Banner Ukraine du 17 mai. [Keystone]
Publié Modifié

Près de 1000 militaires ukrainiens d'Azovstal se sont rendus depuis lundi

- L'opération d'"évacuation" des derniers soldats ukrainiens retranchés à l'intérieur de l'aciérie Azovstal à Marioupol doit se poursuivre mercredi, a indiqué le président ukrainien Volodymyr Zelensky, sans préciser le nombre de combattants qui doivent encore être évacués.

- Plus de 959 combattants ukrainiens, dont 80 blessés, ont déjà été évacués depuis lundi, selon le ministère russe de la Défense. Ils ont été transportés en territoire contrôlé par les Russes et pourraient être échangés plus tard avec des prisonniers russes.

- Depuis le début de la guerre en Ukraine, 49’771 réfugiés de ce pays se sont enregistrés en Suisse. Ils sont 47'978 à avoir obtenu le statut de protection S, a indiqué mardi le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM).

Suivi assuré par la rédaction RTSinfo

00h00

Le suivi de la situation mercredi

22h00

Le géant italien Eni se plie aux exigences de Moscou pour payer le gaz russe

Le géant énergétique italien Eni a annoncé mardi son intention d'ouvrir un compte en euros et un autre en roubles auprès de Gazprombank afin d'honorer ses paiements de fourniture de gaz russe dus "dans les prochains jours", se pliant ainsi aux exigences de Moscou.

Contrôlé à 30,3% par l'Etat

"L'obligation de paiement peut être remplie par le transfert d'euros" et la nouvelle procédure "ne devrait pas être incompatible avec les sanctions existantes" à l'égard de Moscou imposées par la Commission européenne, assure Eni dans un communiqué.

Le groupe italien, contrôlé à 30,3% par l'Etat, semble ainsi prendre le contrepied des recommandations de la Commission européenne, selon laquelle l'ouverture d'un compte en roubles constituerait une violation des sanctions et entraînerait des procédures d'infraction de la part de Bruxelles.

>> Lire aussi: La Suisse pourra-t-elle être touchée par un éventuel arrêt des livraisons de gaz russe?

21h00

La guerre entre dans une "phase prolongée"

Le ministre ukrainien de la Défense Oleksiï Reznikov a affirmé mardi que la guerre avec Moscou entrait dans une "phase prolongée". Les Russes cherchent le contrôle total de la région du Donbass et à occuper le Sud.

"La Russie se prépare à mener une opération militaire à long terme", a-t-il déclaré devant les ministres de la Défense de l'Union européenne (UE) et le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg. "La guerre entre dans une phase prolongée", a-t-il ajouté dans ce discours dont le texte a été publié sur son compte Facebook.

Selon Oleksiï Reznikov, les troupes russes fortifient actuellement leurs positions dans les territoires qu'elles occupent dans les régions de Zaporijjia et de Kherson, afin de "passer en mode défensif si nécessaire".

20h45

Moscou annonce la reddition de 265 combattants de Marioupol, nouvelle frappe meurtrière

Moscou a annoncé mardi la reddition de 265 soldats ukrainiens retranchés dans l'aciérie Azovstal, l'ultime poche de résistance à Marioupol face à l'armée russe, qui a effectué une nouvelle frappe meurtrière au nord de la capitale Kiev.

Ces dernières 24 heures à Marioupol, "265 combattants ont rendu les armes et se sont constitués prisonniers, dont 51 grièvement blessés", a affirmé dans la matinée le ministère russe de la Défense.

"Ces héros ukrainiens" qui ont "rempli leur mission" seront échangés contre des prisonniers russes pour leur permettre de rentrer au pays "le plus rapidement possible", a de son côté déclaré le ministère ukrainien de la Défense, confirmant indirectement que ces hommes sont bien aux mains des Russes.

