Modifié

Série de manifestations en Iran contre la hausse des denrées de base

Avec la hausse des prix, une vague de contestation parcourt l’Iran: interview de Clément Therme [RTS]
Avec la hausse des prix, une vague de contestation parcourt l’Iran: interview de Clément Therme / Forum / 3 min. / le 13 mai 2022
Des centaines de personnes sont descendues dans la rue ces deux derniers jours en Iran, selon l'agence officielle Irna. Elles manifestaient contre la décision des autorités d'augmenter les prix de diverses denrées de base.

Le président de la République islamique d'Iran, Ebrahim Raïssi, a annoncé cette semaine une série de mesures pour faire face aux difficultés économiques. Il s'agit notamment de la levée des subventions sur le blé et de l'augmentation des prix de certaines denrées comme l'huile.

Mais l'annonce de sa mesure a entraîné des rassemblements dans plusieurs villes du pays au cours des deux derniers jours, selon l'agence de presse Irna.

Des magasins attaqués dans le sud-ouest

Plus d'une vingtaine de personnes ont été arrêtées à Dezful et Yasouj (sud-ouest) où des manifestants ont appelé le gouvernement à revenir sur sa décision, précise-t-elle. A Izeh, dans la province du Khouzestan (sud-ouest), des personnes ont attaqué des magasins et tenté d'incendier une mosquée. Des rassemblements ont également eu lieu dans d'autres villes iraniennes ainsi que dans la province de Téhéran.

Ebrahim Raïssi dans un supermarché de Téhéran, 13.05.2022. [Iranian Presidency/AFP]Ebrahim Raïssi dans un supermarché de Téhéran, 13.05.2022. [Iranian Presidency/AFP]A l'occasion de l'entrée en vigueur de cette mesure vendredi, le chef de l'Etat s'est rendu dans un supermarché de Téhéran à la rencontre des consommateurs. Mais le président Raïssi "défend les intérêts du régime iranien, il ne défend pas la population ou les intérêts économiques du pays", a rappelé Clément Therme, chercheur associé à l'Institut international d'études iraniennes (Rasanah), dans l'émission Forum de la RTS.

"Si les mouvements de protestation se poursuivent, il se tournera vers la répression qui sera féroce", a ajouté ce spécialiste en rappelant que des événements similaires en novembre 2019 avaient fait au moins 1500 morts.

Le poids des sanctions américaines

L'économie iranienne souffre des sanctions sévères réimposées par les Etats-Unis en 2018, après leur retrait unilatéral de l'accord international sur le nucléaire de 2015. L'inflation tourne autour de 40%, selon les données officielles.

Lundi, le président iranien avait déclaré que son gouvernement réformerait le système de subventions introduit par l'administration précédente en 2018, qui couvrait plusieurs produits de base. Mais il avait assuré que les prix du pain, de l'essence et des médicaments resteraient inchangés.

Les prix de l'huile, en revanche, ont presque quadruplé tandis que ceux des oeufs et du poulet ont quasi doublé depuis l'annonce. Cette dernière a été suivie d'une ruée vers les supermarchés pour stocker des produits, selon des vidéos partagées sur les réseaux sociaux et des images diffusées par la télévision nationale.

Indemnités mensuelles pour bas revenus

Pour compenser la hausse des prix, des indemnités d'environ 10 à 13 dollars seront versées mensuellement pour chaque membre des foyers considérés comme ayant des revenus faibles.

Ces derniers mois, de nombreux autres rassemblements ont eu lieu dans le pays, les Iraniens réclamant de meilleures conditions de vie et une hausse des salaires.

afp/oang

Publié Modifié