,36%). La participation la plus faible a cette fois encore été enregistrée en Seine-Saint-Denis avec 8,88%.

>> Les précisions d'Alexandre Habay dans le 12h30:

Une votante lors du deuxième tour des législatives en France. [Yoan Valat - EPA/Keystone]Yoan Valat - EPA/Keystone
Deuxième tour des législatives en France: la majorité d’Emmanuel Macron est menacée / Le 12h30 / 2 min. / le 19 juin 2022

11h50

Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen ont voté

Jean-Luc Mélenchon, figure de proue de la Nupes, a voté dimanche matin dans sa circonscription à Marseille, dans le 2e arrondissement.

La cheffe de file du Rassemblement national Marine Le Pen en a fait de même dans son fief de Hénin-Beaumont.

08h15

Ouverture des bureaux de vote en métropole

Les bureaux de vote ont ouvert dimanche à 08h00 en métropole pour le second tour des élections législatives où 48,7 millions d'électeurs et électrices sont appelés à élire leurs députés et donner ou non une majorité au président Emmanuel Macron à l'Assemblée.

Les bureaux fermeront à 18h00 et 20h00 dans les grandes villes. Les premières estimations sont attendues vers 20h00.

07h30

Une Secrétaire d'Etat battue en Guadeloupe

De premiers résultats sont déjà tombés, les territoires français d'outre-mer ayant voté samedi.

En Guadeloupe, la Secrétaire d'Etat chargée de la mer, Justine Benin, a été battue samedi au second tour des législatives dans la 2e circonscription, avec 41,35 % des voix derrière Christian Baptiste (DVG) élu avec 58,65 % des voix.

Justine Benin jouait son poste au gouvernement lors de ce scrutin. L'exécutif avait rappelé en amont du vote qu'en cas d'échec aux législatives le ministre candidat devrait quitter le gouvernement conformément à une règle non écrite mais déjà appliquée en 2017 par Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron mobilise sa base

"J'en appelle à votre bon sens"

Le président français Emmanuel Macron a exhorté mardi ses compatriotes à "donner une majorité solide" à son camp lors du second tour des élections législatives.

"Nous sommes à l'heure des choix et les grands choix ne se font jamais par l'abstention. J'en appelle donc à votre bon sens et au sursaut républicain", a-t-il affirmé, en estimant que "dimanche aucune voix ne doit manquer à la République". Le chef de l'État a expliqué qu'il avait "besoin d'une majorité solide pour assurer l'ordre à l'extérieur comme à l'intérieur de nos frontières".

"Rien ne serait pire que d'ajouter un désordre français au désordre mondial", a-t-il prévenu, appelant à porter "avec force et fermeté la liberté, l'égalité, la fraternité, la laïcité".

>> Voir aussi le sujet du 12h45:

La campagne pour les législatives françaises entre dans sa dernière ligne droite [RTS]
La campagne pour les législatives françaises entre dans sa dernière ligne droite / 12h45 / 1 min. / le 15 juin 2022

Majorité absolue de Macron en péril

"La stratégie de Jean-Luc Mélenchon a fonctionné"

Au second tour des législatives, le camp d'Emmanuel Macron va devoir batailler pour conserver la majorité absolue face à l'alliance de gauche. Et même si l'hypothèse d'un Jean-Luc Mélenchon Premier ministre semble impossible, cette situation sonne déjà comme une petite victoire pour lui, selon la journaliste Camille Vigogne Le Coat.

Bien qu'absolument pas crédible constitutionnellement parlant, sa formule "Elisez-moi Premier ministre" semble donc avoir fonctionné, note la journaliste de l'Express. "Il aura en tout cas gagné la bataille du narratif pendant cette campagne."

>> Lire l'article complet: Majorité absolue de Macron en péril: "La stratégie de Jean-Luc Mélenchon a fonctionné"

L'extrême-droite en progression

Le Rassemblement national veut dépasser les 15 sièges

De son côté, le Rassemblement national a récolté 18,68% des voix et sera présent au second tour dans 200 circonscriptions. Une nette progression par rapport à 2017, qui devrait lui permettre d'augmenter sa députation par rapport à la précédente législature (8 sièges), et constituer ainsi un groupe parlementaire, qui nécessite un minimum de 15 sièges. Ce serait une première pour l'extrême-droite depuis 1986.

En 2017: le parti d'extrême-droite n'avait obtenu que 13,2% aux législatives.

Arrivée à titre personnel largement en tête dans son fief de Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), Marine Le Pen a jugé que le second tour lui "offrait la possibilité d'envoyer un groupe très important" du RN à l'Assemblée. Dans les projections, le nombre de sièges possibles pour le RN varie de 5 à 45, en fonction des instituts.

>> Le sujet du 19h30 :

Elections législatives françaises: Percée de l'extrême droite de Marine Le Pen [RTS]
Elections législatives françaises: Percée de l'extrême droite de Marine Le Pen / 19h30 / 2 min. / le 13 juin 2022

Eric Zemmour éliminé

Eric Zemmour, président du parti d'extrême droite Reconquête!, a lui été éliminé au premier tour dans le Var, après être arrivé troisième, avec 23,19% des suffrages exprimés derrière la député sortante LREM Sereine Mauborgne (28,51%) et le RN Philippe Lottiaux (24,74%).

>> Lire aussi :   Quel avenir pour Eric Zemmour balayé à la présidentielle et aux législatives françaises?

Retour sur le premier tour

Courte avance pour la coalition présidentielle

La coalition pro-Macron "Ensemble!" a remporté dimanche dernier le premier tour des élections législatives françaises en obtenant 25,75% des voix. Elle arrive toutefois quasiment à égalité avec l'alliance de gauche, la Nupes (LFI, PCF, PS et EELV), qui obtient 25,66%. Au niveau national, cela représente une avance d'à peine plus de 21'000 voix sur 23,3 millions de votants.

>> Le suivi minute par minute du premier tour : La coalition pro-Macron Ensemble! remporte le 1er tour des législatives pour une poignée de voix

Le camp Macron garde néanmoins un large avantage dans les projections des 577 sièges de députés. Lors du second tour, le mode de scrutin va mécaniquement favoriser la coalition Ensemble!", explique Adélaïde Zulfikarpasic, directrice de l'institut de sondages BVA Opinion.

La majorité présidentielle est ainsi créditée de 255 à 295 sièges, loin devant la Nupes (150 à 210), selon les projections des instituts de sondage. Mais elle va devoir batailler pour conserver sa majorité absolue (289 députés).

En 2017, La République en marche et son allié du Modem avaient raflé plus de 32% au premier tour avant d'obtenir près de 350 députés au second.

>> L'appel à la mobilisation de Jean-Luc Mélenchon après le vote:

Jean-Luc Mélenchon demande aux Français de l'élire Premier ministre. [MOHAMMED BADRA - KEYSTONE]MOHAMMED BADRA - KEYSTONE
La majorité présidentielle de Macron mise à mal au premier tour. Interview de Jean-Luc Mélenchon / La Matinale / 1 min. / le 13 juin 2022

>> L'interview de la Premier ministre Elisabeth Borne:

Elisabeth Borne le 16 mai 2022. [Ludovic Marin - EPA/Keystone]Ludovic Marin - EPA/Keystone
En France, les macronistes et NUPES au coude à coude. Interview d'Elisabeth Borne / La Matinale / 1 min. / le 13 juin 2022