>> Le reportage du 19h30:

Plus de 260 combattants ukrainiens ont été évacués hier de l'aciérie Azovstal vers des zones contrôlées par les forces russes [RTS]
Plus de 260 combattants ukrainiens ont été évacués hier de l'aciérie Azovstal vers des zones contrôlées par les forces russes / 19h30 / 1 min. / le 17 mai 2022

>> L'éclairage de Jean-Marc Rickli, directeur des risques globaux et de la résilience au Centre de Politique de Sécurité dans le 19h30: 

Guerre en Ukraine: l'éclairage de Jean-Marc Rickli, directeur des risques globaux et de la résilience au Centre de Politique de Sécurité (GCSP) de Genève [RTS]
Guerre en Ukraine: l'éclairage de Jean-Marc Rickli, directeur des risques globaux et de la résilience au Centre de Politique de Sécurité (GCSP) de Genève / 19h30 / 3 min. / le 17 mai 2022

20h15

Les livraisons d'armes de la France vont gagner "en intensité"

La France va intensifier ses livraisons d'armes à l'Ukraine "dans les jours et semaines qui viennent", a promis mardi le président Emmanuel Macron à son homologue Volodymyr Zelensky. Il confirme ainsi les engagements annoncés fin avril.

Le chef de l'Etat a "confirmé que les livraisons d'armes par la France se poursuivront et gagneront en intensité dans les jours et semaines qui viennent, de même que l'acheminement d'équipement humanitaire", a indiqué l'Elysée.

800 tonnes d'aide

La France a livré plus de 800 tonnes d'aide humanitaire à l'Ukraine depuis le début de l'offensive russe le 24 février, dont 13 véhicules de secours additionnels ce weekend.

Les deux dirigeants ont également "évoqué les garanties de sécurité que la France pourrait apporter à l'Ukraine dans le cadre d'un accord international, afin d'assurer le respect de la souveraineté et de l'intégrité territoriale du pays".

19h45

Le président ukrainien Zelensky s'adresse au Festival de Cannes depuis Kiev

"Il nous faut un nouveau Chaplin qui prouvera que le cinéma n'est pas muet" face à la guerre en Ukraine, a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky, intervenant depuis Kiev dans un message vidéo lors de l'ouverture mardi soir du 75e Festival de Cannes.

"Nous allons continuer de nous battre, nous n'avons pas d'autre choix (...) Je suis persuadé que le 'dictateur' va perdre", a-t-il déclaré face au gratin du cinéma mondial, en référence au président russe Vladimir Poutine et au film de Charlie Chaplin.Le président ukrainien Zelensky s'adresse au Festival de Cannes depuis Kiev [Keystone]Le président ukrainien Zelensky s'adresse au Festival de Cannes depuis Kiev [Keystone]

>> Ecouter le sujet du 12h30:

Le Festival de Cannes a été ouvert mardi soir par le président ukrainien Volodymyr Zelensky. [Clemens Bilan - Keystone/EPA]Clemens Bilan - Keystone/EPA
L’apparition surprise de Volodymyr Zelensky au festival de Cannes / Le 12h30 / 2 min. / le 18 mai 2022

18h30

Les conditions d'attribution du Permis S font débat

Alors que les combats en Ukraine se concentrent désormais dans l'est du pays et que la Suisse vient de franchir le seuil des 50'000 réfugiés accueillis sur son sol, certains élus de droite songent à ajuster l'octroi du permis S à la situation sur le terrain. En bref, l'idée serait d'accorder le statut de protection S à celles et ceux qui viennent des régions touchées et non à tous les réfugiés venant d'Ukraine. Pour la gauche, c'est encore trop tôt.

Delphine Klopfenstein, conseillère nationale verte genevoise, Philippe Bauer, conseiller aux Etats PLR neuchâtelois, et Etienne Piguet, vice-président de la Commission fédérale des migrations, en ont débattu mardi dans l’émission Forum.

>> Ecouter le grand débat dans Forum:

Le grand débat (vidéo) - Permis S: faut-il revoir les conditions d’attribution? [RTS]
Le grand débat (vidéo) - Permis S: faut-il revoir les conditions d’attribution? / Forum / 17 min. / le 17 mai 2022

17h00

Les Russes font la queue pour un dernier Big Mac avant le départ de McDonald's

Des Russes ont fait la queue mardi dans une gare de Moscou pour ce qui pourrait être leur dernier repas dans l'un des rares restaurants McDonald's encore ouverts dans le pays.

Le géant de la restauration rapide ferme ses portes en Russie après plus de 30 ans, devenant ainsi l'une des plus grandes marques mondiales à quitter le pays à la suite de l'invasion de l'Ukraine par l'armée russe.

L'entreprise avait déjà décidé de fermer temporairement ses restaurants dans le pays en mars. Parmi eux, l'emblématique établissement de la place Pouchkine, dans le centre de Moscou.

16h00

La Suède et la Finlande enverront mercredi leurs candidatures au siège de l'alliance

La Finlande et la Suède déposeront mercredi conjointement leurs candidatures à l'Otan, ont annoncé les deux pays nordiques.

Avec le feu vert à une majorité écrasante de plus de 95% du Parlement finlandais, tout est désormais en place pour l'arrivée simultanée des demandes d'adhésion des deux pays au siège de l'alliance à Bruxelles.

Celle-ci aura lieu mercredi, a annoncé la Première ministre suédoise Magdalena Andersson, au côté du président finlandais Sauli Niinistö, en visite d'Etat à Stockholm.

"Je suis heureuse que nous ayons pris le même chemin et que nous puissions le faire ensemble", a-t-elle affirmé.

Le duo nordique se rendra jeudi à Washington pour rencontrer le président américain Joe Biden, a annoncé la Maison Blanche.

>> Lire aussi: La Suède va, comme la Finlande, demander son adhésion à l'Otan

15h20

La Russie va devoir réorganiser son secteur des hydrocarbures, estime Poutine

La Russie va devoir réorganiser son secteur énergétique face aux sanctions européennes, a jugé mardi Vladimir Poutine, mais il a estimé que l'UE allait être la première à souffrir de son "autodafé économique" en renonçant aux hydrocarbures russes.

S'exprimant lors d'une réunion dédiée au secteur pétrolier, le président russe a souligné qu'en se passant des ressources énergétiques russes, l'Europe devenait la région où les prix de ces dernières devenaient "les plus élevés".

"Commettre un tel autodafé, un tel suicide économique, c'est évidemment leur problème", a-t-il estimé. "Nous devons agir de façon pragmatique, tenir tout d'abord compte de nos propres intérêts", a-t-il poursuivi.

15h10

Elargissement de l'Otan: Le Parlement finlandais vote à plus de 95% pour l'adhésion à l'Otan

Le Parlement finlandais a voté mardi en faveur de l'adhésion à l'Otan avec une majorité fleuve de plus de 95%. Cette décision va permettre l'envoi de la candidature officielle du pays nordique au siège de l'alliance.

Au terme d'une session parlementaire de deux jours, le projet d'adhésion a été adopté par 188 voix pour, huit contre et aucune abstention, selon le résultat du scrutin. Une majorité écrasante était attendue au Parlement finlandais, mais le score final va encore au-delà des dernières projections.

"C'est un résultat exceptionnel, je ne m'attendais pas à ce qu'il soit si net. Le vote est clair, plus de discussion, ce (mardi) soir nous signerons notre lettre de candidature à l'Otan", a déclaré le ministre finlandais des Affaires étrangères Pekka Haavisto à la télévision après le vote.

La Suède, où le Parlement a été consulté lundi, est également prête: la ministre des Affaires étrangères Ann Linde a signé mardi matin l'acte de candidature suédoise, lors d'une cérémonie.

15h05

Huit morts dans une frappe russe sur un village abritant un grand camp militaire

Huit personnes sont mortes et 12 ont été blessées mardi dans une frappe russe sur Desna, un village ukrainien au nord de Kiev connu pour abriter un grand camp d'entraînement militaire, ont annoncé les secours locaux.

Une autre attaque russe a touché mardi matin une base militaire ukrainienne dans la région de Lviv (ouest) située à seulement 15 kilomètres de la frontière avec la Pologne, selon Maxim Kozitsky, le gouverneur régional de Lviv.

15h00

Crimes en Ukraine: la CPI déploie 42 enquêteurs et experts

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a annoncé mardi le déploiement en Ukraine d'une équipe de 42 enquêteurs et experts, soit la plus importante mission en termes d'effectifs jamais envoyée sur le terrain, afin d'enquêter sur les crimes commis pendant l'invasion russe.

"Je confirme qu'aujourd'hui, mon bureau a envoyé une équipe composée de 42 enquêteurs, experts en criminalistique et autre personnel d'appui en Ukraine", a déclaré dans un communiqué Karim Khan, ajoutant qu'il s'agissait de "la plus importante mission en termes d'effectifs jamais déployée sur le terrain en une seule fois".

Le procureur de la CPI, créée en 2002 pour juger les pires crimes commis dans le monde, a ouvert le 3 mars une enquête sur des allégations de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité en Ukraine, après avoir reçu le feu vert de près de 40 Etats parties.

14h40

Coopération militaire allemande intensifiée avec la Suède et la Finlande

Le chancelier allemand Olaf Scholz a assuré mardi que son pays allait "intensifier" sa coopération militaire avec la Suède et la Finlande, qui cherchent des assurances de sécurité pour la période de transition jusqu'à leur intégration souhaitée dans l'Otan.

"Nous allons intensifier notre coopération militaire, notamment dans la région de la mer Baltique, et via des exercices communs", a affirmé Olaf Scholz lors d'une conférence de presse à Berlin, précisant que Suède et Finlande pourront compter sur le soutien de l'Allemagne "surtout dans cette situation très particulière" précédant leur acceptation espérée au sein de l'Otan.

14h25

Négociations de paix "en pause" entre l'Ukraine et la Russie

Les négociations de paix entre l'Ukraine et la Russie sont "en pause", a annoncé mardi un membre de la délégation ukrainienne, Mykhaïlo Podoliak. Il a accusé Moscou de ne faire preuve d'aucune "compréhension" de la situation.

"La Russie ne fait pas preuve d'un élément clé: la compréhension de (...) ce qui se passe actuellement dans le monde et de son rôle extrêmement négatif", a dénoncé ce conseiller du président Volodymyr Zelensky. Selon lui, Moscou "ne comprend pas que la guerre ne se déroule plus selon ses règles, son calendrier ou ses plans".

"L'objectif stratégique des Russes, c'est tout ou rien", a encore affirmé Mykhaïlo Podoliak, cité par la présidence ukrainienne. Les élites politiques russes "ont peur de dire la vérité, c'est-à-dire qu'il faut se retirer de la guerre selon des conditions tout à fait différentes que celles initialement annoncées".

Aucune rencontre entre les chefs des négociateurs depuis le 22 avril

Plusieurs rencontres entre négociateurs des deux camps ont eu lieu, mais n'ont donné aucun résultat concret. La dernière rencontre entre les chefs des délégations remonte au 22 avril, selon les agences russes.

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, avait lui accusé l'Ukraine le 25 avril de "faire semblant" de discuter, tout en assurant que Moscou voulait "continuer à mener des négociations".

14h20

Moscou annonce la reddition de 265 combattants de Marioupol, Kiev parle d'"échange"

Moscou a annoncé mardi la reddition de 265 soldats ukrainiens retranchés dans l'aciérie Azovstal, l'ultime poche de résistance face à l'armée russe dans le port ukrainien de Marioupol, Kiev évoquant un prochain échange contre des prisonniers russes.

La prise totale de Marioupol, ville stratégique sur la mer d'Azov assiégée depuis début mars par les Russes, défendue chèrement par les Ukrainiens et largement détruite par les combats, serait une avancée importante pour Moscou dans ce conflit. Elle lui permettrait de contrôler une bande de territoire allant de la péninsule de Crimée, que les Russes ont annexée en 2014, aux territoires du Donbass (est) déjà aux mains de séparatistes prorusses.

"Au cours des dernières 24 heures, 265 combattants ont rendu les armes et se sont constitués prisonniers, dont 51 gravement blessés", a affirmé le ministère russe de la Défense dans un communiqué sur l'état de l'offensive russe en Ukraine, lancée le 24 février.

>> Voir le sujet du 12h45:

Guerre en Ukraine: À Marioupol, 265 combattants retranchés à Azovstal se sont constitués prisonniers des forces prorusses [RTS]
Guerre en Ukraine: À Marioupol, 265 combattants retranchés à Azovstal se sont constitués prisonniers des forces prorusses / 12h45 / 1 min. / le 17 mai 2022

Un échange de prisonniers serait possible

L'échange de ces soldats "sera réalisé pour rapatrier ces héros ukrainiens le plus rapidement possible", a de son côté indiqué sur Telegram le Département des renseignements militaires du ministère ukrainien de la Défense, confirmant indirectement que ces hommes, qui ont "rempli" leur mission, étaient bien aux mains des Russes.

La vice-Première ministre ukrainienne, Iryna Verechtchouk, a elle aussi évoqué un échange, mais uniquement concernant "52 militaires grièvement blessés".

"Après la stabilisation de leur état, nous allons les échanger contre des prisonniers de guerre russes", a-t-elle indiqué sur Telegram.

14h05

Près de 50'000 réfugiés ukrainiens en Suisse

Depuis le début de la guerre en Ukraine, 49’771 réfugiés de ce pays se sont enregistrés en Suisse. Ils sont 47'978 à avoir obtenu le statut de protection S, a indiqué mardi le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM).

Par rapport à lundi, 307 personnes supplémentaires ayant fui l'Ukraine ont été enregistrées dans les centres d'asile fédéraux. Et dans le même temps, 785 personnes de plus ont obtenu le statut S, précise le SEM sur Twitter.

Au total, 6,3 millions de personnes ont fui l'Ukraine depuis le début de l'offensive russe le 24 février, selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Huit millions de personnes sont des déplacés internes en Ukraine même.

13h45

La Russie assure que les combattants d'Azovstal seront traités selon les règles internationales

Les combattants ukrainiens d'Azovstal qui se sont rendus aux forces russes seront traités "conformément aux règles internationales", Vladimir Poutine s'en porte garant, a déclaré mardi le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

Reuters a vu des bus quitter Azovstal dans la nuit de lundi à mardi et cinq d'entre eux arriver dans la ville de Novoazovsk, sous contrôle russe. Dans l'un d'entre eux, marqué de la lettre "Z", lettre devenue le symbole de l'invasion russe, des hommes blessés étaient couchés sur des brancards.

12h35

Une majorité des Suisses favorables à une baisse d'impôts et de taxes sur l'essence

Face à la hausse des prix des carburants, une majorité de Suisses est favorable à une baisse des impôts et des taxes sur l'essence, selon un sondage. 64% des personnes interrogées estiment qu'il faut suivre l'exemple de l'Allemagne, de la France et de l'Italie.

Un peu plus d'un tiers (35%) s'y opposent, précise l'enquête de Tamedia et de "20 Minutes", en collaboration avec l'institut LeeWas, diffusée mardi par les journaux du même groupe de presse. Un pour cent des sondés se dit sans avis.

Dans le détail, 46% approuvent une baisse des taxes et 18% sont plutôt d'accord. A l'opposé, 22% rejettent la proposition et 13% sont plutôt contre.

Le sondage a été réalisé du 12 au 15 mai 2022 auprès 9085 personnes de toute la Suisse, dont 2590 en Suisse romande. La marge d'erreur est de plus ou moins 1,9%.

>> Ecouter les précisions du 12h30:

La pression se renforce sur le Conseil fédéral pour qu’il trouve une solution pour freiner la hausse de prix du carburant. [minervastock - Depositphotos]minervastock - Depositphotos
Près de deux tiers des Suisses veulent une baisse d’impôts et de taxes sur l’essence, selon un sondage Tamedia / Le 12h30 / 1 min. / le 17 mai 2022

12h30

Diplomates français et finlandais expulsés de Russie

La diplomatie russe a décidé d'expulser deux diplomates finlandais de Russie en représailles à une mesure similaire prise par Helsinki, a annoncé mardi le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

La Russie a aussi annoncé expulser 34 diplomates français, en représailles aux expulsions en avril par la France de 41 Russes.

Ambassadeur convoqué

L'ambassadeur finlandais a été convoqué mardi au ministère, selon ce communiqué. Lors de cet entretien, la diplomatie russe a "vivement protesté" contre l'expulsion de deux employés de l'ambassade russe en Finlande.

"L'ambassadeur a été informé qu'en réponse aux actes des autorités finlandaises la partie russe a décidé une interdiction de séjour pour deux membres du personnel de l'ambassade de Finlande", a ajouté la diplomatie russe.

12h20

Réfugiés accueillis dans un ancien EMS de Vevey

Une soixantaine de personnes, pour la plupart fuyant la guerre en Ukraine, seront hébergées à partir de mardi dans un ancien EMS à Vevey. Cette décision fait suite aux discussions entamées il y a quelques semaines par l'Etablissement vaudois d'accueil des migrants (EVAM) avec le propriétaire du bâtiment, annonce mardi la ville de Vevey.

Les riverains de l'ancien EMS La Fontanelle, au boulevard Saint-Martin, ont été informés par courrier. Pour favoriser l'accueil de ces migrants "dans des conditions dignes", la ville indique que les collaborateurs du Service de la cohésion sociale "se tiennent à disposition en cas de questions ou pour centraliser les éventuelles propositions de soutien des Veveysans".

Dans un bilan début mai, le canton de Vaud annonçait avoir accueilli quelque 3500 personnes en provenance d'Ukraine. L'EVAM avait alors ouvert neuf nouvelles structures d'hébergement collectif - dont une à Beaulieu dès le mois de mars. Ces différents espaces totalisaient quelque 900 lits. Quelque 300 nouvelles places devaient suivre.

11h00

Face aux sanctions, la Russie allège les normes pour les voitures

Dans un décret promulgué le 12 mai dernier, le gouvernement russe a établi une liste des normes allégées pour pouvoir certifier les nouveaux véhicules produits dans le pays, à cause des pénuries de composants électroniques et pièces détachées dues aux sanctions occidentales.

Parmi ces nouvelles normes, le gouvernement autorise les fabricants à ne pas équiper les véhicules de capteurs ABS ou d'airbags, ou encore de pré-tendeurs de ceintures de sécurité. Le décret est en vigueur jusqu'au 1er février 2023.

La Russie, selon ce même décret, réduit aussi considérablement les normes environnementales, selon le quotidien Kommersant dans son édition de mardi. Le journal relève que celles-ci reviennent à un niveau équivalent aux véhicules produits en 1988.

08h20

La prise en charge sanitaire des réfugiés ukrainiens s'organise

Les réfugiés ukrainiens peuvent présenter des problèmes de santé mentale ou être moins vaccinés contre le Covid que la population suisse. Peu à peu leur prise en charge sanitaire s'organise.

Dans le canton de Fribourg, par exemple, les locaux dédiés aux tests et vaccins Covid ont été partiellement transformés.

>> Ecouter le reportage de Muriel Ballaman:

Le centre de consultation du canton de Fribourg, avec Raphaëlle Henry, responsable du centre médical d'appui à l'asile, le docteur Eric Devaud et le médecin cantonal adjoint Christophe Monney. En chasuble bleue, des interprètes pour les patients ukrainiens. [Muriel Ballaman - RTS]Muriel Ballaman - RTS
Ici la Suisse - La prise en charge sanitaire des Ukrainiens / La Matinale / 6 min. / le 17 mai 2022

07h30

Vendre ses activités en Russie, "une perte sèche"

Les groupes internationaux présents en Russie subissent de lourdes pressions, à l'image de Renault et McDonald's qui ont annoncé lundi vendre toutes leurs activités dans le pays. Certains n'ont d'autre choix que de quitter le pays. Une mésaventure qui touche aussi des entreprises suisses.

Pour les entreprises suisses en Russie, comme pour les autres, le choix est cornélien. Continuer à opérer sur place en s'exposant aux sanctions et au risque réputationnel que cela comporte ou suspendre leur activité et risquer de tout perdre.

Un "management buy out" pour continuer l'activité

C'est ce qui est arrivé à Transgourmet, qui livre le secteur de la restauration. Cette filiale de Coop a dû céder ses activités comme l'explique Bernard Rüegger, membre du Conseil d'administration de l'entreprise: "C'est compliqué, parce que Poutine, à la suite du boycott, a mis en place des contre-mesures, c'est-à-dire qu'on ne pouvait pas simplement terminer une activité. Les expatriés, si l'activité se terminait, ne pouvaient plus sortir du pays, voire risquaient la prison. Il fallait faire des choix différents."

Transgourmet a opté pour un "management buy out": des cadres sur place en Russie ont racheté l'activité. "Enfin racheter c'est un bien grand mot. On va dire qu'on l'a donnée. C'est clairement un abandon d'actifs", souligne Bernard Rüegger. Pas de chiffre précis pour l'instant, mais assurément "une perte sèche".

>> Ecouter La Matinale:

Le président russe lors d'une réunion des Etats membres du Traité de sécurité collective à Moscou. [Alexander Nemenov/pool - Keystone/EPA]Alexander Nemenov/pool - Keystone/EPA
Les entreprises qui quittent la Russie doivent souvent céder leur bien avec pertes sèches / La Matinale / 1 min. / le 17 mai 2022

07h15

La guerre aura eu raison de McDonalds en Russie

Un restaurant McDonald's fermé à Podolsk, près de Moscou. [Maxim Shipenkov - Keystone/EPA]Un restaurant McDonald's fermé à Podolsk, près de Moscou. [Maxim Shipenkov - Keystone/EPA]Contrairement aux rumeurs qui faisaient état d'un retour du géant mondial du fast-food, McDonald's ne reviendra pas en Russie à l'automne. La firme de Chicago l'a annoncé lundi. Après avoir fermé ses restaurants début mars, elle s'apprête à vendre toutes ses activités dans le pays en réaction à l'invasion russe de l'Ukraine.

C'est elle que la direction du géant de la restauration rapide invoque pour justifier la vente de toutes ses activités en Russie. Un départ qui fait le bonheur des concurrents de McDo, à commencer par Burger King, dont les restaurants sont restés ouverts. Mais aussi de plusieurs chaînes russes de burgers et de sandwiches, qui profitent d'une hausse de leurs ventes depuis le début du mois de mars et la fermeture des restaurants McDonald's.

>> Les précisions de Jean-Didier Revoin:

Un restaurant McDonald's fermé à Podolsk, près de Moscou. [Maxim Shipenkov - Keystone/EPA]Maxim Shipenkov - Keystone/EPA
Mc Donald's se retire définitivement de Russie / La Matinale / 1 min. / le 17 mai 2022

07h00

Difficile pour Volodymyr Zelensky d'obtenir des soutiens africains ou asiatiques

Depuis le début de l'invasion russe en Ukraine, Volodymyr Zelensky n'a de cesse de solliciter l'aide des pays occidentaux. Et de multiplier les discours et allocutions. Désormais, il vise aussi le soutien de l'Afrique et de l'Asie. Il s'adressera à cette fin aux parlementaires de plusieurs pays africains et asiatiques. Un projet dont il a fait part lors de son allocution vidéo lundi, mais qui pourrait s'avérer ardu.

Nombreux sont les Etats d'Afrique qui ont fait preuve de retenue au sujet de l'invasion russe. Beaucoup ont par exemple choisi de ne pas condamner l'offensive russe lors du vote de l'assemblée générale des Nations unies.

Nombreuses réticences

Les raisons de cette retenue sont nombreuses: à commencer par le fait que la guerre en Ukraine est perçue comme un problème occidental. Ce n'est pas notre guerre, estime les Etats africains - qui défendent aussi leurs intérêts commerciaux avec la Russie - dont les importantes livraisons d'armes. Les intérêts sont semblables côté asiatique.

Les principaux acheteurs d’armement russe en Asie se sont aussi abstenus lors du vote des Nations unies le 2 mars dernier. Et si certains Etats participent à l'imposition de sanctions à l'encontre de la Russie - il n'est pas question de renoncer aux importations de pétrole russe. Sans compter encore que la Russie a réalisé de nombreux investissements tant en Asie qu'en Afrique, s'assurant ainsi, à défaut d'un soutien à la guerre, tout au moins un solide partenariat économique.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky cherche le soutien des pays africains et asiatiques. [Ukrainian Presidential Press Service - Keystone/EPA]Ukrainian Presidential Press Service - Keystone/EPA
Volodymyr Zelensky vise le soutien de l'Afrique et de l'Asie / La Matinale / 1 min. / le 17 mai 2022

00h15

Plus de 260 combattants ukrainiens évacués de l'aciérie Azovstal

Plus de 260 combattants ukrainiens, dont 53 blessés, ont été évacués lundi de l'aciérie Azovstal, dernier bastion de résistance ukrainienne à Marioupol, a annoncé Kiev. Ils ont été transportés à Novoazovsk et Olenivka, en territoire contrôlé par les Russes.

"Le 16 mai, 53 blessés graves ont été évacués d'Azovstal vers Novoazovsk pour assistance médicale et 211 autres ont été transportés à Olenivka par un couloir humanitaire", a déclaré dans une vidéo la vice-ministre ukrainienne de la défense, Ganna Malyaren, précisant qu'ils devaient être rapatriés en territoire contrôlé par l'Ukraine, "dans le cadre d'une procédure d'échange".

L'état-major ukrainien a indiqué que "les activités de sauvetage des défenseurs qui restent sur le territoire d'Azovstal se poursuivent", sans préciser combien de soldats ukrainiens sont restés sur place.

"Les défenseurs de Marioupol sont des héros de notre temps. Ils sont pour toujours dans l'histoire", ajoute l'état-major ukrainien. Leur lutte acharnée a notamment "empêché la mise en oeuvre d'un plan pour la capture rapide de Zaporijjia", grande ville ukrainienne et centre administratif situé plus de 200 km à l'ouest.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a pour sa part dit, dans une vidéo, que l'essentiel était de "sauver la vie de nos gars". "Je veux le souligner: l'Ukraine a besoin de ses héros vivants. C'est notre principe", a-t-il ajouté.

Des combattants ukrainiens blessés de l'usine Azovstal à Marioupol ont été évacués. [Alexander Ermochenko - Reuters]Des combattants ukrainiens blessés de l'usine Azovstal à Marioupol ont été évacués. [Alexander Ermochenko - Reuters]

00h00

Le déroulé de la journée de lundi

>> Le détail des événements lors de la journée de lundi: Plus de 260 combattants ukrainiens de l'aciérie Azovstal se sont constitués prisonniers